intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez
 
a&m - Run boy run
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aloy Rosebury

s'adresse au peuple
in town since : 03/05/2017
howlers : 679
silver sickles : 665
two way mirror : Siân Llewellyn/Aoife MCGregor
avatar : Riley Voelkel
credits : Lux Aeterna & Teddy & Lachlan le parfait <3 (avatar) Solosand (code signature) dreadwolf (gif)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t491-aloy-i-am-ruthless-and-callous-and-vicioushttp://bloodtournament.forumactif.com/t446-aloy-i-set-fire-to-the-rainhttp://bloodtournament.forumactif.com/t367-aloy-i-am-a-brutally-
grade 2

a&m - Run boy run Empty
grade 2
Lun 8 Mai - 1:22
Moira & Aloy
Run boy run! The sun will be guiding you. Run boy run! They're dying to stop you. Run boy run! This race is a prophecy.
Le bruit d’un estomac qui gargouille. Elle pose une main sur son ventre et son regard sur la pendule. Elle a perdu la notion du temps, plongée dans ses dossiers. L’esprit qui se perd dans des pensées complexes, le besoin de se nourrir relégué à la dernière position. Elle pose sa plume, laisse échapper un soupir et passe ses mains sur son visage. La journée à été longue. Parfois, elle se dit qu’elle aurait dû choisir une autre spécialisation. Quelque chose de plus simple. De moins chronophage. Et en même temps, elle adore la neuro-magie. Pas de blessures dégoûtantes à nettoyer. Pas d’accident étranges et blasphématoire à réparer. Et n’oublions pas que manipuler un homme qui a perdu la mémoire peut s’avérer bien plus simple. Son estomac se manifeste une seconde fois. Elle grimace. Elle pourrait transplaner, rentrer chez elle et demander à ce qu’Iddo lui serve un repas chaud. Elle regarde le dossier ouvert sur son bureau. Non, elle doit terminer le compte rendu ce soir. Donner les bonnes instructions à ses collègues pour qu’ils s’occupent correctement du patient pendant ses jours de repos. Mais elle a faim et ne pourra pas continuer à travailler le ventre vide. Elle soupir de nouveau tout en levant les yeux au ciel. Elle déteste la nourriture de l’établissement, mais elle ne va pas avoir d’autre choix. Elle a juste besoin d’une collation qui puisse la faire tenir encore quelques heures.

Direction les cuisines. Elle aime le calme qui règne dans les couloirs de l’hôpital la nuit. Tout du moins, elle apprécie de pouvoir se délecter des cris des malheureux sans avoir à cacher son sourire ou à éviter les sorciers en visite. La famille. Le plus gros inconvénient de son métier. Elle déteste devoir leur parler. Elle n’est pas complètement insensible, mais elle ne sait pas mettre les formes quand elle doit annoncer à la famille qu’elle ne peut rien faire pour la mémoire du patient. Ce qui, malheureusement, arrive bien souvent dans son domaine.  La mémoire. Presque une fascination. Un des mystères du cerveau humain. L’ambition la pousse à aller toujours plus loin. Trop parfois. Elle s’arrête un instant devant la porte d’un de ses patients. Un sort de mémoire qui a mal tourné. Comme c’est le cas pour beaucoup de patient de cette aile. Si elle réussissait à percer le mystère lui permettant d’inverser le processus, elle aurait atteint la gloire. Son nom apparaîtrait dans les livres. D’histoire. De médicomagie. Une ambition malheureusement estompée par sa constante recherche des sept baguettes. L’obligeant à sacrifier du temps. De l’énergie. Mais pas de regrets, pas de remords. La religion plus importante que le métier.

Des bruits de pas précipités. Elle attend. Les pas se rapprochent. Elle croise les bras sur sa poitrine et lève les yeux au ciel. Encore un patient qui se balade dans les couloirs. Si au moins ils avaient la décence de ne pas se perdre. Histoire qu’elle n’ai pas à raccompagner le mécréant jusque dans sa chambre. Peut-être que si elle ne bouge pas, le vagabond continuera sa route dans une autre direction, ainsi ne sera-t-elle pas dans l’obligation de lui venir en aide. Mais les Dieux ne sont pas de son côté aujourd’hui. Elle sort sa baguette. Juste dans l’hypothèse ou le mécréant serait violent. Rectification. La mécréante. « Sérieusement, c’est si difficile que ça de rester sagement dans sa chambre? » L’agacement dans la voix. Elle a mieux à faire que de s’occuper d’une patiente récalcitrante. « Si au moins vous preniez le bon chemin, plutôt que de vous précipiter dans la direction opposée. » Elle a vraiment mieux à faire que ça. Comme de faire taire son estomac qui gargouille de nouveau. Terminer le compte rendu d’un patient. Rentrer chez elle. Prendre un bain chaud. Elle espère que la femme ne se mettra pas à courir. Elle n’a pas très envie de devoir s’adonner à ce genre d’activité. A cette heure-ci. Dans ces chaussures.
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

s'adresse au peuple

a&m - Run boy run Empty
Invité
Mer 10 Mai - 19:30
Moira & Aloy
Run boy run! The sun will be guiding you. Run boy run! They're dying to stop you. Run boy run! This race is a prophecy.
Un grognement. Puis deux. Le néant a pris possession de son corps, si bien qu'elle flotte dans les airs, Moira. S'amusant à nager dans le vide pour faire des loopings et tenter de rejoindre l'autre bord. Sauf qu'il n'y a pas d'autre bord. Elle a beau tenter d'aller le plus loin possible, rien. Seulement le néant. Au bout d'un moment, elle commence à perdre patience et hurle au milieu de nul part, espérant trouver un écho, une résonance. N'importe quoi afin de se raccrocher. Mais seul le silence règne sur les lieux, faisant battre son palpitant un peu plus rapidement sans qu'elle ne sache où aller. Finissant par s'emballer au beau milieu de la nuit. Les guérisseurs de garde auraient pu s'en rendre compte s'ils n'étaient déjà fort occupés ailleurs. Au milieu du néant, elle a l'impression de chuter, hurlant sans qu'un son ne s'échappe de ses lippes, sombrant toujours plus bas, plus profondément dans l'obscurité.

Ses yeux s'ouvrent brusquement alors qu'elle se relève à moitié sur le lit, le corps couvert de soubresauts et de sueur, cherchant son souffle. Observant l'environnement autour d'elle, la furie ne reconnait rien, laissant son cœur aux abois et scrutant comme un animal affolé les alentours. Pourtant, aucun bruit ni mouvement n'était perceptible. Rien. Elle était seule dans la pièce faiblement éclairée. Bougeant pour rabattre les draps la recouvrant, elle grimace en gémissant. Un bandage au niveau de son flanc gauche lui indique la localisation précise de sa douleur alors que ses doigts se rabattent dessus par automatisme. Soufflant plusieurs fois, elle réitère l'exercice avec plus de lenteur et de tact. Ses souvenirs refont alors peu à peu surface quand elle arrive à se mettre debout. Un banal accident, aussi affligeant pour son orgueil que sa fierté. L'excitation d'une réussite la poussant à entrer dans le caveau sans prendre plus de précaution alors qu'elle avait désactivé le deuxième sortilège de protection... mais comme le vieil adage le précise : jamais deux sans trois. Ce dernier lui fut fatal, l'expédiant contre le mur adjacent, la laissant choir au sol comme une feuille morte. Elle ne se souvenait pas de la suite mais n'avait aucun mal à l'imaginer. Son coéquipier avait surement dû l'amener à Ste Mangouste pour être soignée... tout en pestant contre elle. Grimaçant en remettant son tee-shirt, elle imaginait déjà sa tête et ses propos, ce dernier étant tellement répétitif et craintif. S'il prenait la majorité des décisions, jamais leur équipe n'aurait pu avoir un taux aussi élevé de résultats concrets et positifs. Le métier venait avec ses dangers et ca, Moira le savait bien. Elle avait signé pour çà. Bien que face à la douleur qui se réveillait petit à petit, elle confessait mentalement que Mère Prudence aurait dû se pencher au dessus de son berceau à son enfance afin de lui prescrire deux trois petits conseils ne l’entraînant pas aussi souvent à l'hôpital sorcier.

Jetant un coup d’œil dans le couloir, la furie remarqua rapidement que ce dernier était assez calme. Personne à l'horizon, pas même une âme esseulée. Sortant de la chambre, elle avance sans bruit dans l'un des corridors, portait par l'inconscient de vouloir sortir au plus vite de cet endroit. Elle finit par bifurquer après avoir entendu du bruit, ne souhaitant pas tomber sur un quelconque responsable mais la chance ne sourit pas qu'aux audacieux... « Sérieusement, c’est si difficile que ça de rester sagement dans sa chambre? » La voix l'a fait sursauter alors qu'elle tombe sur la première sorcière en chair et en os, lui confirmant qu'elle ne rêve donc plus. Elle lui pardonnerait presque son ton sec et agacé. Après tout, il n'y avait qu'à y avoir quelqu'un à son réveil, cela lui aurait évité bien des tracas. Sa bouche s'ouvre pour rétorquer mais la rouquine se tait, estimant que la stratégie de répliquer en rentrant dans le lard de la médicomage n'était pas l'une des meilleures de sa courte existence. Si elle voulait se carapater rapidement, mieux valait ne pas se la mettre à dos. Surtout avec sa baguette pointait dans sa direction.

Elle fait semblant d'être étonnée, accentuant sa première réaction avec un haussement de sourcil, le moins gêné du monde. Comédienne de la dernière heure. « Si au moins vous preniez le bon chemin, plutôt que de vous précipiter dans la direction opposée. » La mâchoire de l'irlandaise se contracte alors que la sorcière commence sérieusement à lui chauffer les narines. Son sourire se fait moins naturel tout en continuant se s'écarter, légèrement ironique lorsqu'elle lui répond avec sarcasme " Vraiment ?! Je m'en vais réparer cette erreur alors ! Sur ce... bonne soirée à vous ! " L'insulte qui aurait suivi reste logée au fond de son gosier alors qu'elle pince les joues dans un faux sourire ne visant qu'à l'aider dans sa quête ultime : partir le plus rapidement possible du bâtiment. Ça tombait bien... la mal-lunée venait de lui donner la direction. Faisant demi-tour sans demander son reste, Moira amorça une sortie en revenant sur ses pas, priant Merlin pour qu'elle ne tombe pas de nouveau sur un médicomage, guérisseur ou autre spécimen du corps médicomagique. L'affront lui pèse sur les épaules et elle se doit de tourner plusieurs fois sa langue dans sa bouche pour ne pas répliquer une parole de plus visant à faire ravaler son ton à la sorcière tandis que ses pieds avancent dans le couloir qu'elle connaissait déjà sans se préoccuper outre mesure de l'inconnue. 
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
Aloy Rosebury

s'adresse au peuple
in town since : 03/05/2017
howlers : 679
silver sickles : 665
two way mirror : Siân Llewellyn/Aoife MCGregor
avatar : Riley Voelkel
credits : Lux Aeterna & Teddy & Lachlan le parfait <3 (avatar) Solosand (code signature) dreadwolf (gif)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t491-aloy-i-am-ruthless-and-callous-and-vicioushttp://bloodtournament.forumactif.com/t446-aloy-i-set-fire-to-the-rainhttp://bloodtournament.forumactif.com/t367-aloy-i-am-a-brutally-
grade 2

a&m - Run boy run Empty
grade 2
Sam 13 Mai - 15:20
Moira & Aloy
Run boy run! The sun will be guiding you. Run boy run! They're dying to stop you. Run boy run! This race is a prophecy.
Si elle était en mesure de prendre une telle décision, tous les patients de l’hôpital seraient attaché pendant la nuit. Mesure sécuritaire qui permettrait d’éviter toute tentative d’évasion de leur part et, aussi, de ne pas les avoir à vagabonder dans les couloirs la nuit. Mesure qu’elle trouve particulièrement justifier dans un service comme le sien où une large proportion des patients sont bien souvent trop perdue pour comprendre leur présence à l’hôpital. Mais elle a vu toutes ses propositions allant dans ce sens rejetées. Grossière erreur selon elle, malheureusement elle n’est pas en mesure d’imposer ce genre de décision. A la place, elle se retrouve une nouvelle fois à devoir faire la police face à une sorcière récalcitrante. Un jour elle se contentera d’abréger les souffrances du patient. Peut-être que ça donnera la motivation nécessaire à l’administration pour qu’ils décident d’attacher les patients la nuit. Mais en attendant, elle va être obligée de jouer les baby-sitter avec la sorcière qui n’est même pas fichue de retrouver son chemin dans Sainte Mangouste. " Vraiment ?! Je m'en vais réparer cette erreur alors ! Sur ce... bonne soirée à vous ! " Elle lève les yeux au ciel et soupire, Aloy. Bien sûr que la patiente n’allait pas gentiment retourner dans sa chambre comme si de rien était. Et ce quand bien même cela aurait été préférable pour tout le monde. C’est décidé, la prochaine fois qu’elle tombe sur un patient errant dans les couloirs en pleine nuit, elle attaque d’abord et discute ensuite.

Avec un autre soupire, elle emboîte le pas de la jeune femme. Elle n’exclue pas encore de lui faire payer cette perte de temps. Surtout si la bougresse s’avère n’être qu’une impure qui ne mérite même pas de recevoir quelconques soins. Certes sa crinière de feu laisserait à penser qu’il s’agirait d’une McGregor, mais ils n’ont pas le monopole de la rousseur et on ne peut jamais être sûr. « Plutôt que de me faire perdre mon temps, ainsi que celui des confrères qui doivent vous cherchez, vous ne voulez pas juste retourner sagement dans votre chambre ? » Il paraît que ça ne coûte rien de demander. Enfin, il paraît aussi que c’est mieux de demander gentiment. Notion un peu trop abstraite pour Aloy, particulièrement quand elle est agacée. Ajoutons qu’elle a toujours faim et qu’elle a cumulé un peu de fatigue ses derniers temps. Combo particulièrement efficace pour la mettre de mauvaise humeur. « Je vois deux autres alternatives possible pour vous. J’appelle la sécurité et je vous retiens suffisamment longtemps pour qu’ils vous mettent K.O. et vous ramènes dans votre chambre. Ou vous me donnez une bonne raison de ne pas le faire et je vous montre le chemin de la sortie. ». Proposition qu’un médicomage respectable ne devrait certainement pas offrir. Mais Aloy ne fait pas partie de ces médicomages qui suivent le code à la lettre. Quand bien même cela ne veut pas dire qu’elle ne trahira pas la patiente au dernier moment. Ce qu’elle veut avant tout c’est que celle-ci s’arrête, parce que la suivre dans les couloirs comme ça, c’est loin de lui plaire.
the bloody throne - toute copie interdite


Spoiler:
 


Take me to church.
I'll worship like a dog at the shrine of your lies I'll tell you my sins and you can sharpen your knife Offer me that deathless death Good God, let me give you my life.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

a&m - Run boy run Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
a&m - Run boy run
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum