intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
crimson headache (nephiân)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 31/05/2017
howlers : 92
silver sickles : 203
two way mirror : Lachlan le vélane trop canon et myope.
avatar : mimi elashiry.
credits : faust (avatar) & excelsior (sign) ainsi qu'ultraviolences (gifs)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t866-when-we-start-to-feel-the-rush-nephertyhttp://bloodtournament.forumactif.com/t809-spinning-over-you-nephertyhttp://bloodtournament.forumactif.com/t803-nepherty-we-re-just-s
staff g1♕

staff g1
Jeu 8 Juin - 20:32
crimson headache
SIÂN LLEWELLYN ∞ NEPHERTY EL-SHAKIR

Secousse s’emparant de son être, ses mains venant s’abattre sur sa taille, essayant de calmer ses pulsions, gamine souhaitant s’arracher l’épiderme plutôt que de revenir sur ses paroles, la nuit venant à peine démarrer, incapable d’atteindre ce sentiment de plénitude l’habitant à l’usuel. Fierté s’inclinant sur la soumission au toucher dont elle avait tant besoin. Epiderme frémissant, sueur froide l’enveloppant dans des bras de douce torture, cette voix qu’elle craignait tant menaçant de s’échapper à tout moment. Flash d’images, de sensations la parcourant, essayant de la soumettre à ce besoin maladif de chaleur humaine, cette respiration cassée sur la courbe de son cou, les doigts longs emmêlés dans sa crinière brune. Fatalité physique l’embarquant dans une nouvelle aventure alors que les étoiles pointaient le bout de leur nez dans le ciel s’obscurcissant de Londres, la brise fraiche n’arrangeant pas sa condition, la pâleur menaçante prenant toute l’intensité de son être. Pensées entrelacées dans l’unique obsession d’appartenir à quelqu’un le temps d’une nuit, retrouver cette vitalité fuyant, son sang pulsant cherchant à lui faire comprendre de se dépêcher, d’atteindre le district sept, celui des Archer. Dispute éclatant récemment, Nepherty n’étant pas repartie à l’étranger depuis, incapable de calmer ses pulsions primaires, aucune figure maternel pour lui offrir le plus simple des cadeaux qui était un câlin, la rendant dépendante des autres alors qu’elle tente par tout les moments de s’en défaire. Potions ou charmes, rien pour l’aider, rien pour mettre fin à sa misère. Cheveux blonds virant au rose, cette familiarité qu’elle cherchait à chaque crise. Robe courte et légère première trouvée sur le sol de sa chambre, robe contrastant avec son gilet chaud, gamine essayant de trouver la chaleur dans le plus trivial des habits. Les sifflements, robe sûrement trop courte pour des cerveaux trop petits, femme-objet, époque n’évoluant pas vraiment, les femmes toujours jugeaient sur leurs tenues. Trop court. Trop décolleté. Combinaison gagnante. Pas rapides, s’échappant des moldus au cerveau aussi petit qu’un poisson rouge, sans offenser l’animal, besoin de chaleur humaine qu’elle n’irait sans doute pas satisfaire avec le premier idiot de la rue, Nepherty prônait bien plus que ces misérables fourmis. Londres fourmillant d’étudiants venus s’amuser ou encore des adultes prêts à passer la nuit à boire. Sa tête incapable de voir autre chose que les couleurs défilant sous ses iris chocolats, aucune concentration sur ses alentours, objectif bien défini plus important. Le cabaret se dessinant devant ses yeux, cabaret, lieu de frivolité pour certain, point régulier où les disputes pouvaient éclater. Deux visions trop différentes l’une de l’autre. Température plus chaude à l’intérieure, température pour permettre aux personnes de faire tomber les couches de vêtements pour se sentir plus à l’aise. Manteau dans ses bras, l’égyptienne se dirigeant d’un pas incertain vers les coulisses, l’habitude lui ouvrant les portes avec le personnel. Les coulisses, la fin d’une prestation de la trapéziste, l’incertitude revenant à la charge. Qu’allait-elle dire pour ne pas revenir à cette conversation houleuse ? Marionnette des Shafiq contre celle prenant son indépendance des Irvine.  Une fin qui commençait à tarder, elle pourrait lui sauter dessus, la faire taire sur des potentiels réprimandes pouvant sortir de cette bouche voluptueuse. Possible. Cerveau fourmillant d’idées, chacune plus mauvaise que l’autre, sa peau lui offrant cette torture, incapable de réfléchir calmement à une solution plus appropriée.
@SIÂN LLEWELLYN
Code by Silver Lungs



⋆ I'm a princess cut from marble
smoother than a storm. and the scars that mark my body, they’re silver and gold. my blood is a flood of rubies, precious stones, it keeps my veins hot, the fire's found a home in me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 06/06/2017
howlers : 137
silver sickles : 60
two way mirror : Aloy Rosebury/Aoife McGregor
avatar : Caity Lotz
credits : Lux Aeterna
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t850-devil-in-me-sianhttp://bloodtournament.forumactif.com/t842-angel-on-fire-sian
grade 0

grade 0
Sam 10 Juin - 12:08
Nepherty & Siân
Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender And there's no escape
 
T’as l’esprit vide. Là-haut, sur ton trapèze, avec Niënor, tu penses à rien. Rien d’autre que votre chorégraphie envoûtante. Rien d’autre que ses courbes gracieuses qui se mouvent en harmonie avec les tiennes. Danseuses aériennes. Esprit vide. Esprit libéré. T’es jamais plus heureuse que quand t’es là-haut. Avec ou sans elle. Sentiment de liberté tant chéri. Mais avec elle, c’est mieux. Plus sensuel. Plus puissant. Plus frustrant, aussi. Niënor, l’inaccessible. Mais t’y penseras plus tard. Quand tes pieds seront de nouveau sur le sol tangible. Quand tu ne risqueras plus une chute de plusieurs mètres qui te tuerais sûrement. Quand tu n’auras pas la survie de ta partenaire entre les mains. Dangereux équilibre sur lequel vous vous soutenez. Moment qui arrive toujours trop vite à ton goût. La liberté arrachée par un autre numéro. Et tu regardes Niënor s’évaporer de l’autre côté de la scène. Un jour, vous en sortirez main dans la main. Rêves pas trop, Siân. Tu seras jamais à sa hauteur. Triste vérité. Vérité qui appuie là où ça te fait mal. Mais dans les coulisses, on t’attends, Siân.

Tu la vois, plantée quelques mètres plus loin. Nepherty. Déesse égyptienne au courbes envoûtantes. Princesse de tes nuits à défaut de pouvoir obtenir la reine. Ton corps qui se mélange au sien, vos courbes qui s’assemblent dans une danse presque parfaite. Te laisses pas avoir. Ne la laisses pas te charmer avec son corps quand tu sais que son esprit te répugne. Marionnette des Shafiq, tu ne la comprends pas. Ni elle, ni sa loyauté pour cette famille répugnante. Tu voudrais la soustraire à leur emprise. Mais on ne peut sauver une personne qui ne le souhaite. N’est-ce pas Siân ? Et elle ne vois pas, Nepherty, qu’elle n’est qu’un instrument dans leurs mains. Qu’ils se débarrasseront d’elle à la seconde où elle ne leur sera plus utile. Tu sais toi. Tu sais que ces gens là ne connaissent pas la notion de loyauté. Votre pureté à elle et toi n’est qu’une illusion. Tu devrais tourner le dos. Tu devrais prendre la direction opposée. Tu le fais pas. Tu réclames une cigarette à un collègue qui passait par là. Tu l’allumes et tu t’approches d’elle. « Nepherty. » Ton monotone. Tu veux qu’elle sache que t’as pas oublié votre dernière dispute. Tu veux faire croire que tu ne succomberas pas aujourd’hui. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Tu tires sur ta cigarette. Inspire. Recrache la fumée. Tu sais ce qu’elle fait là, Siân. Oui, tu sais ce qu’elle veut. Ce contact humain dont vous avez besoin toutes les deux. La véritable question, Siân, c’est est-ce que tu as envie de lui donner aujourd’hui ?  Tu te mords légèrement la lèvre inférieure avant de tirer de nouveau sur ta clope. Tu finiras par succomber, éventuellement. Juste parce que tu essaies de la repousser ne fera pas tomber Niënor dans tes bras. Tu le sais. Tu le sais qu’il faudrait plus que de simples essaies ratés. Mais qu’importe. « Tes maîtres n’avaient plus besoin de toi ? » Tu la cherches. Tu la provoques. Et tu sais comment ça va finir.
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 31/05/2017
howlers : 92
silver sickles : 203
two way mirror : Lachlan le vélane trop canon et myope.
avatar : mimi elashiry.
credits : faust (avatar) & excelsior (sign) ainsi qu'ultraviolences (gifs)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t866-when-we-start-to-feel-the-rush-nephertyhttp://bloodtournament.forumactif.com/t809-spinning-over-you-nephertyhttp://bloodtournament.forumactif.com/t803-nepherty-we-re-just-s
staff g1♕

staff g1
Mer 28 Juin - 15:20
Nepherty & Siân
Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender And there's no escape
 
Epiderme brûlant, gamine cherchant le moyen de calmer cette faim impossible, son fardeau qu’elle portait depuis des années, cachant à tous ce besoin venant la rendre sénile, sa tête tournant sous l’envie de céder à cette personne voulant reprendre le contrôle depuis deux ans, la soif de sang trop grisante venant la rendre accroc à ce monstre de cruauté, celle qu’elle poussait, celle l’attendant au coin de la rue pour la prendre au premier moment de faiblesse, gamine cherchant une issue de secours dans les potions et les sorts, maladie moldue lui rongeant le contrôle qu’elle pouvait exercée, princesse d’égypte profitant de la vie avant d’être envoyé un jour de force à Azkaban. Plaie invisible s’accroissant après chaque bataille, crevasse se creusant petit à petit, assiduité s’ébranlant pour un jour s’écrouler pour de bon. Cette voix soufflant contre le creux de son cou, son épiderme laissant apparaître chaque frisson la parcourant, les larmes prêtes à s’envoler dans l’intimité la plus totale. Siân, dure femme, provocatrice hors pair qui savait tant bien que mal sa condition, gamine se voulant indépendante et pourtant à la merci d’une caresse. « Tu sais très bien ce que je fais là Siân, ne soit pas idiote. » Froid, instable, timbre de voix brûlant sous l’excès d’un besoin irrationnel. Faim incapable à satisfaire une unique fois, faim qu’elle voudrait anéantir pour retrouver un semblant de normalité. Normalité ? Mot trop vague pour une impur purifiée par sa cruauté froide, monstre de foire qu’on avait laissé dans l’ombre pour obtenir les bénéfices de ses talents. Froide, incapable de plaisanter dans un moment comme celui là. Plaisanterie oubliées pour le bien commun, bien égoïste, comment pourrait-elle demander une telle faveur avec ce genre de remarques, gamine impossible à gérer. Oubli d’une courtoisie obsolète, gamine ayant follement d’affection, ce corps chaud bien trop loin d’elle, ses lèvres martyrisées par ses dents. « Je t’ai dis que ce n’était pas mes maîtres, c’est mon unique famille restante. » Ses points venant se pincer le nez, gamine essayant de ne pas se soumettre à la colère menaçant de gronder, ses émotions à vif quand elle était dans cet état, le contrôle devenant de plus en plus difficile. « En quoi cela te concerne de toute manière la manière dont je suis traitée ? » Question légitime, question superflue quand l’égyptienne savait qu’elle ne voulait plus ouvrir la bouche autrement que satisfaire temporairement cette faim satanique. Merlin venant la condamner d’avoir gagner ce tournoi en lui offrant le pire des fardeau, la dépendance envers un autre, celle qui aurait voulu se cacher à jamais, éviter de blesser d’autres personnes que celle envers qui les pires sortilèges de folie avaient été cible de sa baguette. Provocation inhérente à la situation, Nepherty allait céder, elle le savait si bien, pathétique être aussi dépend qu’un vampire au sang. Gamine satisfaisant son épiderme au gré des chaleureuses embrassades de sa mère chaque jour au réveil, incapable de ressentir le manque auparavant.
the bloody throne - toute copie interdite



⋆ I'm a princess cut from marble
smoother than a storm. and the scars that mark my body, they’re silver and gold. my blood is a flood of rubies, precious stones, it keeps my veins hot, the fire's found a home in me.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 06/06/2017
howlers : 137
silver sickles : 60
two way mirror : Aloy Rosebury/Aoife McGregor
avatar : Caity Lotz
credits : Lux Aeterna
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t850-devil-in-me-sianhttp://bloodtournament.forumactif.com/t842-angel-on-fire-sian
grade 0

grade 0
Sam 8 Juil - 11:28
Nepherty & Siân
Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender And there's no escape
 
Tu ne la quitte pas des yeux, Siân. Ô oui tu sais ce qu’elle fait là. Elle veut ton corps, au moins autant que tu veux le sien, Siân. Tu te sais moins dépendante de cette relation que vous entretenez. Tu te sais plus capable d’accepter le manque qu’elle. Ou c’est ce que tu veux croire, Siân. Juste parce que tu t’infliges des nuits sans sommeil ne veut pas dire que tu es moins dépendante qu’elle. Juste plus folle ou plus maso. La vérité, c’est que ça aurait pu être toi qui ait débarqué chez elle. Toi qui aurait été réclamer cette chose dont vous avez toutes les deux besoins. Un corps chaud contre le votre. Vos raisons sont certes différentes, votre addiction n’en reste pas moins la même. Et si tu essaie de te sevrer, c’est voué à l’échec et tu le sais. Tu sais que tu succomberas chaque fois qu’elle te réclamera. Tu sais que tu ne saura jamais résister aux charmes des femmes qui croisent ta route. Et c’est bien pour ça que tu ne seras jamais assez bien pour Niënor, Siân. Triste vérité murmurée dans un coin de ton esprit. Tu le sais, t’as juste du mal à l’accepter. Parce que tu sais que ce que tu ressent pour ta partenaire de trapèze est bien différent que tout ce qui t’anime en compagnie de ces autres avec qui tu passes la nuit. Même de Nepherty. Un sentiment plus fort encore que ce que tu as pu ressentir pour Vega autrefois. Mais tu ne seras jamais assez bien pour elle, Siân. Une répétition pour mieux te blesser. Pour mieux t’encourager à te réfugier dans les bras de celle qui ne demande que ça. Tu tires de nouveau sur ta clope, y rejetant ta frustration. « Je t’ai dis que ce n’était pas mes maîtres, c’est mon unique famille restante. » Tu laisses échapper un rire jaune. Famille. Ce mot qui a perdu de sa superbe à tes yeux il y a déjà longtemps. Famille. Une notion étrange à tes yeux. Et pourtant, tu la comprendrais presque. Toi qui accorde parfois ce titre aux membres de ta troupe. Mais eux ont ce que jamais un pur n’aura. De l’honneur et de la loyauté. Alors tu ris jaune, lèves les yeux au ciel et tu la plains. T’aurais presque de la peine pour elle, de la savoir si naïve. « En quoi cela te concerne de toute manière la manière dont je suis traitée ? » T’as presque envie de la gifler. T’as pas envie de croire qu’elle soit assez stupide pour penser que tu te fiches d’elle. Le truc, Siân, c’est que tu lui as jamais vraiment donné de raison de croire que tu te soucis d’elle. C’est vrai. Tu le sais, quelque part. Mais t’es du genre à penser que ça sert à rien de le dire ou de le montrer. T’es plutôt le genre qui le cache, avoues-le. Tu t’éloignes un peu. Juste pour aller écraser ta cigarette dans un cendrier posé là. Et tu reviens près d’elle.

Plus proche cette fois. Sans la toucher. Juste de quoi la torturer un peu. Suffisamment proche pour effleurer sa main de la tienne. Pas assez proche pour que cela comble votre besoin à toute les deux. « Crois-tu vraiment que ta famille daignera t’être loyale au moindre de tes faux pas? » Tu sais combien ça fait mal d’être trahi par sa propre famille. Tu sais que ce genre de relation ne vous mets pas à l’abri d’un rejet quand la vérité éclate. Et Nepherty, crois-tu qu’ils t’accepteront toujours quand ils connaîtront tes plus sombres secrets? Toi tu n’y crois pas. Y a longtemps que t’as perdu foi. Mais peut-être que ta haine pour les purs t’aveugles. Sans doute. Tu t’en fiches. Tu poses tes mains sur ses hanches et tu la forces à reculer, avançant jusqu’à ce que son dos touche le mur. « span class=impurs>Et ça me concerne, parce que... » Tu t’arrêtes, viens poser ta main dans son cou, tes doigts caressant légèrement l’arrière de son oreille. « J’ai autant besoin de toi que toi de moi. » Et je tiens à toi. Mais ça, jamais tu l’avoueras à voix haute. Jamais tu lui diras que vos nuits passer ensemble on fait naître de l’affection. T’avoueras pas ça. L’avouer, c’est lui donner les moyens de te blesser, n’est-ce pas ? Non, Tu l’avoueras jamais.
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 31/05/2017
howlers : 92
silver sickles : 203
two way mirror : Lachlan le vélane trop canon et myope.
avatar : mimi elashiry.
credits : faust (avatar) & excelsior (sign) ainsi qu'ultraviolences (gifs)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t866-when-we-start-to-feel-the-rush-nephertyhttp://bloodtournament.forumactif.com/t809-spinning-over-you-nephertyhttp://bloodtournament.forumactif.com/t803-nepherty-we-re-just-s
staff g1♕

staff g1
Ven 21 Juil - 17:58
Nepherty & Siân
Who's in your shadows? Who's ready to play?
Are we the hunters? Or are we the prey?
There's no surrender And there's no escape
 
Mensonge éhontée l’affrontant devant ses pires terreurs nocturnes, faux pas conduisant à sa déchéance, sa chute mortelle vers les bas fonds qu’elle avait connu toute sa vie, gamine aux corps ne gardant pas les cicatrices des tournois de sang. Bénie d’Anubis et ses compères étrangers, celle défiant la mort avant d’y succomber dans la pire des souffrances, vivant dans la peur constante de la moindre parole, du moindre acte, gardant le secret sur sa vie plutôt que d’affronter les regards de juge. Mensonge d’une vie entière pour ne garder que les parties les plus superficielles, cette faim d’un épiderme frémissant sous le bout de ses doigts, la chaleur d’une étreinte. « Tu penses que je ne le sais pas ça ? Que je garde mes lèvres fermées sur tout ce que je vois par pur plaisir ? Que j’ai envie de retrouver la chambre de bonne pitoyable avec des boulots dégradants ? Sérieusement Siân, je rentre dans le rang uniquement pour garder le confort que j’ai gagné, j’ai gagné ces tournois, je vois pas pourquoi je ne pourrais pas profiter de mon statut. » Possession affirmée envers un confort de reine pour la pauvre gamine qu’elle avait été, égyptienne se souvenant des fins de mois sans manger pour garantir la santé de sa mère, se souvenant les regards haineux à Poudlard alors qu’elle suivait les enfants de sa nouvelle famille, ceux avec qui elle avait grandi en apprenant bien qu’elle ne leur était qu’inférieure. Murs silencieux lui offrant l’exclusivité d’une confession, murs ne venant rapporter à ceux ayant le pouvoir, classe politique se moquant profondément des gagnants n’étant juste un fardeau financier pour chaque famille. Souffle coupée par les paroles, plutôt par son dos contre le mur, épiderme trop sensible pour lui offrir ce répit tant cherché, gamine dépendante sérieusement de l’affection de Siân, pitoyable rejeton n’offrant qu’un spectacle dégradant, prête à vendre Merlin pour la simple caresse d’une personne. Ses lèvres se fermant bien rapidement pour garder presque un ronronnement au plus profond de son âme, ces doigts effleurant son oreille suffisant à la rendre accro de nouveau. Vérité tacite, celle qui ne sera prononcé à moins de souhaiter toute fin de cet échange bénéfique, monstre menaçant aux folies meurtrières, monstre à enfermer, monstre bloqué dans une enveloppe souhaitant une paix totale. Sorcière aux prises du contrôle le plus total, contrôle usurpé si souvent. « Par Merlin, reviens à moi. J’ai besoin de toi, le monde est trop sombre, l’air me brûle chaque parcelle de peau, respirer devient difficile, je suis fatiguée de lutter. » Etrangères s’offrant le terme d’amantes le temps de quelques nuits pour le perdre au petit matin, ignorance la plus totale des purs venant leur offrir que mépris et regards de haine. Habitude prise bien rapidement à sa plus grande déception, gamine à qui on avait appris que le monde ne serait jamais sur un pied d’égalité, celle qu’un père était prêt à tuer si sa parenté venait à sortir, égyptienne solitaire depuis tant d’années, celle pourtant pas vraiment seule, deux caractères s’opposant dans la plus grandiose des batailles de sa vie. La folie contre le contrôle, lutte sans merci et impitoyable. Lutte ignorée de tous, lutte sans importance pour l’extérieur, folies meurtrières prêtes à jaillir au premier signe de faiblesse, feu ardent d’une gamine venant s’épuiser avec les nuits sans sommeil, cette addiction impossible à guérir, lui rongeant chaque parcelle encore saine de son cerveau.
the bloody throne - toute copie interdite



⋆ I'm a princess cut from marble
smoother than a storm. and the scars that mark my body, they’re silver and gold. my blood is a flood of rubies, precious stones, it keeps my veins hot, the fire's found a home in me.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
crimson headache (nephiân)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Rapport 1500pts] Chaos de Dan VS Crimson Fists de Tarkand
» Death Guard contre Crimson Fist de Tarkand
» Tarkand's Crimson Fists, Orks & Reikland Reavers
» Batista vs Crimson
» Qu'avez vous pensez de Crimson Shell?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum