intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
Nocturne, Op. 9, No. 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/05/2017
howlers : 241
silver sickles : 489
two way mirror : thybalt ogden et aaren eames
avatar : viggo mortensen
credits : av © exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t922-thad-ruthless-in-purpose-and-insidious-in-methodhttp://bloodtournament.forumactif.com/t863-thad-if-you-cut-us-do-we-not-bleedhttp://bloodtournament.forumactif.com/t790-thaddeus-brave-new-wo
staff g1♕

staff g1
Mar 13 Juin - 3:30
RYODAN O’HARA & THADDEUS O’HARA
Nocturne, Op. 9, No. 2

Une journée au ministère s’achève déjà. C’est tôt pour un directeur de département, et pourtant. C’est ça d’être son propre supérieur, d’avoir un bureau à soi tout seul : on dicte ses propres lois, délègue les basses besognes aux sous-fifres et quitte l’office en se glissant dans l’âtre de la cheminée de service. La dernière phrase qu’il ait prononcée avant de se retirer ? « Par Merlin, vos justifications, c’est de la poudre de perlimpinpin. Bouclez ce dossier qu’on n’en parle plus et cessez de vous trouver des excuses. Envisager votre dispararition n’a jamais été aussi tentant, sachez-le, Wilkes. Et je pèse mes mots. Ne me décevez pas. » qu’il crache avec dédain, baguette en main. Dans un tourbillon émeraude, Thaddeus quitte le ministère, un peu en colère.

Thaddeus est bien arrivé à destination, avec de la suie déposée sur les chaussures, saleté qu’il maudit. Une légère moue contrariée lorsqu’il voit sa femme l’approcher, bras tendus, paumes offertes. Non, il n’a pas besoin d’elle. Plus besoin, même. Il lui tend néanmoins sa cape, et lui fausse compagnie dès la première occasion. Il lui préfère le salon, grandiose et familier. Lorsqu’il s’allonge de tout son long dans un grand divan, un elfe débarque. Il porte à bout de patte un plateau d’argent sur lequel trône un verre généreux. Thaddeus s’en saisit machinalement, snobe la maigre créature. Il avale une gorgée brûlante et détourne son regard usé, qu’il pose sur les flots qui bordent la propriété, visibles à travers la baie vitrée. Le cerbère sourit, fier de ses acquis. De cette vue imprenable. De cette journée si calme.

C’est une drôle d’île, Cork. Elle trône fièrement sur le fleuve Lee, et regorge d’échoppes sympathiques. On y trouve des sorciers distingués, talentueux et pleins de ressources. Le climat est fidèle à lui-même, on ne souffre pas de la chaleur. Le lieu idéal pour bâtir un domaine. Le manoir du cadet des O’Hara ne surplombe pas l’île, il se fait discret. Etabli non loin de la côte, l’accès y est facile lorsqu’on sait où mettre les pieds. La pierre est d’un gris terne et froid, fidèle aux cheveux de son propriétaire. Thaddeus s’y réfugie le plus souvent possible, et invite peu de son plein gré. C’est Swan qui lui murmure sans cesse qu’ils ont des partenaires à honorer, à accueillir et à ravir. A duper, aussi. Si ça ne tenait qu’à lui, les convives suffisamment dignes se compteraient sur les doigts d’une main d’un manchot. Cork, c’est son domaine. Pas une vulgaire auberge. On y entre par la grande porte et on s’en vante.

Pour consolider cette atmosphère distinguée, un imposant piano siège dans un recoin de la pièce qui perd en lumière. Une ultime rasade pour la raison et le voilà qui se dirige droit vers l’instrument de prestige, le verre est déposé sur le couvercle rabattu. Cette pratique l’apaise, calme ses maux, soigne sa rage. Ou pas. Il invoque toute sa concentration et joue, rajeunit. Il pianote à un rythme délicat, peut-être trop pour sa personne. Paupières closes, il visualise une femme au pas souple sillonnant la surface d’un lac, puis un champ fertile. Des images qui l’égarent, et il n’entend pas les bruits de pas alentours. Il ne remarque pas son propre frère, ses yeux clos et ses doigts virtuoses le transportent doucement. L’harmonie est trop grande, trop précaire. Il faut rompre le charme, réveiller le O’Hara !



Ne cherchez plus mon cœur; les bêtes l'ont mangé. Mon cœur est un palais flétri par la cohue ; On s'y soûle, on s'y tue, on s'y prend aux cheveux ! - Un parfum nage autour de votre gorge nue !
vdm:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 06/06/2017
howlers : 81
silver sickles : 0
two way mirror : Lady Gaga xD
avatar : Mads Mikkelsen
credits : (av) CARNAVAGE / faust & (sign) FRIMELDA
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t855-ryodan-no-trouble-rpshttp://bloodtournament.forumactif.com/t857-ryodan-you-re-the-pulse-in-my-veins-liens-pur-marie-directeur-dpt-56-yohttp://bloodtournament.forumactif.com/t843-ryodan-swallow-my-sin
grade 2

grade 2
Jeu 15 Juin - 23:06
Thaddeus & Ryodan
Nocturne, Op. 9, No. 2
Il n'y avait jamais rien eu à redire, le souffle à peine éclos sur les lèvres encore juvénile du gamin qui n'avait fait que grandir au sein d'une famille particulière. L'ainé, presque trop ambitieux, paranoïaque soupçonné du crime odieux, du meurtre opportuniste, quand Ryodan n'était alors qu'un gamin, trop d'années les séparant. Quant au cadet, jamais un geste tendre, jamais une protection autre qu'honorable, la jalousie pugnace de ne plus être le petit dernier nécrosant les liens qu'ils auraient pu tisser. Ce fut au sein de cette famille, de ces exemples, que le cerbère avait grandi, tissant sa propre personnalité, noyant sa noirceur dans l'exemple impie de ses ainés. Justification parfaitement mesquine, mais si juste au fond. Elle n'avait jamais été un mirage ni même une illusion, il n'y avait que le tournoiement invisible d'une meute avide et égoïste, capable d'égorger ses propres membres pour une survie intéressée.

Mais ils s'élevaient ensemble, famille à l'honneur dévorant les cœurs lacérés de ceux qui la composaient. Il ignorait si celui, devant la porte duquel il se trouvait, avait jamais aimé sa femme. Il ne s'était même jamais intéressé à cette possibilité. Mot grogné, vomi, improbable, chimère insoupçonnée pour le palpitant flétri depuis trop d'années dans son poitrail puissant. Ryodan n'avait découvert ce sentiment qu'envers sa propre chair, celle qu'il avait engendrée avec Darina, ses enfants. Et pourtant, il serait également capable de les sacrifier, tout comme il avait arraché l'embryon du ventre de l'impure engrossée des siècles plus tôt, semblait-il. Avant que l'épouse vienne s'étendre, virginale offrande, entre des draps trop rapidement souillés par cette vérité. Son propre frère, lui, n'éveillait pas l'ombre d'un sentiment semblable à celui que ses enfants avaient fait naître, première illusion d'un muscle inerte. La plus récente n'avait aucun sens, aucune vérité, pas même un semblant de possibilité dans son esprit, malgré l'obsession qui meurtrissait son âme. Mais si Thaddeus n'était rien de cela, pourquoi venir ? Parce qu'il était l'insoupçonnable allié, le rival à ne pas négliger... et Ryodan n'en négligeait aucun, même la gamine vomie n'était pas assez insignifiante pour ne plus figurer, telle Vega, l'étoile, dans sa carte du ciel O'Hara.

Observant brièvement le heurtoir, il se contenta d'actionner l'ouverture de la porte d'un sort précis, son autre main venant s'assurer de la légère boursoufflure de sa poche. Avant de pénétrer dans la demeure à laquelle il ne porta qu'une attention relative, laissant un elfe de maison apparaître presque aussitôt devant lui, créature appartenant aux leurs, et qui courba l'échine lorsqu'il le reconnut. La mélodie qui flottait jusqu'aux pieds des marches, laissa mourir sur ses lèvres la question de l'endroit où se trouvait son frère ainé, et la créature se contenta d'opiner de la tête, soufflant un misérable "c'est bien le maître qui joue." s'élever de sa gorge faiblarde. Réflexion inutile, il connaissait le touché de son frère, la critique bordant son âme aussi acérée que la passion abyssale qui le gagnait lorsqu'il jouait lui-même sur l'ivoire meurtri, ou frottait l'archet sur les cordes plaintives. S'il n'était pas celui qu'il était, peut-être aurait-il déambulé, artiste immuable, différent du monstre affamé qu'il s'avérait être malgré tout aujourd'hui. Âme dévorée par la perversion O'Harienne.

Lui, le familier, le connaisseur des lieux, à s'y être trop de fois présenté en tant d'années écoulées, empruntait déjà la venelle jusqu'au salon où il ne tarda pas à le découvrir, oublié dans le jeu d'un nocturne apprivoisé. Il s'avança d'un pas mesuré, silencieux, prédateur qui pourrait l'égorger, ici, maintenant, ténébreuse possibilité à l'appel de laquelle il ne céderait pas si facilement, Thaddeus était utile. « Si j'avais su que tu étais d'humeur mélomane, j'aurais apporté mon violon au lieu de ce pourrissant présent, mon frère. » trancha-t-il les notes, ses doigts agrippés au couvercle, pupitre vierge de la moindre partition, qui, dans un accès de rage aurait pu s'échouer sur les doigts de son ainé. Pourtant, à travers ces mots, cette retenue passagère, il se montrait courtois, préférant lui lancer une petite bourse enchantée extirpée de sa poche, capable de contenir plus gros que la taille qu'elle présentait, et son ouverture de s'agrandir en conséquence. Ce n'était rien d'autre qu'un cadavre animal ayant atterri dans son service, et qu'il avait récupéré pour en faire cadeau à Thaddeus. Présent qui n'était qu'un prétexte couteux, compte tenu de la rareté du prédateur. Un Nundu... ici, en Angleterre, le souffle presque encore empoisonné, malsaine possibilité d'une énième malédiction inventée. « On parle. Beaucoup. Du petit prince nuisible et de sa catin avariée. » lança-t-il simplement, comme l'on affirmerait qu'il pleuvrait demain, telle une aube ruisselante. Le ton était donné, alors qu'il venait s'asseoir comme s'il se trouvait chez lui, sur un fauteuil de la pièce, scrutant Thaddeus, venant s’enquérir de son point de vue. Stratégie pugnace qui se passait d'un autre ainé, au cœur de bien des discussions, et sans doute de celle-ci également.


the bloody throne - toute copie interdite



   

   Seems the monster always wins
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/05/2017
howlers : 241
silver sickles : 489
two way mirror : thybalt ogden et aaren eames
avatar : viggo mortensen
credits : av © exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t922-thad-ruthless-in-purpose-and-insidious-in-methodhttp://bloodtournament.forumactif.com/t863-thad-if-you-cut-us-do-we-not-bleedhttp://bloodtournament.forumactif.com/t790-thaddeus-brave-new-wo
staff g1♕

staff g1
Sam 17 Juin - 0:01
RYODAN O’HARA & THADDEUS O’HARA
BLOOD IS THICKER THAN WATER

Thaddeus gronde de mécontentement. Qui a brisé sa communion avec l’instrument zébré ? Qui a osé l’interrompre dans son exercice quotidien ? Il lève la tête de son ouvrage, sans chercher à réfréner sa moue exaspérée. « Si j'avais su que tu étais d'humeur mélomane, j'aurais apporté mon violon au lieu de ce pourrissant présent, mon frère. » Frère. Frère de sang, pas de cœur. Il le dévisage silencieusement, la cervelle encore bercée par les notes délicates. Ryodan. Le fameux Ryodan, qui se pointe à Cork lorsque l’heure de parler affaires est jugée bienvenue. Voilà la preuve irréfutable que les liens du sang survivent au plus grand des mépris, à la plus amères des jalousies. Thad observe l’homme d’un oeil pétillant, avide d’entendre son alibi, ses faux regrets ne lui inspirent rien. Le duo musical attendra. « Mon cher Ryo… tes cadeaux ont toujours su être à ta hauteur. » Hypocrisie risible, qui se veut hautaine à défaut de posséder une once de finesse. Mais Thaddeus est réellement fasciné par le spécimen offert. Un Nundu adulte, ici, à Cork ! Le pelage léopard, la gueule béante dont l’haleine fétide et mortelle reste confinée entre les murs de cuir, et le poitrail bombé dans l’Ifrinn. Il adore. Le vieux cerbère détaille la bête comme une sorcière admirerait une vitrine de haute couture. Absorbé par le tableau de chasse extraordinaire, il en oublierait presque Ryodan, qui ne s’est pas fait prié pour s’installer à son aise. Le Nundu est plus intéressant que son subalterne de frère. Il s’en détourne de bien mauvaise grâce.

« On parle. Beaucoup. Du petit prince nuisible et de sa catin avariée. » Oui, l’histoire agite la presse, affole les nobles et amuse la plèbe. C’est une situation intolérable, incroyable. D'un regard impérial, Thaddeus ordonne à un elfe de renouveler son verre et d'en servir un à son invité. « Je doute que tu aies approché Lorcan pour… discuter d'un sujet de cet ordre. Il tend une cigarette à son frère, allume la sienne d’un coup de baguette. Les voilà fins prêts à converser. Tu fais bien. » conclut-il, satisfait. C’est un crétin fini, un parricide maudit. Thad adopte l’expression narquoise du benjamin O’Hara, sans pour autant parvenir à égaler ses lippes prédatrices. Tout comme lui, Ryodan est un animal politique. « En effet. Les Lancaster ont perdu de leur superbe. Le coup d’état ne les réussit pas. Leur prince héritier qui s’entiche d’une traînée, qui l’eût cru ? Mais où va l’Empire ? » Il s’emporte, la fumée expirée couve à présent leur conversation empoisonnée. Cracher sur les voisins, l’un des uniques terrains d’entente des frères mineurs. « Nous autres, O’Hara, pouvons nous targuer d’accorder à l’opinion publique l’importance qu’elle mérite. » avance-t-il, mué d’une amère pensée pour sa fille aînée. Oui, nous savons faire taire les indignes. « Ma question, Ryo, est simple et se tient en une phrase. » Affirmation qui vire à la confidence. Il se penche à son oreille, et souffle ; « Devrions-nous prétendre à la régence ? » Devrions-nous proprement évincer ces Lions bafoués ? Quand cesserons-nous de courber l’échine ? Nos trois gueules armées n’ont-elles pas suffisamment patienté ? N’est-il pas grand temps de s'emparer des rennes de cet empire voué à un Ifrinn politique ?



Ne cherchez plus mon cœur; les bêtes l'ont mangé. Mon cœur est un palais flétri par la cohue ; On s'y soûle, on s'y tue, on s'y prend aux cheveux ! - Un parfum nage autour de votre gorge nue !
vdm:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 06/06/2017
howlers : 81
silver sickles : 0
two way mirror : Lady Gaga xD
avatar : Mads Mikkelsen
credits : (av) CARNAVAGE / faust & (sign) FRIMELDA
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t855-ryodan-no-trouble-rpshttp://bloodtournament.forumactif.com/t857-ryodan-you-re-the-pulse-in-my-veins-liens-pur-marie-directeur-dpt-56-yohttp://bloodtournament.forumactif.com/t843-ryodan-swallow-my-sin
grade 2

grade 2
Lun 19 Juin - 21:27
Thaddeus & Ryodan
Nocturne, Op. 9, No. 2
Il fit s'agenouiller l'idée même d'un présent de valeur, la laissant pourrir dans la puanteur poisseuse des strangulots. Thaddeus faisait une nouvelle fois preuve d'une ingratitude manifeste, mais le benjamin de la fratrie se moquait bien de la moindre reconnaissance de cet ainé qui n'avait qu'un intérêt fonctionnel. Le palpitant blasé ne frissonna même pas sous l'attaque, et le sarcasme se contenta de parer ses lèvres alors que le plus âgé des cerbères contemplait avec un peu trop d'intérêt le cadeau soit disant insipide. Car c'était ce qu'il avait toujours supposé de la vision de son ainé à son encontre, Ryodan ne se laissant pas berner, comprenant que la vérité n'était que ce qu'elle dévoilait dans les tranchées saccagées des O'Hara. Souffle aussi putride que l'haleine fétide de l'animal chassé, assassiné pour la préservation des hommes, les mots de Thaddeus avaient toujours revêtu l'apparat destructeur, dépourvus de tendresse. Chaque frère tissant sa propre identité, personnalité, dans les tourments mesquins d'un nom, d'une famille, d'une méfiance. Rayons de parricide venant s'abattre sur ceux qui se doutaient, qui avaient été façonnés, influencés par l'acte.

Il s'était installé à son aise, étudiant ce frère qu'il serait si facile de détruire, tout comme cet ainé paranoïaque, mais pas suffisamment sans doute. Raison plus qu'évidente poussant Ryodan à redoubler de méfiance, d'autant plus vis-à-vis de ces êtres incapables du moindre frisson venant secouer le palpitant à l'évocation d'un fratricide. L'intelligence brûlant son esprit, l'observation nécrosant ses prunelles, l'absence de remord lacérant son âme, déjà morcelée, mâchonnée, recrachée. Il connaissait les fascinations, il avait passé trop d'années dans l'ombre des monstres pour ne pas savoir par quel biais frapper. A la manière d'un loup, à la manière d'un tigre, le tout était de déterminer comment abattre la bête. Mais il n'y avait bien que la faiblesse qui attirait le prédateur, le laissant humer le fumet délicat de la pourriture d'une plaie dissimulée. Il n'affaiblirait pas les siens. Il les renforcerait. Car si égoïste qu'il fut, il œuvrait pour le clan, pour un nom, désirant les retombées de placer l'un des leurs sur le trône, bien plus que d'y siéger lui-même. Quel ennui, merde rutilante, que de se trouver sur le devant de la scène. C'était le roi que l'on abattait en premier, et il désirait survivre, vivre, et plonger ses crocs dans les gorges pulsantes. Le mieux serait même de faire accuser l'héritier de l'assassinat.  

Le verre qui était destiné vint se remplir sous l'ordre de Thaddeus, avant qu'il ne soit celui qui aborda la question de Lorcan. L'interrogation qui n'en était pas une plaqua à ses lèvres l'écho d'un sourire, tandis qu'il s'emparait d'une cigarette, magiquement allumée après s'être coincée entre les lippes acerbes. Combien même se moquait-il de l’opinion de son frère, cela n'avait pas de véritable importance, si ce n'était dans le sens second que cela signifiait : c'était bien l'un de leur seul point d'accord. Sans compter les mots qui se faisaient venin à l'encontre de la royauté désœuvrée. Quel exemple prônait-elle ? Quel avenir leur proposait-elle ? Rien d'acceptable. Et tandis que Thaddeus énonçait des paroles d'apparat, destinées à les conduire exactement à l'endroit désiré, lui dérobait une gorgée de la liqueur, avant d'arracher le souffle de la mourante à ses lèvres joueuses. Un rire mesquin vint compléter la scène, presque un sombre présage, tel le chien noir des faux devins. L'opinion était demandée, quand, un instant plus tôt, la considération n'existait pas. Face à cette parfaite opposition qu'il ne releva pas, il dévora une nouvelle bouffée assassinée, avant de l'expier de trop longues secondes plus tard.

« Quel intérêt de poser la question, quand la réponse est d'une rare évidence ? Les Lancaster ne sont plus ce qu'ils étaient. Le sang s'est affaibli. Les valeurs amoindries. » L'énonciation froide de faits, de la faiblesse qui suintait de la famille royale. Comme la précédente, il y avait une gorge offerte, trop pâle, trop dévoilée, et mille fois plus éloignée des valeurs d'autrefois. « Non, Thad, la véritable question selon moi, est, qui mettrions-nous sur le trône ? » Lorcan, car il serait bien évidemment le candidat, était-il le plus approprié pour ce rôle ? Sans oublier que dans le choix de ces paroles, il s'évinçait naturellement de la couronne venant s'installer directement sur son crâne. Quant à voir Thaddeus sur le siège doré, c'était encore une pieuse interrogation à laquelle même Merlin ne saurait répondre. Le manipulateur esquissait différentes venelles, mais laissait, fin observateur, son ainé tracer celle(s) qui lui sembleraient les plus légitimes. Ahhh... quelle idée de ne pas s'être fait du benjamin un véritable allier, lui, le prédateur affamé aux crocs trop aiguisés. Trop jeune lors de la perte de son père pour réellement en avoir reçu autre chose que l'exemple désinvolte qu'il était possible d'éliminer un obstacle, quel qu'il soit. « Le choix est crucial. Les alliés nécessaires. »


the bloody throne - toute copie interdite



   

   Seems the monster always wins
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/05/2017
howlers : 241
silver sickles : 489
two way mirror : thybalt ogden et aaren eames
avatar : viggo mortensen
credits : av © exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t922-thad-ruthless-in-purpose-and-insidious-in-methodhttp://bloodtournament.forumactif.com/t863-thad-if-you-cut-us-do-we-not-bleedhttp://bloodtournament.forumactif.com/t790-thaddeus-brave-new-wo
staff g1♕

staff g1
Sam 1 Juil - 0:05
RYODAN O’HARA & THADDEUS O’HARA
KILL THE KING!

Le seul homme pouvant se targuer de détenir l'admiration de Thaddeus est mort depuis bien longtemps. Ne reste plus que son vil héritier, son cadet hargneux et son benjamin carnassier. Equilibre précaire, nécessaire. Instauré par un aîné mégalo et parano. Qu'est-elle devenue, cette portée détestable, éduquée pour écraser ? Des soixantenaires bons à rester dans leur salon, leur grand bureau, repliés dans leur palais trop froid. Ils sont toujours là, tapis dans l'ombre, maîtrisent traîtrises et manigances. Virtuoses, ils se prêtent au jeu du chef d'orchestre, tissent leur toile rongée d'ambition. Et c'est tout ce qu'ils sont ? Voilà ce qui leur reste ? Des grands airs, des paroles savantes, des oeillades hautaines ? Thaddeus n'est pas de cet avis. Ce sont eux, qui dominent le jeu. Eux seuls savent où poser le pied, où faire un grand pas, quand baisser les bras, s'il faut rouler des yeux, rire aux éclats. Ils sont vieux, oui. Ils faiblissent, oui. Mais ils n'ont jamais été plus furieux, plus voraces. Plus désireux d'atteindre un sommet enfin à portée de bras. Et Thad est comme ça, avide de pouvoir, d'ordre et de réussite. Qu'importe s'il doit se ranger du côté du petit dernier, sa rage surpasse leur animosité innée.

Malgré lui, Tadhg boit les paroles du plus jeune, s'en imprègne, les fait siennes. Il n'apprécie pas cette vigueur dans sa voix, son assurance creusée sur ses traits. Il abhorre cette attitude trop sereine, et défiante, trop confiante. L'ordre est trop souvent chamboulé. Ryodan est un joueur à part entière. Parfois, Thad l'oublie. Il se dit qu'il n'y a que lui, qu'il n'a qu'un aîné à devancer. Et l'ombre de Ryo se profile, lui rappelle cette menace constante. Son souffle contre sa nuque le hérisse, l'électrise. Lui confère un regain d'énergie, une piqûre d'adrénaline. Celle de la dernière chance, du train à ne pas rater. La route se fera longue à pied. « Quel intérêt de poser la question, quand la réponse est d'une rare évidence ? Les Lancaster ne sont plus ce qu'ils étaient. Le sang s'est affaibli. Les valeurs amoindries. » T'as raison. Oui, ce ne sont que des balivernes, ces mots jetés en l'air. Bien sûr que l'interrogation est inutile, trop futile. Evidemment, on ne souhaite qu'en finir, les détruire, cesser cette comédie. Thad grimace. « Le roi... Qu'on lui coupe la tête ! » Monarchie bafouée, famille décimée, plus bas que terre, la misère. Les Lancasters doivent crever. Le roi est mort, longue vie au roi. « Le choix est crucial. Les alliés nécessaires. » Il rit, Thad. Il sourit, le visage mauvais. Répète ? T'as perdu la tête ? Il toise durement le petit frère. Ses traits ne se contiennent pas, il n'est pas aussi fin, plus sanguin. « L'enjeu est de taille, qu'il concède, amer. Oui, pas le choix de faire un choix. Le comble du comble. L'horreur de la situation. Mais jamais je ne m'enticherai d'alliés en papier. Tu me connais, Ryo, je les déteste tous. Nous ne nous élèverons pas au son de leur clameur, nous les ferons trembler de peur. » Il est clair qu'un O'Hara ne gagne pas aisément les faveurs d'une foule. Il faut savoir ruser, apprendre à jouer des coudes. « Le trône... Lorcan y siègera, il n'attend que ça. Nous deux, nous serons là, comme nous l'avons toujours été. Le vieux ne tiendra pas trois jours, ses conseillers l'achèveront à coups de poignard, ses héritiers suivront. Et toi Ryodan, dans tout ce carnage, quel rôle joueras-tu, toi qui arrive toujours dernier, qui n'a rien à prétendre, qui se contente d'acquiescer ? » Pique stupide, venin gratuit. Il se pourlèche les lèvres, perdu dans ses rêves.



Ne cherchez plus mon cœur; les bêtes l'ont mangé. Mon cœur est un palais flétri par la cohue ; On s'y soûle, on s'y tue, on s'y prend aux cheveux ! - Un parfum nage autour de votre gorge nue !
vdm:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Nocturne, Op. 9, No. 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
» Nuage nocturne premier entrainement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum