intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
Catch and release [skevo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 04/06/2017
howlers : 105
silver sickles : 31
avatar : jennifer lawrence
credits : schizophrenic
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t888-erheybe-rpshttp://bloodtournament.forumactif.com/t889-erheybe-heart-like-yours-is-rare-to-find#12125http://bloodtournament.forumactif.com/t823-les-reves-soulagent-u
grade 2

grade 2
Jeu 15 Juin - 15:05
Erheÿbe & Skevo
Catch and release
Satisfaite, la Rosebury observe ce trou à rat retourner à ce qu’il a toujours été : un trou à rats. Quelques heures plus tôt, théâtre d’illégalité, monnaie sonnante dans les bourses de cuir ou de tissu, chiffres changeants à mesure des paris engagés. Des exhortations pour se faire entendre, des encouragements brutaux pour accompagner le vainqueur ou le perdant. Obscénité et perte d’humanité. Feulements et hululements, grondements et autres cris pour marquer le désespoir, la violence, l’instinct de survie. Pas tant de différence avec le Blood Tournament, mais celui-ci n’a lieu qu’une fois par an et ne concerne que les sorciers, tandis que ces combats là sont illégaux et poussent des innocents capturés à se battre pour de l’argent. Pas pour le prestige, juste pour rassasier l’homme et sa cupidité. Nul honneur, aucun gain pour le véritable vainqueur. Une facétie mise à bas par un informateur, département de régulation et contrôle des créatures magiques engagé pour y mettre fin, la sorcière blonde qui évalue les dégâts avant de lancer la première rixe. La troisième ce mois-ci, et aucun sorcier arrêté pour ces méfaits. L’affaire ne sera jamais portée devant un tribunal, amis hauts-placés. Contribuer à la perte est suffisant et les menaces coulent sur la sorcière comme si elles n’avaient aucune importance. Elles n’en ont jamais eu. De toute manière, qui oserait réellement s’en prendre à une Rosebury ?

Les prunelles océans se portent sur les plus grosses cages restantes, enveloppées de draps de fortunes. Les créatures qui s’y trouvent n’ont pratiquement aucune chance de pouvoir être relâchées un jour. Affamées, torturées, abattues. Même le programme de réinsertion pourrait ne pas les sauver. Elle sait déjà ce que les draps cachent. Des bêtes à moitié mortes. La sorcière serre le poing, fait crisser la mitaine de cuir de dragon, avant de s’approcher de la cage pour soulever le drap. Elle n’attend pas de combattivité de la part de l’hippogriffe qui s’y trouve, il n’y a que l’attente de la fin. L’humaine ouvre la porte pour s’aventurer à l’intérieur de la cage, consciente qu’elle ne craint strictement rien. Une révérence avant de s’approcher, une main tendue en direction du bec massacré. Certainement majestueuse autrefois, il ne reste plus qu’une épave de la bête allongée au sol, en attente du sort final. « Je suis désolée. » murmure t’elle. Pour qui ? Pour elle-même ? Pour la bête ? La baguette en bout de phalanges, et le sortilège de mort en guise d’adieu. À peine une larme pour prière avant que l’employée ne s’aventure vers les autres cages pour examiner l’étendue réelle des dégâts. Voilà bien souvent comment s’achève une intervention dans ce genre de trou. Un regard sur son équipe, des instructions glissées. Certaines créatures mortes, trop amochées seront directement incinérées, tandis que d’autres peuvent encore apporter une certaine contribution : fabrication de baguettes, apothicaire, marché noir. La dernière partie, elle gère seule, possède une part importante…

Mais déjà s’éloigne, respire l’air frais de la nuit, baguette de nouveau rangée dans son étui à l’horizontale de sa ceinture, dans le dos. Elle marche, la sorcière dans sa tenue de chasseuse de créatures, la chevelure blonde tressée trop rapidement. Ses pensées pour seule compagnie, ses sens privés d’attention. Les bras croisés, la démarche sûre, jusqu’à ce qu’une silhouette ne vienne la sortir de sa torpeur, ne la plaque violemment contre un mur. Ce n’est pas une poigne connue, et le ricanement qui s’échappe de la bouche ne lui dit rien. Pas le faux ennemi donc. Elle jure dans la langue natale de sa mère la Rosebury, en sentant son dos souffrir de l’atterrissage contre le mur. « Alors ma jolie ? On fait moins la maligne maintenant, hein ? » La jolie se redresse, grimace légèrement avant de porter l’attention sur l’homme qui lui fait face, bientôt rejoint par un petit cercle. « Tu sais qu’tu nous a fais perdre un joli paquet d’galions ? », « Ouais… Tu vas faire quoi pour nous rembourser hein ? » Évidemment. Il y a toujours des mécontents lorsqu’elle se pointe à la petite sauterie. « Vous êtes en infraction de la loi messieurs. Les combats de créatures magiques sont inter… » Interruption brutale d’une poigne qui la rejette contre le mur, nouvelle grimace en coin de la lippe. « Rien à s’couer d’ta loi poupée ! Tu m’dois une sacrée somme, et j’exige rétribution ! Ptêtre bien que j’me contenterai de ta jolie ptite peau. Ou plus si tu vois c’que j’veux dire ? » Pas de peur dans la prunelle de la Rosebury, seulement l’embrasement d’une lueur combattive. On ne pourra jamais dire qu’elle se laisse facilement faire la petite héritière.


the bloody throne - toute copie interdite


The devil's going to set me free
I've busted bones, broken stones, looked the devil in the eye. I hope he's going to break these chains ▬ kaleo & bat'phanie ©
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/05/2017
howlers : 144
silver sickles : 287
two way mirror : vega, l'étoile des o'hara ; sola, la bâtarde mcgregor.
avatar : chris pine.
credits : riverside&lachlan ♥
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t808-inspire-ecrishttp://bloodtournament.forumactif.com/t807-le-reseauhttp://bloodtournament.forumactif.com/t800-skevo-maybe-life-isn-
grade 0

grade 0
Dim 18 Juin - 1:38
Catch and release
erheÿbe rosebury & Skevo Damasio

Les mains fourrées dans les poches de sa veste en cuir, Skevo ruminait, tournait en rond comme un foutu lion en cage. Les prunelles attentives, braquées vers l'ancienne usine que quelques accros aux paris avaient réussi à transformer en repère pour voyous, l'espace de quelques semaines. Dissimulé dans l'ombre d'un bâtiment qui s'apparentait davantage à un champ de ruines vertigineux qu'à un vrai lotissement, il observait les agents du ministère, les pantins de sa majesté le Roi des cons, s'affairer tout autour des issues, embarquant preuves à conviction, matériaux jugés dangereux et créatures fébriles. Parce que, surprise, les combats clandestins ne se limitaient visiblement pas qu'aux Hommes et leur orgueil.

Lorsque la première d'entre elles était sortie, Skevo avait manqué de s'étouffer. Peut-être était-ce une erreur ou la propriété d'un des gars peu fréquentables qu'on retrouvait à la pelle dans ce genre d'endroit. Toutefois, une autre bête d'un gabarit plus conséquent avait été évacuée, puis une autre, et encore une, et son hypothèse s'était écrasée contre le mur brut de la réalité. Des mecs ont secoué leurs cages. Ils ont affamé et excité ces créatures, avant de les jeter ensemble dans un ring enfumé par les clopes et les exclamations vaseuses d'autres gars avides de sensations fortes qu'ils n'ont pas le courage de chercher par eux-mêmes. Une sacrée ribambelle de lâches, aux couilles en carton-pâte. Non seulement ils prenaient grand plaisir à torturer des animaux qui valaient mieux qu'eux, mais ils avaient également attiré sur le lieu l'attention indésirable du ministère. Tout pile quand Skevo aurait eu grand besoin de détendre ses poings. Il n'était pas con, enfin, pas toujours ; il savait que ce genre de combats existait mais il ne s'était pas douté que certains prenaient place au même endroit, là où ses propres combats étaient organisés.

Un nouveau soupir rageur glissa d'entre ses dents serrées et il fit volte-face. Il ne se défoulerait pas ce soir. Et il devrait trouver un nouvel endroit pour se battre, un qui n'encouragerait pas les pratiques les plus douteuses, si possible. Bien que cette requête prenne des reflets utopiques dans ce domaine.

Il quittait les ombres figées des vestiges gris de l'ancien bâtiment, regagnant celles bien plus mouvantes des ruelles avoisinantes, quand une voix grossière tonna comme un coup de tonnerre dans les ténèbres. « Ouais… Tu vas faire quoi pour nous rembourser hein ? ». Le ton gras, le rire tout aussi lourd coincé au bout des lèvres ; la caricature de l'homme auquel il cassait la gueule, chaque mardi et jeudi soirs. Sans doute un échange qui tournait mal entre quelques trafiquants mineurs du coin. Tout du moins, c'est ce à quoi il songea, jusqu'à ce que des échos plus subtiles lui parviennent. « Vous êtes en infraction de la loi messieurs. Les combats de créatures magiques sont inter… ». Une voix féminine, presque familière. Infraction. Combats de créatures magiques. Ouais, tout ça lui parlait. Ça lui rappelait même la dernière fois que leur club de combat avait essuyé une fermeture brutale. Ça lui revint d'un coup. La Rosebury.

Skevo s'avança dans la ruelle, les yeux plissés pour mieux discerner les quatre silhouettes plongées dans l'obscurité. La femme n'avait pas eu l'occasion de finir sa plaidoirie, coupée en plein élan par une des brutes. Skevo entendait à peine les conneries débitées par le type qui essayait à présent de l'effrayer, alors qu'il s'approchait. « Rien à s’couer d’ta loi poupée ! Tu m’dois une sacrée somme, et j’exige rétribution ! Ptêtre bien que j’me contenterai de ta jolie ptite peau. Ou plus si tu vois c’que j’veux dire ? ». Au moins, lui, quand il était venue la trouver pour lui faire part de sa façon de penser, il avait eu le bon sens d'être vraiment menaçant, pas juste de se montrer pervers ricanant à la langue trop pendue. Mais soit, tout le monde ne pouvait pas être doté de bon goût. Il aboya un rire bref et dur, qui attira aussitôt l'attention. « C'est avec cette bouche que tu embrasses ta mère ? ». Toutes les têtes se tournèrent vers lui et il haussa les épaules, avant d'enchaîner : « À trois contre une, voilà qui me paraît bien équitable. On a peur d'affronter une fillette tout seul ? ». Il en reconnut un dans le tas, qui participait également aux paris concernant les combats entre sorciers. En gagnant, Skevo se rappelait l'avoir privé d'un bon paquet de fric. « Toi, l'fauteur de troubles, dégage ! C'pas tes affaires. », grinça d'ailleurs l'ordure, avant de saisir la blonde à la gorge. Comme s'il pensait que cette simple réponse le pousserait à prendre ses jambes à son cou, le gars continua de débiter ses menaces obscènes sous l'oeil féroce de la Rosebury. Skevo soupira, les poings maintenant serrés dans ses poches. « Putain, les gars, me forcez pas à prendre la défense d'une Rosebury. ».

L'un d'eux sortit aussitôt sa baguette, mais Skevo, préparé, le frappa durement au visage avant qu'il n'ait l'occasion de lancer le moindre sort. La tête de l'homme partit en arrière dans un craquement sinistre de nez cassé et Ske en profita pour attraper la baguette, qu'il brisa ensuite d'un coup sec. Quelqu'un le frappa dans le dos et il se tourna, ses prunelles céruléennes s'enflammant dans un rouge flamboyant. Celui qui avait attaqué déglutit mais enchaîna avec un nouveau coup. Skevo encaissa en grognant, puis fit craquer son tibia d'un coup de pied brutal, avant d'enfoncer son coude dans le visage hébété de l'homme.

Celui qu'il avait frappé en premier se relevait enfin, mais Skevo le remit à sa place d'un nouveau coup de poing, avant de braquer sa baguette dans la nuque de celui qu'il connaissait. « Je vous ai pourtant demandé poliment, non ? Lâche-la. », ordonna-t-il d'une voix rauque. Ses mains, il avait lui-même bien envie de les glisser autour du cou vulnérable de la blonde Sombral, mais la tuer reviendrait à en voir débarquer une dizaine d'autres comme elle. Et puis, tuer, c'était pas son truc.

Sortilège informulé prisonnier du barrage de ses lèvres, un éclair jaunâtre jaillit de la pointe de sa baguette et toucha le gars en pleine nuque. Il se raidit d'une traite, puis s'effondra sur le coup. Stupéfix efficace. Bref regard à la Rosebury, ennemie de sa propre violence ; la haine qu'il vouait à tous les sang-purs fit bouillir son sang et il serra les dents. Ne te laisse pas dépasser. Dégage avant de dire quelque chose que tu regretteras ou qui te trahira. Il aurait pu lui faire la morale, se moquer, s’enquérir de son état, mais aucune de ces choses n'était sa spécialité. Aussi, sans une seule parole supplémentaire, il tourna les talons, prêt à quitter la ruelle.
Code by Silver Lungs


Make me cold and take my soul
Take my heart and I'll restart ; please just let me fall apart. ©️lazare.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 04/06/2017
howlers : 105
silver sickles : 31
avatar : jennifer lawrence
credits : schizophrenic
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t888-erheybe-rpshttp://bloodtournament.forumactif.com/t889-erheybe-heart-like-yours-is-rare-to-find#12125http://bloodtournament.forumactif.com/t823-les-reves-soulagent-u
grade 2

grade 2
Mer 21 Juin - 9:57
Erheÿbe & Skevo
Catch and release
Pas une seule lueur de peur dans le regard de la Rosebury, ils sont trop peu nombreux à réellement l’intimider. Elle a beau ressembler à une poupée fragile, elle n’en porte que l’apparence, car déjà l’esprit cherche un moyen de sortir de cette situation. Une habitude acquise avec le danger de sa profession : analyser et agir en conséquence. Ces hommes n’ont de loubards que le titre, certainement pas le charisme ou l’attitude. Rien de moins que de la racaille à mille lieux de la sobriété. Rien qu’elle ne puisse gérer, pour peu qu’elle réussisse à attraper sa baguette coincée dans son dos. Les menaces coulent sur sa peau, elle ne les entend pas. Il n’est qu’un homme capable de l’effrayer avec de tels propos, et il n’est pas présent ce soir. Des paroles vides de sens, et bien dangereuses. S’attaquer à un sang pur équivaut à la sentence maximale. Pas d’aller-retour pour Azkaban, pas de travaux d’intérêt général. Juste le baiser du détraqueur ou la baguette comme dernière vision. Abattez un Rosebury, et il en viendra d’autres pour réparer le tort. Elle a beau ne pas l’être à 100%, elle en porte le nom et le sang. Aussi pince t’elle les lèvres pour ne pas cracher plus de venin, ses phalanges grattant le mur comme pour montrer à ces imbéciles qu’elle aussi peut trembler sous la menace, quand en réalité, elle se rapproche de l’extension de sa main. Encore quelques centimètres…

… et une voix qui attire tous les regards, y compris le sien. La prisonnière plisse les yeux sous le flot de paroles… Fillette ? Elle pourrait rétorquer, mais ce serait certainement se priver d’une aide plus ou moins précieuse. Au moins, l’attention est détournée de sa personne, et sa main parvient à attraper sa baguette, peu avant que son preneur d’otage ne l’attrape de nouveau à la gorge pour la plaquer contre la brique. Elle se débat un instant, suffisamment court en réalité pour libérer sa main armée. Les choses sérieuses peuvent enfin commencer. La voilà qui plante son talon dans le pied de son assaillant, s’arrangeant pour lui faire lâcher prise. Un tour fort utile qu’elle n’hésite jamais à utiliser. Son sauveur s’occupe des autres, allant même jusqu’à ne rien lui laisser. Goujat.. Elle qui pourtant n’est pas une grande admiratrice des combats de rue, doit reconnaître que son sauveur sait y faire. Outre mesure, elle ne serait pas même étonnée d’apprendre qu’il prend part à des combats illégaux dans le même genre de lieu qu’elle vient de faire fermer. Elle observe, la victime loin d’être sans défense désormais, ce carnage digne d’un moldu.

À peine cinq minutes plus tard, baguette toujours en main, elle regarde autour d’elle, les attardés au sol, nez en sang et gémissement pour unique parole. Efficace le sauveur. Mais déjà la belle attrape son MTTP, cherche le nom de son interlocuteur et l’hologramme apparaît, rapidement. « Wallis, j’ai trois hommes au sol. Ramène une infirmière et un auror. Non je n’ai rien. » dit-elle avant de porter ses prunelles céruléennes sur la silhouette qui s’éloigne. Alors quoi ? C’est tout ? Là voilà qui délaisse ses agresseurs pour rejoindre l’autre. « Eh ! Vous ! » Quelques enjambées. « Merci… » Ce n’est pas grand-chose en vérité, mais c’est au moins ça. Elle vient de s’octroyer une dette.


the bloody throne - toute copie interdite



Spoiler:
 


The devil's going to set me free
I've busted bones, broken stones, looked the devil in the eye. I hope he's going to break these chains ▬ kaleo & bat'phanie ©
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/05/2017
howlers : 144
silver sickles : 287
two way mirror : vega, l'étoile des o'hara ; sola, la bâtarde mcgregor.
avatar : chris pine.
credits : riverside&lachlan ♥
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t808-inspire-ecrishttp://bloodtournament.forumactif.com/t807-le-reseauhttp://bloodtournament.forumactif.com/t800-skevo-maybe-life-isn-
grade 0

grade 0
Mar 27 Juin - 3:13
Catch and release
erheÿbe rosebury & Skevo Damasio

Tous les muscles de Skevo se tendaient, crépitants, encore vifs et bouillants d'adrénaline, prêts à se déplier pour que ses poings continuent à marteler la peau et la chair. Il aurait vraiment aimé que trois autres mecs déboulent de nulle part, juste pour gagner le plaisir d'enfoncer leurs nez un peu plus profondément dans leurs visages cireux. Au lieu de quoi, il se retrouvait seul avec la Sombral, tigresse dont il avait déjà serré le cou par le passé. Peu, trop peu, il n'avait même presque pas serré, mais il avait eu des mots durs, des menaces acerbes et des regards acérés. Elle n'avait pas baissé les yeux, l'inconsciente, l'arrogante demoiselle Sang-Pur, elle l'avait affronté, le défiant silencieusement d'en dire plus, d'en faire plus. Et il avait fini par céder, crachant un ultime affrontement avant de s'évaporer dans les ténèbres. Aujourd'hui, il n'avait pas les tripes nécessaires pour recommencer leur petit jeu. Ou plutôt, il ne possédait pas la même patience. Il trépignait, pressé d'en découdre et il ne se faisait pas confiance pour contrôler ses mots ou ses gestes. Pas face à l'élite de cette société rongée par les maux, qu'il exécrait tant.

Il s'éloignait déjà, le pas furieux, batterie enragée à la place du cœur, fier de sa retenue passagère, quand la demoiselle, sans se douter du danger qu'elle continuait à encourir, le retint par des mots. « Eh ! Vous ! ». Ses mâchoires se bloquèrent, dents serrées, et il se retint de faire un volte-face dément, des cornes sur le haut du crâne pour l'empêcher de le suivre. « Merci… », ajouta la Rosebury, alors qu'il pensait être confronté à une multitude de questions ou d'accusations stériles. Un bref rire qui ne possédait pas une seule once d'amusement dans le ton lui échappa et il s'arrêta enfin. Il s'humidifia les lèvres, essaya de retenir la bouffée de colère qui l'assaillait mais échoua lamentablement. Se retournant, il cracha avec rancœur : « Je me fous de votre gratitude. Gardez-la pour vous, elle ne vaut rien à mes yeux. ». Non seulement il vouait une haine inépuisable aux Sang-Purs depuis que la situation des impurs et des cracmols se dégradaient à vitesse grand V, mais la Rosebury était déjà intervenue dans ses affaires, fermant un club qu'il affectionnait tout particulièrement à une époque où il avait désespéramment eu besoin de se défouler pour ne pas imploser.

Il fit quelques pas dans sa direction, rompant le maigre espace qu'il restait entre eux, puis se pencha vers elle et la toisa, un rictus cruel au coin de la bouche. « Mais si vous insistez, votre altesse, arrêtez de fourrer votre foutu nez dans des affaires qui ne vous concernent pas. ». Qu'elle libère autant de créatures qu'elle le souhaite, ça ne le dérangeait pas, bien au contraire ; l'homme qu'il avait été, travaillant jour et nuit aux côtés de dragons, en était soulagé. Cependant, qu'elle ne cesse de se mettre entre lui et sa violence chérie, l’incommodait au plus haut point. « Ce soir ? Ce n'était qu'un avant-goût de ce que vous allez vivre au quotidien, si vous n'arrêtez pas. », gronda Skevo. Ce n'était pas une menace de sa confection, il ne comptait pas revenir lui arranger le portrait ou se conduire aussi vulgairement que les ordures de ce soir, mais il savait qu'elle avait donné un coup de pieds dans une fourmilière dangereuse et que son geste ne resterait pas impuni bien longtemps. Il la toisa de haut en bas, affrontant le regard outré de la demoiselle, puis ajouta, moqueur : « Alors, ramassez vos airs de princesse et rejoignez votre Wallis. Ce sera mieux pour tout le monde. ».
Code by Silver Lungs

Spoiler:
 


Make me cold and take my soul
Take my heart and I'll restart ; please just let me fall apart. ©️lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
Catch and release [skevo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Topic Catch
» [28/01/12] Draft release EE
» UNofficial Release 9
» Release lvl 75
» Department of Justice Office of Public Affairs FOR IMMEDIATE RELEASE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum