intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
losing my religion ∞ aloy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/04/2017
howlers : 313
silver sickles : 629
two way mirror : s. buchanan
avatar : Max Riemelt
credits : Leana jolie
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t512-zaveid-let-s-pretendhttp://bloodtournament.forumactif.com/t433-zaveid-seven-devils-all-around-youhttp://bloodtournament.forumactif.com/t257-zaveid-uc
staff g2♕

staff g2
Lun 8 Mai - 20:01
losing my religion
aloy & zaveid

Le piège se referme sur lui une fois de plus. Il n’a plus d’échappatoire et, ses lèvres closes, il est incapable d’appeler à l’aide. Inconscient du monde qui l’entoure, sa mémoire commence à lui jouer des tours ; il ne se souvient plus où il est, il ne se souvient plus qui il est. Plus rien n’a d’importance. Il est à l’agonie et voudrait pouvoir s’arrêter de respirer. Mais l’eau continue de monter, elle s’insinue peu à peu dans les cabines du navire ; noyant tout sur son passage, détruisant tout ce qui se trouve à sa portée. Et il étouffe, Zaveid. L’air vient à lui manquer, ses poumons se vident peu à peu d’oxygène. Comme si les dieux étaient enfin prêts à accéder à sa requête. Mais ils n’emporteront pas son âme, il le sait. Ils préfèrent s’en amuser, se délecter de le voir se battre avec leur cadeau empoisonné. Le moment n’est pas encore venu, entend-il à son oreille.  Pour l’heure, les sept ont d’autres projets pour lui. Qu’importe si les flots l’emportent. Qu’importe si sa folie le consume.

Les images défilent en boucle dans sa tête, ne durent que quelques millièmes de seconde. Trop rapides pour qu’il ne puisse vraiment les voir, il subit. Il ne cherche même plus à comprendre ; son esprit s’est fermé, sa cervelle s’est éteinte. Le hall du ministère. Des flammes. Le chaos. Des corps qui tombent. Et on recommence.  Mais il est incapable de voir les photographies qui défilent sous ses yeux ; tout va trop vite pour qu’il en ait l’occasion. Il n’entend que les cris stridents d’inconnus qui hurlent, les sorts lancés d’un coup de baguette. Ces sons qui le rendent fou, qui lui font perdre les pédales. Qu’on arrête le carnage.  Puis plus rien. Comme si les dieux avaient répondu à ses prières, comme s’ils avaient décidé de lui laisser quelques instants de répit avant de revenir à la charge avec de nouvelles visions.

Il ne bouge pas, Zaveid, ses muscles tout endoloris. Le salon des Rosebury réapparait sous ses yeux mais les lieux lui semblent inconnus. Comme s’il n’y avait jamais mis les pieds, comme s’il découvrait son environnement pour la première fois. Il reste planté là, sur le tapis de la pièce. Il n’ose pas fermer les yeux, il n’ose pas même cligner. Parce qu’il a trop peur que les images reviennent, trop peur que ça recommence. Alors il lutte pour les garder ouverts, son esprit peinant à retrouver le chemin de son crâne. Petit être fragile, l’âme d’enfant retournée dans son corps d’adulte. Un retour de 20 ans en arrière. Comme si sa malédiction venait supprimer tout ce qu’il avait appris au cours des dernières années. Comme si cette période de sa vie n’avait jamais existé. Il ne s’en rend pas compte au moment présent. Il a oublié comme il oublie toujours. Il entend vaguement la porte qui s’ouvre, suivie de bruits de pas. Ses yeux encore lointains aperçoivent sa silhouette, ses cheveux d’or. Aloy. Il ne l’a pas oubliée elle, il n’oublie jamais. Seule constante dans son existence perturbée. Les lèvres qui peinent toujours à se mouvoir, son esprit pas encore retrouvé. Il a envie de s’excuser comme il s’excuse toujours. L’enfant raté, la déception des parents, la honte de la famille. Seulement, les mots ne viennent pas.
the bloody throne - toute copie interdite




Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 03/05/2017
howlers : 679
silver sickles : 665
two way mirror : Siân Llewellyn/Aoife MCGregor
avatar : Riley Voelkel
credits : Lux Aeterna & Teddy & Lachlan le parfait <3 (avatar) Solosand (code signature) dreadwolf (gif)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t491-aloy-i-am-ruthless-and-callous-and-vicioushttp://bloodtournament.forumactif.com/t446-aloy-i-set-fire-to-the-rainhttp://bloodtournament.forumactif.com/t367-aloy-i-am-a-brutally-
grade 2

grade 2
Mer 10 Mai - 13:56
Zaveid & Aloy
That's me in the corner ; That's me in the spotlight Losing my religion ; Trying to keep up with you ; And I don't know if I can do it 
Elle a l’impression de léviter au dessus d’un champ de tulipes aux couleurs éclatantes. Des voix se bousculent dans sa tête. Elles cries. Elle ne les comprends pas. N’en retient qu’un mot qui revient en boucle. Brwydr. Elle n’en connaît pas la signification, mais en aime la sonorité. Elle rit et, progressivement, les voix se taisent, passant du cri au chuchotement. Les paysages aux couleurs chaudes et vives qu’elle s’imaginait s’envolent, laissant place à la décoration terne et sombre de sa chambre. Les effluves de Datura ont perdu de leur effet. Elle se laisse lourdement tomber sur son lit. La respiration saccadée et  les pupilles encore dilatées. Les Dieux lui ont encore parlé. Elle les a entendu, quand bien même elle n’a pas compris ce qu’ils essayaient de lui dire.  Ça arrive parfois. Ce n’est pas grave. Le palpitant calmé, c’est son estomac qui s’y met. Comme bien souvent après ce qu’elle nomme ses séances. Mais avant de se diriger vers les cuisines, elle fait un arrêt par la salle de bain, se passe un peu d’eau sur le visage et recoiffe ses cheveux. Comme un rituel, une habitude.

Dans les cuisines, on prépare déjà le prochain repas. Ça sent bon le rosbif et le gratin de pomme de terre. Elle attrape une pomme et s’adosse à la porte pour regarder le petit personnel s’affairer. Si elle ne les porte absolument pas dans son cœur, elle est tout de même obligé d’avouer que leur cuisine est succulente. Ragoût. Rosbif. Poulet rôti. Gratin. Purée. Elle n’a cas demandé n’importe quoi et elle sait que cela sera réussit. Même s’ils semblent souvent décontenancés quand elle leur réclame crackers et chantilly en pleine nuit. Ou autre folie dont elle a le secret et qu’elle est la seule à savoir apprécier.   Aussitôt son en-cas terminé, elle quitte la pièce. « Où est Zaveid? ». L’elfe de maison lui pointe la direction du salon et elle lui donne un coup de pied en guise de remerciement. Le bougre s’incline devant elle avant de reprendre sa tâche. Elle doit parler à son frère. Au cours de sa dernière aventure dans les profondeurs du royaume de Grande-Bretagne, elle a mit la main sur d’anciens parchemins, qu’elle espère pouvoir être utile dans la quête familiale. Incapable de les traduire elle même, elle compte se rendre en Écosse et espère l’emmener avec elle.

Quand ses yeux se posent sur son frère, Aloy sait ce qu’il vient de se passer. Il a ce regard d’enfant perdu qu’il a après chaque vision. Lourd fardeau que ce don que les Dieux lui ont fait. Elle glisse doucement sa main dans celle de son frère avant de poser l’autre sur sa joue. Elle a la tendresse d’une mère Aloy. Facette que peu ont la chance de voir. « Zav’... ». Elle vérifie son pouls. Instinct de médicomage sans doute. « Je suis là Zav’. Tout va bien. Tu vas bien. Respires. Doucement. ». Des instructions données avec tendresse. Elle est loin des sommations du paternel qui ne supporte pas de voir la faiblesse de son fils. Loin de l’impatiente mère qui réclame les détails de la vision. « Regardes moi. Tu es à la maison Zav’. Tu es en sécurité. ». Elle caresse doucement la joue du jeune homme de son pouce avant de déposer un baiser sur son front.
the bloody throne - toute copie interdite


Take me to church.
I'll worship like a dog at the shrine of your lies I'll tell you my sins and you can sharpen your knife Offer me that deathless death Good God, let me give you my life.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/04/2017
howlers : 313
silver sickles : 629
two way mirror : s. buchanan
avatar : Max Riemelt
credits : Leana jolie
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t512-zaveid-let-s-pretendhttp://bloodtournament.forumactif.com/t433-zaveid-seven-devils-all-around-youhttp://bloodtournament.forumactif.com/t257-zaveid-uc
staff g2♕

staff g2
Jeu 11 Mai - 12:21
losing my religion
aloy & zaveid

Inspirer, expirer. Inspirer, expirer. Faire le vide dans son esprit, se calmer. Redescendre sur terre, surtout. La voix d'Aloy est lointaine, résonne comme un écho à ses oreilles. Il tente de suivre ses instructions, de faire comme elle lui ordonne. Mais chaque inspiration brûle ses poumons, chaque expiration est plus douloureuse que la précédente. L'homme immortel qui a survécu à une nouvelle noyade sous le poids des visions. L'homme immortel qui n'en s'en est pas sorti indemne, qui plonge de plus en plus profondément. Dieux cruels qui lui maintiennent la tête sous l'eau, qui lui ôtent tout l'oxygène de ses poumons avant de se rétracter et de le ramener à la vie. Sa malédiction aurait pu briser sa foi, le convaincre des méfaits de l'Ordre et de ses dieux. Pourtant, elle n'a fait que la renforcer. Parce qu'il prie, Zaveid, encore et encore. Pour qu'Ils viennent le sauver, pour que lui-même puisse réussir à enfin maîtriser ce don, pour qu'il puisse devenir le nouveau Merlin, l'Oracle des Sept. Prières sans réponses. Sans doute ne leur a-t-il pas encore assez prouvé sa dévotion.

Aloy lui ordonne de la regarder, et il le fait sans vraiment le faire. Le regard encore absent, les images encore bien ancrées dans ses pupilles. Sa main se soulève péniblement pour se poser sur celle d'Aloy. « La maison. » Sa langue a encore de la peine à se mouvoir. Il répète ses paroles parce qu'il n'est pas sûr de comprendre. Parce que les mots qu'il entend sont abstraits, qu'il a de la peine à visualiser. « Je suis... en sécurité? » Il a l'impression qu'un marteau lui fracasse le crâne, Zaveid. Qu'on lui a fendu la tête pour jouer avec ce qui s'y trouve. Fichues migraines. Empêchant la concentration du sorcier, rendant presque impossible le simple fait de penser « Aloy. » Le regard fuyant, parcourant la pièce plutôt que de se focaliser sur son aînée. Parce qu'il n'y arrive pas, Zaveid. Parce que son attention ne peut se concentrer plus de deux secondes à un même endroit, dans son état actuel. « Y a du feu partout. Elle brûle, la maison. » Réalité et hallucinations qui s'entremêlent. Il ne discerne plus le vrai du faux. Les images projetées dans son esprit reflétées sur le monde qui l'entoure. Incapable de se souvenir de ses visions, celles-ci pourtant conservées dans un tiroir de son esprit. « Tu dois pas rester là. » Petit enfant craintif. Petit enfant effrayé. Les flammes pourtant ses alliées, utilisées maintes et maintes fois pour dévorer le corps des hérétiques. Pour embraser ceux qui sont trop curieux, ceux qui ont voulu infiltrer leurs rangs. Il a peur, Zaveid, mais pourtant il s'en fiche. La mort vue comme une délivrance, l'espoir de rejoindre enfin l'Himel, d'échapper à la réincarnation cette fois-ci. La douleur enfin terminée. Mais il n'emporterait pas Aloy avec lui. S'il brûle avec la résidence, elle au moins doit survivre.  
the bloody throne - toute copie interdite




Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 03/05/2017
howlers : 679
silver sickles : 665
two way mirror : Siân Llewellyn/Aoife MCGregor
avatar : Riley Voelkel
credits : Lux Aeterna & Teddy & Lachlan le parfait <3 (avatar) Solosand (code signature) dreadwolf (gif)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t491-aloy-i-am-ruthless-and-callous-and-vicioushttp://bloodtournament.forumactif.com/t446-aloy-i-set-fire-to-the-rainhttp://bloodtournament.forumactif.com/t367-aloy-i-am-a-brutally-
grade 2

grade 2
Mar 16 Mai - 23:49
Zaveid & Aloy
That's me in the corner ; That's me in the spotlight Losing my religion ; Trying to keep up with you ; And I don't know if I can do it 
Elle a souvent prié pour que les Dieux libèrent son frère, Aloy. Si elle ne pourrait accepter une vie sans lui, elle déteste que ceux qu’ils prient avec acharnement le fassent autant souffrir. Elle se doute qu’ils ont leur raison. Respecte leur choix. Mais elle prie souvent pour qu’ils soient plus clément avec Zaveid. Qu’ils lui donnent la force de contrôler l’incontrôlable. N’importe quoi du moment qu’ils cessent de torturer son frère. Vérité qu’elle avoue parfois à demi mots. Mais à défaut de pouvoir convaincre les Dieux, à défaut de pouvoir se faire entendre de Merlin, elle se montre présente pour Zaveid. Sans ne jamais l’accabler de mots cruels. Sans ne jamais en attendre trop de son benjamin. Même si quand il la regarde, elle sait qu’il ne la voit pas vraiment. Même si l’espoir que la crise passe rapidement en mince. Mais il est en sécurité. Il est chez eux. Elle lui répète. Lui murmure. Elle s’ose à croire que le pire est passé quand il dit son nom. Idiotie. Il lui parle de feu et elle sourirait presque quand il tente de la faire fuir. De la sauver. Comme si elle allait le laisser se sacrifier pour elle. Comme s’il existait une réalité alternative où elle accepterait de le laisser brûler juste pour s’en sortir elle. Certes, la maison n’est pas vraiment en feu et elle n’est donc pas vraiment soumise à ce choix. Mais tout de même.

Tendrement, elle lâche la main de Zaveid pour venir poser ses pouces sur ses tempes, les massant doucement. Y a toujours comme un sentiment d’impuissance en elle quand elle fait face aux crises de son frère. Parce qu’elle ne peut pas les faire disparaître d’un coup de baguette ou à l’aide d’une potion. Alors elle fait ce qu’elle peut et elle prie pour que ça soit suffisant. « Shhh… C’est dans ta tête Zaveid. Ce ne sont que des images… Il n’y a pas vraiment le feu, Zav’. » Mais pour son frère tout est bien réel. Pour Zaveid la menace est bien là. Elle continue de masser ses tempes, tendrement. « Et quand bien même, nous sommes de Rosebury, le feu est notre ami, pas notre ennemi. Il ne peut rien contre nous, voyons. ». L’humour. Parce que si elle arrive à le faire sourire, c’est qu’elle arrive à l’atteindre. Au moins un peu. Elle caresse doucement sa joue tout en le forçant à garder le regard vers elle. « Regardes moi, Zav’. Crois tu que je te laisserais là si tu était en danger? » Elle laisserait sans doute sa mère cramer sans bouger. Peut-être qu’elle abdiquerait si on père lui demandait de fuir pour sauver sa peau. Mais pour Zaveid, pour Maiev, jamais. Et si son frère l’a oublié, elle le lui rappellera. « Tu dois encore m’épouser et me faire des marmots, tu te souviens? » Un sourire sur le visage d’Aloy. De l’humour encore une fois. Mais après tout, puisque les rumeurs existent, autant s’en servir. Qu’elles aient une autre utilité que celle de faire fuir quelconque prétendant.
the bloody throne - toute copie interdite


Take me to church.
I'll worship like a dog at the shrine of your lies I'll tell you my sins and you can sharpen your knife Offer me that deathless death Good God, let me give you my life.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 30/04/2017
howlers : 313
silver sickles : 629
two way mirror : s. buchanan
avatar : Max Riemelt
credits : Leana jolie
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t512-zaveid-let-s-pretendhttp://bloodtournament.forumactif.com/t433-zaveid-seven-devils-all-around-youhttp://bloodtournament.forumactif.com/t257-zaveid-uc
staff g2♕

staff g2
Mer 7 Juin - 22:18
losing my religion
aloy & zaveid

Ce ne sont que des images. Pour Aloy peut-être, mais pour le sorcier c'est différent. Les flammes dansent toujours devant ses yeux, dévorent les murs de la pièce, détruisent la maison qui l'a vu grandir. Elle peut dire ce qu'elle veut, Aloy. Pour lui, tout ça est réel. La vision transposée à la réalité, vérité et mensonge qui se mêlent et se démêlent. Ce ne sont que des images. Le cerveau du cadet refuse de le croire, n'arrive pas à se défaire de ce qui défile sous ses yeux. Parce que tout ça parait tellement réaliste qu'il est impensable pour lui de voir autrement, de voir au-delà des visions qui lui ont été envoyées. Trop dur, trop complexe pour son esprit étroit. Ce ne sont que des images. Les mains de l'aînée toujours sur ses tempes, tentant de rassurer l'enfant toujours crispé. « Mais c'est pourtant en jouant avec le feu qu'on se brûle, Aloy. » Sagesse de l'homme redevenu enfant. Il n'a jamais cru à cette légende, Zaveid, n'a jamais compris l'attrait de sa soeur pour les flammes dansantes. À vrai dire, elles lui faisaient peur depuis la perte de contrôle de son don, depuis qu'il perd pied. Images récurrentes de ses visions, oiseaux de mauvais présage qui pourraient bien leur causer du tort dans un avenir proche.

Elle caresse sa joue, Aloy, et il lève ses yeux encore lointains sur elle. Non, elle serait restée avec lui jusqu'à la fin. C'est du moins ce dont il se convainc. Parce que lui aurait fait pareil. Parce que la vie de sa soeur lui importe plus que la sienne, plus que celle de n'importe qui. Le coeur qui se serre malgré tout. « Tu ferais bien de me laisser là, pourtant. Tu le sais bien. » Boulet que les Rosebury trainent à leurs pieds. Sa mort ne serait-elle pas un soulagement pour ses parents? Elle ne serait pour lui, en tout cas. Léger rire qui s'échappe de ses rêves. « Ne dis pas n'importe quoi. Il est révolu, l'âge où je pensais t'épouser. » Les deux enfants qui étaient inséparrables, qui ne passaient jamais plus de quelques heures l'un sans l'autre. Et il l'admirait sa soeur, Zaveid. Si sa mère était née Rosebury, n'aurait-il pas pu épouser Aloy, lui aussi ? Pensées innocentes disparues depuis longtemps. Le garçon a grand et s'est rendu compte à quel point il était stupide de penser ainsi. L'inceste comme moyen de survie plutôt que par choix.

Le blanc se prolonge alors qu'il est toujours perdu dans ses souvenirs, ceux d'une époque où tout allait bien, où il n'avait à s'inquiéter de rien. Où on le voyait encore comme le petit prodige Rosebury. Epoque depuis longtemps révolue. « Raconte-moi quelque chose. N'importe quoi. » Tel l'enfant qui implore une dernière histoire avant de sombrer dans les bras de Morphée. Comme pour chasser les monstres qui se cachent en lui, créatures de l'Ifrinn envoyées pour le tourmenter. « J'aime bien t'écouter. » Le cadet souhaite se changer les esprits, penser à autre chose. Oublier ce qu'il vient de voir.
the bloody throne - toute copie interdite




Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 03/05/2017
howlers : 679
silver sickles : 665
two way mirror : Siân Llewellyn/Aoife MCGregor
avatar : Riley Voelkel
credits : Lux Aeterna & Teddy & Lachlan le parfait <3 (avatar) Solosand (code signature) dreadwolf (gif)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t491-aloy-i-am-ruthless-and-callous-and-vicioushttp://bloodtournament.forumactif.com/t446-aloy-i-set-fire-to-the-rainhttp://bloodtournament.forumactif.com/t367-aloy-i-am-a-brutally-
grade 2

grade 2
Mer 14 Juin - 20:42
Zaveid & Aloy
That's me in the corner ; That's me in the spotlight Losing my religion ; Trying to keep up with you ; And I don't know if I can do it 
Aloy, elle sait que sa passion pour les flammes lui causera du tort un jour. Parce qu’il a raison Zaveid, c’est à trop jouer avec le feu qu’on se brûle. Mais elle ne peut pas s’en empêcher. Elle aime voir les flammes danser, venir mordre la peau du blasphémateur. Elle aime le crépitement qui s’échappe et apprécie même l’odeur qui s’en dégage. Oui, un jour elle se brûlera. Mais pas aujourd’hui. Pas maintenant. Pas dans le salon. Pas avec Zaveid. Le rire de son frère qui s’échappe brièvement. Le rire qui la soulage un peu. Elle a su atteindre son frère. Quand bien même cela soit avec un humour des plus douteux. Temps révolu. Il n’empêche qu’elle est certainement le seul qu’elle aurait accepté d’épouser. Pas par désir caché. L’idée même de devoir envisager de partager sa couche avec son frère afin de procréer lui donne la nausée. Juste parce qu’il fait partit des rares personnes pour qui elle a une véritable affection. Juste parce qu’il vaudrait mieux Zaveid que n’importe quel autre sang pur. Mais la question ne se pose plus depuis longtemps. Elle a su manipuler l’esprit de leur paternel, s’assurant de ne jamais se voir imposer une bague à son doigt. Elle laisse le silence se prolonger. Loin d’être avare de parole, elle sait qu’il est parfois préférable de se taire. De laisser Zaveid tenter de remettre de l’ordre dans ses idées. Racontes moi quelque chose. Les mots de l’homme-enfant qui résonnent dans sa tête. Petite fille, elle aimait lui raconter des histoires. Gamins, on ne riait pas de lui quand il en réclamait. Leurs parents seraient sans doute désolés s’ils assistaient à une telle scène. Elle s’en fiche.

Avec tendresse, elle dépose un baiser sur le front de son frère. Un peu comme elle le faisait avant qu’ils n’aillent se coucher autrefois. Il est un des enfants perdus et elle est sa Wendy. Référence qui, quand bien même elle ne l’a pas, lui conviendrait sans le moindre doute. « Tu as entendu parlé des dernières frasques de notre très cher prince? » Ce bon vieux Edward. Celui qui était autrefois ton ami mais qui a dérivé il y a déjà quelques années. Edward, celui qui est destiné à reprendre la couronne à la suite de son père, mais qui semble préféré ternir l’image de sa famille. « On raconte qu’il a décidé d’épouser une impure. Tu te rends compte, Zav ? Une impure! » Le jugement est certain dans la voix. Elle ne tolère pas ce genre de choses, Aloy. Et qu’elle message cela va envoyer si le prince héritier décide d’épouser de la vermine ? Elle remet maladroitement ses cheveux derrière son oreille. « Les Lancaster, c’est plus ce que c’était. Espérons que Lizzie ne décide pas de tomber dans les bras d’un Gardner, ils feraient la paire. » L’idée que son amie puisse batifoler avec un impur lui semble tellement improbable, qu’elle n’y songe même pas. Et elle espère Elizabeth plus intelligente qu’elle pour ne pas tomber dans les bras d’un démon Gardner. Mais honnêtement, après le comportement d’Edward, plus rien ne pourrait vraiment l’étonner.  
the bloody throne - toute copie interdite


Take me to church.
I'll worship like a dog at the shrine of your lies I'll tell you my sins and you can sharpen your knife Offer me that deathless death Good God, let me give you my life.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
losing my religion ∞ aloy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 03. "Losing my religion" # Ash
» 01. Losing your mind
» Religion dans le SDA
» La religion / les divinités dans la Légende.
» Religion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum