intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
ZAVEID # Into The Wood.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 14/05/2017
howlers : 20
silver sickles : 0
avatar : Adrien Sahores
credits : ava (C) flightless bird
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t910-sade-lorsque-l-etreinte-se-fait-mortelle#12379http://bloodtournament.forumactif.com/t844-sade-passion-de-luxur
grade 1

grade 1
Sam 10 Juin - 1:25

Irlande, nord-ouest de l'Europe, archipel des îles Britanniques. L'île est divisée en trois parties, trois familles ; le nord est McGregor, le centre est Archer et enfin, le Sud est O'Hara. Cette dernière est mienne, jeune lignée de sang pur dont je fais partie. Des honnêtes gens, qu'ils disent. Des personnes respectables. La société, l'étiquette l'impose. Se montrer sous son meilleur jour. Garder l'animal qui nous représente en cage, maintenu par des chaînes que l'on peut briser à tout instant afin de devenir ces créatures sauvages, indomptables. Chiens avides de sang, les babines relevées et les canines apparentes. Prêt à bondir sur la proie qui devient nôtre, laissant nos crocs s'insérer dans un geste rapide, vif et ne laisser que morceaux derrière nous. Mi-Cerbère mi-Dragon, voilà ce que je suis. Rejeton d'un mariage arrangé entre deux êtres que tout pourrait opposer ; ice or fire, ice on fire.

La pâleur de mon corps se reflète, miroir présent dans ma chambre. Nu face à ce dernier, je me regarde. M'admire. Beauté glaciale à la chevelure noire, au regard foncé. La froideur habituelle disparaît le temps d'un instant. Le coin de ma lèvre s'étire, un léger rictus en coin s'affiche sur mon visage. Cet après-midi, une rencontre importante se produira dans le domaine familiale. Rosebury et O'Hara, deux maisons connues pour la mésalliance commune qui les désunit. Une modification doit se faire, la religion doit s'intégrer. Sombral et Cerbère doivent oublier la rancoeur qui les unit. Ma pensée s'évade un instant, je n'ai jamais réellement compris ce qui ne nous liait pas. Une histoire latente dont je ne connais tous les aspects, sans doute.

L'invitation a été lancée il y a de ça plusieurs jours. Un Rosebury dans l'un des domaines O'Hara. Familles mineures, il est préférable de ne pas s'attaquer directement au sommet du patriarcat. Une lettre courte et concise, une invitation à une partie de chasse. Pas de précision en ce qui concerne les proies, ni le déroulement de cette dernière. Une simple heure de rendre-vous dans le domaine du dernier des fils des Cerbères d'Argents ; 13h30. Moment agréable pour se lancer dans une traque mortelle ou seul l'un des partis reste vivant ; chasseur ou chassé, il faut choisir.

Méthodiquement, je me prépare. Chaque événement requière sa tenue ; l'élégance est de mise, peu importe comment tout cela se terminera. Rien ne peut débuter sans que tout soit parfait ; tout d'abord, les hautes chaussettes enfilées avec soin. Par-dessus, un knickers à la teinte crème. Une chemise bleu marine, les manches retroussées au niveau des coudes. Un veston sans manche, fermé par deux boutons dorés et la touche finale, une paire de bottes montante sous le genou. Un ensemble prêt du corps, agréable à la vue bien que très classique. La situation l'oblige, selon moi. L'élégance n'est jamais à proscrire, bien au contraire. Toujours tirer à quatre épingles, même dans les moments les plus privés de ma vie ; secrète débauche. Le soin s'applique également à la coiffure ; cheveux retenu par une couche de gel, ligne crée afin de ne jamais les avoir dans le visage. Le temps se fait trop souvent venteux sur l'île. La rébellion capillaire n'est pas permise.

Baguette magique dans la poche arrière de mon pantalon, je suis présent dans le chenil, mon chenil. Ce lieu m'appartient, quiconque s'en approche sans autorisation de ma part se voit subir mes foudres. Reconnues comme mortelles, je ne fais pas dans la demi-mesure. Finir proie de chasse, le sort que trop d'impurs ont connus au sein de la maisonnée. Disparition soudaine d'un membre du personnel, il n'est pas rare que j'en sois la cause. Aidé par mes fidèles compagnons, mes huit molosses assoiffés de sang.

L'arrivée de mon hôte est pour bientôt. Une personne a été désignée par mes soins afin de l'accompagner jusqu'à mon antre, mon territoire purement canin. Une annexe isolée de la bâtisse familiale dans laquelle se trouve plusieurs cages spacieuses, la plupart occupées par mes chiens tandis que les autres servent de prison pour ce que j'appelle le gibier, ou encore de garde-manger. Une pièce m'est réservée, fermée et parfaitement isolée afin que je puisse y entreposer trophées, ainsi qu'un salon et un minibar. Les bruits de pas dans l'herbe encore mouillée se font entendre. Réflexe de chasseur, j'entends, me retourne afin de me retrouver né à né face à ces deux personnes. Ignorance parfaite pour la première, je joins mes mains tout en analysant cette seconde âme. Bien plus beau que dans mes pensées. Psycho rigide, inexpressif. Je laisse s'évader quelques mots en guise de salutation. « Bienvenue dans le domaine O'Hara ! » Ton glacial, malgré une envie de ne pas paraître malpoli. « Enchanté que vous vous joignez à moi pour cette petite partie de chasse. J'espère que cela vous plaira ! » Très léger rictus, un instant de convivialité qui s'évapore aussi vite qu'il est apparu. Je m'approche, laissant malgré tout une distance correcte entre nous. « Je suis Sade O'Hara, votre hôte de cet après-midi. La vue du sang ne vous effraie pas au moins ? » Un léger soupire, les mains se baissent au niveau du bassin, toujours entrelacées. La voix se fait malicieuse, le visage reste de porcelaine. « Mais qu'allons-nous chasser ? » Ironie, sarcasme ou maladresse ? L'amusement se fait intérieur, la froideur extérieure reste de mise. Bienvenue chez les O'Hara, Zaveid Rosebury.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/04/2017
howlers : 313
silver sickles : 629
two way mirror : s. buchanan
avatar : Max Riemelt
credits : Leana jolie
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t512-zaveid-let-s-pretendhttp://bloodtournament.forumactif.com/t433-zaveid-seven-devils-all-around-youhttp://bloodtournament.forumactif.com/t257-zaveid-uc
staff g2♕

staff g2
Sam 10 Juin - 18:01
into the woods
Le sourcil qui se hausse lorsque Zaveid lit la missive qu'il vient de recevoir. Déconcerté devant la signature apposée au bas du parchemin. O'Hara. Le nom qui résonne, le patronyme de la promise. Les fiançailles apprises quelques semaines plus tôt à peine et déjà l'invitation de l'un des membres du clan. Sade. Le prénom inconnu, le sorcier jamais encore croisé. La méfiance qui redouble face à la convocation. Mais le Rosebury sait qu'il ne peut pas refuser cette invitation, pas lorsqu'il s'agit de la famille de Sinead. L'envie de faire bonne impresson malgré la lassitude, malgré le fait qu'ils n'aient jamais voulu de telles fiançailles. Ils l'ont toujours su cependant : ceux qui ont la chance de faire partie de l'élite des sorciers ont rarement un mot à dire sur la façon dont se déroulera leur existence. Tu peux t'estimer heureux d'avoir trouvé un si bon parti. Les mots de son père qui résonnent encore dans son esprit ; et il sait qu'il a raison, Zaveid. Il peut s'estimer heureux de ne pas avoir à épouser l'une de ses cousines ou pire : l'une de ses soeurs.

Il ne prend pas de soin particulier à s'habiller, Zaveid. Lorsqu'on lui évoque la chasse, c'est une pratique moldue qu'il s'imagine avec ces armes barbares qu'ils portent sur leurs dos. L'ennui sur son visage lorsqu'il observe son reflet dans le miroir. Le sorcier n'a aucune envie de répondre présent à l'invitation du O'Hara, il préfèrerait passer sa journée à la résidence s'il en avait le choix. Mais on n'a jamais vraiment le choix. Chimères auxquelles on aime croire, comme pour se rassurer d'avoir ne serait-ce que le moindre libre-arbitre sur son existence. Illusions qui nous bercent. L'adresse du O'Hara bien en tête, concentration de quelques instants avant que les murs de sa chambre ne disparaissent autour de lui (CRAC) pour prendre les traits du domicile de son hôte. Il s'approche de la maisonnée pour sonner à la porte. Maigres secondes d'attentes jusqu'à ce qu'un impur - ce qui lui fait froncer le nez - ne lui ouvre la porte pour lui indiquer que son maître l'a chargé de le conduire jusqu'à lui.

( . . . )


Comme prévu, Sade est déjà sur place pour lui souhaiter la bienvenue. Dès ses premières paroles, Zaveid comprend qu'il n'appréciera pas le Cerbère. Travaillé jusque dans le moindre de ses mouvements, jusque dans la moindre de ses intonations. Comme s'il répétait pour une pièce de théâtre et que le Sombral était son unique public. L'impression que le O'Hara en fait un peu trop. « Zaveid Rosebury. » La présentation sobre, deux simples mots qui s'échappent de ses lèvres. Il n'a pas besoin de plus après tout : Sade doit savoir qui il est, s'il a tenu à l'inviter. « Je vous remercie pour l'invitation. » Politesses qui lui arrachent la gorge, qu'il se sent obligé de formuler pour ne pas vexer son hôte. Bribes de souvenir des enseignements dispensés lorsqu'il était plus jeune. Un sourire amusé qui se dessine sur ses lèvres lorsqu'il a le culot de demander si la vue du sang l'effraie. La réputation des Rosebury leur colle pourtant à la peau plus qu'à n'importe quelle autre famille. « Tout dépend de quel type de sang vous parlez. Certainement pas celui d'animaux. » Celui d'hommes non plus. Le carmin rarement fait couler et pourtant, l'indifférence lorsqu'il en voit. La dernière question de Sade reste en suspend, et Zaveid hésite l'espace de quelques instants. Perplexe. « Et bien, qu'allons-nous donc chasser? » À lui de te le dire. Fichues mises en scènes.
the bloody throne - toute copie interdite




Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 14/05/2017
howlers : 20
silver sickles : 0
avatar : Adrien Sahores
credits : ava (C) flightless bird
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t910-sade-lorsque-l-etreinte-se-fait-mortelle#12379http://bloodtournament.forumactif.com/t844-sade-passion-de-luxur
grade 1

grade 1
Dim 11 Juin - 16:51
Présent dans le chenil, l'arrivée de mon hôte ne devrait plus se faire longue. tic tac tic tac, l'horloge tourne et le temps s'écoule. En effet, l'impur prédisposé à diriger l'invité jusqu'à son hôte arrive, accompagné. Un regard vers ce dernier, les trois coups résonnent dans mon esprit. Théâtrale, comédien. Je lui souhaite la bienvenue dans le domaine de ma famille, plus particulièrement celui de mon père. Préciser que j'espère qu'il appréciera cette partie de chasse que j'ai prévue, en son honneur. Nos familles vont se lier. O'Hara et Rosebury, Cerbère et Sombral. Folie partagée par deux clans qui sont, pourtant, reconnus comme ennemi. Et voilà que tout cela va disparaître, avec une bague comme signe d'alliance. Les présentations se font, rapides. Zaveid Rosebury. Deux mots qui s'échappent de cet être à l'allure bien trop banale selon moi. Il me remercie pour l'invitation, je ne réagis pas. La seule chose qui se crée entre mes jeunes lèvres, une piqûre qui se fait obligatoire, un mot agréable. « Un effort vestimentaire aurait été le bienvenu, vous ressemblez davantage à un roturier qu'à un privilégié.» Le manque d'argent reconnu pour cette famille peut-être ? Sans doute, c'est bien là la seule raison qui lui effleure l'esprit. La question par rapport à la vue du sang est posée. La réputation de cette famille les suit, mais une précision, une affirmation, est toujours préférable. Combien de sorciers ne supportent pas le liquide carmin ? Un bon nombre. Les jeux macabres ne sont pas à prendre à la légère, difficile à la vue de beaucoup. Les corps qui se décharnent, les organes découvrant l'air libre. Un spectacle que j'apprécie, à l'intérieur du domaine familiale. La réponse vint, le sang animal ne le dérange pas. Expression à peine visible, léger rictus de quelques instants sur mon visage. « Espérons que vous aimez le gros gibier.» La mise en scène continue. Question rhétorique lancée, la réponse se fait dans la même ton.

Mon regard se pose sur le trentenaire qui m'a servi cette matinée. Ce garçon qui s'est déplacé, menant la marche de l'invité jusqu'à moi. « Quel est ton nom, déjà ?» Il ne semble pas m'avoir entendu, présent depuis le début de cette mascarade de corps, mais pas d'esprit visiblement. Je m'approche, lentement. Je claque des doigts, trois fois, réitérant ma question envers celui que je considère principalement comme un objet, et non comme une personne. « Ton nom ?» Ma voix reste glaciale, bien que je suis agacé de devoir me répéter. J'ai horreur de ça, d'autant plus lorsque c'est avec quelqu'un qui, selon moi, n'est pas digne de me parler en temps normal. « Moi ? Connor, monsieur.» Me stoppant face à lui, je le fixe du regard. Il semble gêné, baisse légèrement les yeux. Ma main sous son menton, je lui lève la tête d'une légère pression. « Le regard droit, Connor ! Dans les yeux, défie-moi !» Toujours cette fichue mise en scène, en faire trop. Un besoin de se montrer, un égocentrisme à la hauteur du chien que je suis. Un geste tendre. Fermer les yeux, poser mes lèvres sur les siennes tandis que l'une de mes mains se posent sur sa nuque, l'autre dans sa chevelure que je tire après quelques instants. « Dans ton monde, ils appellent cela le baiser de la mort...» Je le lâche, et reprend tandis qu'un sourire sournois fleurit. La chasse, l'un des seuls moment qui me libère de ce trait psycho rigide. Doucement, lentement, je lui dis avec une diction parfaite. « Cours !» Il lui faut quelques instants pour comprendre ce qu'il vient de devenir. Cet impur, agréable garçon qui sert ma famille depuis plusieurs années maintenant. Il n'a rien fait, il n'a pas mérité ça et pourtant, il devient le chassé par ma simple envie. Il tourne les talons, s'enfuit dans la plaine. Bien au courant que je ne rigole pas, il m'a déjà aidé plusieurs fois dans mes parties de chasse. Un regard vers ce Zaveid, visage de nouveau fermé. « Connor, voilà ce que nous allons chassé. Cela vous plait-il ?» Une réponse négative sera mal prise, il doit s'en douter.

Ma main se pose sur un bouton rouge, d'ici quelques instants j'effectuerai une pression sur ce dernier. Cela libérera mes joyaux, mes fiertés. Huit chiens qui se lanceront à la poursuite de notre proie du jour. Le visage tourné vers l'impur qui tente de sauver sa vie, je lâche froidement. « Sortez votre baguette, je vais lâcher les chiens et nous pourrons démarrer cette petite partie...» Appuyer sur le bouton, les huit cages qui s'ouvrent simultanément et voilà mes huit molosses qui sortent du chenil. Ils savent ce qu'il leur reste à faire, trouver celui qui vient d'entrer dans ce petit bois. « Je n'ai qu'une seule règle... Cet homme doit mourir.» Psychopathe, aucun autre mot pour me définir. Je l'assume, autant montrer tout de suite à ce Rosebury dans quel famille il va entrer. Eux qui sont connus pour leurs rites également assez barbare. Le goût du sang, ça rapproche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/04/2017
howlers : 313
silver sickles : 629
two way mirror : s. buchanan
avatar : Max Riemelt
credits : Leana jolie
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t512-zaveid-let-s-pretendhttp://bloodtournament.forumactif.com/t433-zaveid-seven-devils-all-around-youhttp://bloodtournament.forumactif.com/t257-zaveid-uc
staff g2♕

staff g2
Jeu 15 Juin - 13:05
into the woods
« Excusez-moi monseigneur » Le mot presque craché, prononcé avec dégoût. Il ne sait pas ce qu'il fait ici Zaveid et s'il s'écoutait, il aurait déjà transplané depuis longtemps pour retrouver le confort du district quatre. « Mais je n'ai aucune envie de sembler aussi ridicule que vous l'êtes avec votre accoutrement saugrenu. » Les sang purs et leurs apparences. Mode de vie auquel il n'a jamais adhéré, Zaveid - d'ailleurs bienheureux de ne rien avoir en commun avec le Cerbère. L'effort uniquement fait lorsqu'on lui permet de se rendre à une soirée mondaine - ce qui arrive de moins en moins fréquemment avec la progression de sa folie. La peur qu'on ne découvre la honte qu'il est, le Sombral forcé de vivre presque caché, ou du moins d'éviter les rassemblements de la haute société. Et il s'en complait, Zaveid, n'ayant jamais particulièrement apprécié ce rassemblement hypocrite, n'ayant jamais véritablement eut du plaisir à côtoyer ces gens-là. Parce qu'il n'aime personne. Parce qu'il n'a pas besoin de se rendre à de tels événements pour voir les rares personnes qu'il apprécie. L'étiquette, ça n'a jamais été son truc.

Sade se tourne vers l'impur qui a amené son invité jusqu'ici, délaissant le Sombral l'espace d'un instant. Et il observe silencieusement, Zaveid, curieux malgré tout de voir ce que le O'Hara lui réserve. Echange de mots qui le fait bâiller à s'en décrocher la mâchoire, le réveil forcé lorsque les lèvres de Sade rencontrent celles de Connor. Et son corps qui se tend, le sang qui bout dans ses veines. L'aversion que Zaveid ressentait déjà envers le Cerbère qui se mue en dégoût. Parce qu'il tient ce genre d'individus en horreur, parce qu'il méprise ceux qui ont ce genre d'attirances anormales - après tout, n'a-t-il pas été tenté de brûler sa propre soeur vive en apprenant ses penchants sexuels? De nouveaux mots prononcés, mots qu'il n'entend pas, trop occupé à s'imaginer se débarrasser de Sade au nom des sept. Mais lorsqu'il comprend que Connor est la proie des animaux du O'Hara, son esprit semble revenir à lui. « Et bien, cette partie de chasse promet d'être plus intéressante que je ne le pensais. » L'honnêteté, pour une fois. Il est toujours partant pour être le témoin des souffrances des misérables - raison pour laquelle il suit avec grande attention chaque édition des Blood Tournament. Leurs cris qui résonnent comme une douce mélodie à ses oreilles.

Le Rosebury prépare sa baguette comme demandé par le O'Hara. Sa langue incapable d'être tenue, le sorcier obligé d'adresser ses remarques à son hôte. Comme pour lui faire comprendre à quel point il est anormal de se comporter comme lui le fait. « J'espère néanmoins qu'une seconde partie est prévue. Je rêverai de voir vos animaux vous courir après. » Les cris du Cerbère bien plus agréables encore à l'oreille que ceux des rats. Les hérétiques seront châtiés, la terre débarrassée des pécheurs. Rôle que les Rosebury se sont donnés, la religion comme guide de leur misérable existence. « Après tout, Merlin m'a appris à aimer mon prochain et je ne puis pas laisser l'un de mes confrères vivre une vie si malheureuse, une vie emplie de péchés. » Il hausse les épaules, l'image d'un bûcher qui s'inscrit violemment dans son crâne. Le sort qu'ils réservent à ceux qui ne respectent pas les préceptes de Merlin. Le feu pour laver les crimes des impies. « J'aurai depuis longtemps attenté à ma propre vie si j'avais eu des penchants aussi déviants que les vôtres. À se demander comment vous faites pour réussir à vous regarder en face. » Les bois dans lesquels ils se trouvent qui offrent la possibilité d'un bûcher de fortune. Il voit déjà les flammes ronger la chair de Sade, détruire toute trace de pécher chez les O'Hara. Aucune trace du corps, seules les traces de feu seraient à couvrir. Et il sait qu'Aloy l'aiderait sans doute dans sa tâche.
the bloody throne - toute copie interdite




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
ZAVEID # Into The Wood.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pavlina Wood
» Partenaire avec Silver Wood ?
» Griffith Wood
» [M] Chris Wood ⊰ Dear little brother
» (F) Rachel Hurd-Wood : Ex-petite amie/Ambiguë [RESERVEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum