intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
(SINEA) call it magic.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 76
silver sickles : 0
avatar : Michael Fassbender
credits : Exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t346-andrea-vasilyeva-impur-legion-alpha-epouventard-disponible#2747http://bloodtournament.forumactif.com/t345-andrea-vasilyeva-impur-legion-alpha-epouventard#2743http://bloodtournament.forumactif.com/t208-andrea-vasilyeva-epou
grade 1

grade 1
Lun 22 Mai - 0:28
call it magic.
sinead&andrea


Il la regarde d’un regard absent, un regard qui lui est complètement étranger. Il écoute ses balbutiement sans les entendre, fixe un point dans le vide sans la voir. « Je suis désolée, Andrea… Je ne voulais pas que ça se passe comme ça. Je voulais… Je ne sais pas … Je suis juste désolée. » Andrea essaie maladroitement de se protéger de quelque chose qui le submerge. Ce paquet surprise inattendu qui est tombé devant sa porte il y a quelques mois, peut-être même est-ce plus lointain, peut-être qu'il a Sinéad dans la peau depuis plus longtemps qu’il ne le reconnait. Le cadeau du ciel n’était pas prévu, un sentiment nouveau d’attachement affectif qu’il ne connaissait pas jusqu’à alors. Etrange comme un homme qui n’ignore plus grand-chose des plaisirs de la chair a tant de difficulté à murer son cœur pour éviter de souffrir. Il tente un ajustement visuel, reporte son regard sur la jeune femme. Elle s’excuse encore et toujours, mais de quoi s’excuse-t-elle ? Pourquoi même se dit-elle désolée alors qu’elle vient de sceller leur rupture à de multiples reprises. C’est son tour cette fois-ci de lever la main pour lui demander le silence.

Elle exécute les sortilèges et les protections tombent en iridescence. C’est le moment, pense-t-il. Il fait un pas en avant, un autre en arrière, il hésite, recule en quelques mouvements brusques, une main qui passe nerveusement son visage. Il a l’air d’un animal sauvage à qui l’on veut imposer une conduite. De fait le lynx est un félin qui voyage beaucoup, souvent en solitaire, mais jamais on ne lui impose ses mouvements. Il était libre d’aller et venir, et soudain on le renvois en lui signifiant qu’il n’a plus lieux d’être. Il lui jette un nouveau regard. « Je m’en vais. ». Il se convainc autant lui-même qu’il ne l’informe d’une évidence. Il n’a jamais espérer qu’elle le suive, qu’elle fuie avec lui. Cela serait pur folie, et bien que le danger et le risque soit une part imminente de sa vie, il sait faire la différence entre un suicide et un sacrifice utile à la bonne cause. En revanche, il espère peut-être qu’elle le retienne. Qu’elle lui demande de rester, de ne pas partir, d’attendre le champ de l’alouette et de revenir malgré tout au prochain coucher de soleil. Il n’a pas réussi à se protéger de ces espoirs vains. Il se répète à son tour, sa voix est ferme mais la répétition des mêmes mots donne de l’absurdité et du vide à leur contenu. Ils perdent leur sens alors même qu’il veut lui faire passer un message. « Je m’en vais, Sinead. ».

Finalement, c’est ces mots répétés dans le vide qui lui rappellent la promesse qu’il a fait quelques heures plus tôt. Tu peux dormir, je reste, c’est promis. Je reste.C’est promis. Sa détermination flanche, il hésite. Dans d’autres circonstances, c’est elle qui avait voulu qu’il reste jusqu’au petit matin. Hypocritement, il peut assurer qu’il n’aime pas revenir sur sa parole, que les promesses doivent être tenues, qu’elles sont faites pour ça. Il peut assurer sans rougir mettre un point d’honneur à respecter ses vœux et ses serments. Il n’a pas survécu à un serment inviolable pendant près de vingt ans sans raison. Si elle s’était murée dans le silence, qu’elle s’était détournée ou même qu’elle avait juste regardé son amant disparaitre, il aurait lutté contre cet instinct de droiture face à une promesse bafouée. Il serait parti en se martelant qu’il était préférable de ne pas s’imposer, qu’il fallait être raisonnable pour qu’elle puisse garder l’esprit clair. Un vague sentiment de bravoure héroïque.

Mais elle brise sa détermination avec quelques mots « Je te pardonne. ». Alors qu’il se détournait pour transplaner sans avoir en derniers images collées sur sa rétine la vision de son amante, il s’arrête. Ce sont quelques mots qui suffisent à le faire revenir sur sa froideur et sa distance. Son pardon. Il n’était plus suffisant maintenant qu’il était accordé. Il voudrait toujours plus, jusqu’à être lavé de toute culpabilité. Il la happe dans ses bras, serre le corps frêle contre le sien et proteste. « Je ne veux pas partir, Sin. Pas tout de suite, pas maintenant. ». Il l’embrasse délicatement sur les lèvres, effleure son front. « J’ai compris. Demain matin, à l’aube, je partirais, c’est promis. Je cesserais de t’importuner. Mais j’ai fait une autre promesse cette nuit, je ne reviens jamais sur mes promesses. ».Tu peux dormir, je reste, c’est promis. « Il ne faut pas se quitter ainsi, Sin. ». Il attend le verdict, soucieux. Il voudrait tempérer l’once d’espoir qui nait subitement. Il ne se fait aucune illusion quant aux lendemains, mais il est prêt à tout pour grappiller quelques heures de plus à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 04/05/2017
howlers : 187
silver sickles : 0
avatar : astrid bergès-frisbey.
credits : elain, bat'phanie et lorde.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t525-sinead-a-brand-new-starthttp://bloodtournament.forumactif.com/t455-sinead-people-help-the-peoplehttp://bloodtournament.forumactif.com/t423-sinead-of-ivory-and-g
grade 1

grade 1
Jeu 25 Mai - 16:29
call it magic.
sinead&andrea

Pendant une seconde, interminable, la sorcière eut la certitude qu’Andrea allait transplaner sans se retourner. Elle n’avait aucun moyen de garder contact avec lui, et ça serait par conséquent la dernière fois qu’elle le verrait. Sinead avait envie de le prendre une dernière fois dans ses bras, de se perdre dans son mélange musqué et irradiant de chaleur, d’oublier cette réalité une dernière fois. Quelques heures encore. Mais elle resta parfaitement immobile, baguette en main, attendant qu’il ait disparu pour relever les barrières. Et sans prévenir, ce fut l’Impur qui s’avança subitement vers elle pour refermer les bras sur son corps glacé. Un frisson de surprise courut le long de son échine, douloureux et exquis. C’était comme si son pardon lui permettait d’admettre qu’il n’était pas prêt à partir – elle n’était pas prête à le voir partir, s’il fallait faire preuve d’honnêteté. Et elle pensait sincèrement ne jamais l’être. Il emporterait avec elle une partie d’elle, elle l’avait sentie lorsqu’il s’était éloigné. Ce vide dans sa poitrine, dans sa tête. Quand avait-il pu s’approprier ces parties qu’elle se refusait à exposer ? Celles qui auraient dû être à l’abri derrière des murs complexes, parfaits. Celles qui n’auraient jamais dû être compromises par les flammes qu’il suscitait en elle. Et pourtant.

« Alors reste, » souffla-t-elle contre ses lèvres, cédant à son propre désir. Celui de grapiller quelques instants de plus dans les ombres, dans la quiétude qu’il lui insufflait. Andrea la rendait imprudente, déraisonnable aussi. Une partie de Sin espérait qu’elle avait le même effet sur lui, elle ignorait s’il s’agissait d’égoïsme ou d’un besoin romantique. Avec lui, elle perdait ses repères. Toutes les bonnes résolutions qu’elle se fixait, toutes les règles cessaient d’avoir un sens. Sa main armée trembla lorsque Sinead releva les barrières, résistant à l’envie de simplement s’abandonner dans les bras de son amant – d’oublier, un peu au moins, leur atroce décision. Dès qu’elle fut certaine que les sortilèges étaient revenus à leur place, la tension sur ses épaules se détendit nettement et elle exhala un soupir en posant son front dans le cou de l’Impur. Dans quelques heures, ils se retrouveraient dans la même position. Elle avait beau le savoir, le savoir parfaitement, elle s’efforçait de ne pas y penser.

En l’autorisant à rester, Sin prenait le risque que d’autres mots soient prononcés ce soir. Que d’autres gestes viennent la blesser. Mais quand il la serrait ainsi contre lui, elle avait l’étrange sentiment de ne plus rien craindre. D’être simplement là. D’exister à travers les pulsations rythmées de son cœur qu’elle sentait sous les doigts de sa main libre. A travers lui. Le bout de son nez frôla le contour de sa mâchoire dans une caresse légère, puis elle releva le museau pour l’embrasser doucement. Un baiser qui tenait autant de l’excuse que de l’ordre. Alors reste. Une promesse qu’elle n’aurait jamais songé à lui rappeler, mais qui lui évitait présentement de tout perdre trop vite. De les perdre, lui et sa chaleur. Cette façon qu’il avait de la faire se sentir à la fois unique, et comme n’importe quelle femme sur cette Terre. Quelques paroles demeuraient coincées derrière ses lèvres closes, des paroles repentantes, des paroles quémandeuses, des paroles d’amour. Ne me laisse pas. J’ai changé d’avis. Pardonne-moi. Mais elle se contenta de refermer ses bras sur la nuque d’Andrea, inspirant si profondément son parfum que la tête lui en tourna. Sinead se débarrassa de sa baguette en la jetant sur le fauteuil derrière elle, resserrant son étreinte, une crainte lui dévorant les entrailles. C’était la dernière fois qu’elle le voyait. Il n’y aurait pas de machine arrière, pas de Retourneur de Temps qui pourrait les sauver de cette décision raisonnable. C’était une fin, si ce n’était la fin.


yellow flicker beat
I’m a princess cut from marble, smoother than a storm. And the scars that mark my body, they’re silver and gold; My blood is a flood of rubies, precious stones, It keeps my veins hot, the fire's found a home in me.  ▬ I move through town, I’m quiet like a fight, And my necklace is of rope, I tie it and untie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 76
silver sickles : 0
avatar : Michael Fassbender
credits : Exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t346-andrea-vasilyeva-impur-legion-alpha-epouventard-disponible#2747http://bloodtournament.forumactif.com/t345-andrea-vasilyeva-impur-legion-alpha-epouventard#2743http://bloodtournament.forumactif.com/t208-andrea-vasilyeva-epou
grade 1

grade 1
Ven 26 Mai - 2:10
call it magic.
sinead&andrea


Il la serre contre lui, avec douceur en la berçant. Le nez dans la crinière auburn, il a l’impression de prendre un dernier shoot avant de devoir se sevrer d’une drogue qu’il n’a pas vu venir. L’approbation de son amante est un soulagement, ses muscles se relâchent et ses épaules se détendent. Ils restent dans les bras l’un de l’autre quelques minutes, debout au milieu de la pièce. Il perçoit les battements de son cœur comme la plus douce des berceuses, quand bien même il doute de pouvoir trouver un sommeil réparateur cette nuit ou les suivantes. Ses mains passent lascivement de son dos à sa taille, ses doigts se glissent dans la ceinture qui retient les pans du peignoir de soie qui ne tarde pas à rejoindre le sol. Il s’écarte un instant pour se débarrasser à nouveau de ses frusques. Bientôt ils se retrouvent au point de départ, nus face à l’autre. Il a l’impression étrange que la nudité physique s’accompagne d’une certaine nudité psychologique. Il n’a pas caché ces sentiments, elle sait qu’il est amoureux.

Andrea la soulève légèrement et ils reculent jusqu’au lit. Il remonte les draps sur eux, ses mains se font baladeuses sur son corps, mais elles n’expriment aucun désir, il n’y a que des caresses légères, pleine de tendresse. Ce sont des berceuses. Ils mêlent leur jambe, se rapprochent pour laisser le moins d’espace possible entre eux. Il l’embrasse, sur les lèvres, sur les tempes, dans le cou, derrière l’oreille. Il pourrait couvrir son corps de baisers sans rougir. Il veut emporter avec lui son odeur au petit matin. La porter encore quelques heures pour s’illusionner que ce n’est déjà fini. Au creux de son oreille, ses lèvres chuchotent. Des mots doux, des suppliques, des avertissements, des promesses et des prières. Il n’est pas sûr que cela soit très compréhensible, mais il refuse de dire quoique ce soit à voix haute. Il ne veut que profiter des dernières heures, savourer cet étrange instant de quiétude.

C’est l’œil du typhon, il y eu des dégâts en y entrant, il ne doute pas qu’il y en ai aussi à la sortie. Il se demande si c’est irréparable, si le mal est fait définitivement. Il aimerait arranger les choses, mais il ne sait pas comment s’y prendre sans aggraver les méfaits. Le balais de leur main dans les airs l’interromps dans ses pensées, il entremêle leur doigts et les embrasse avec douceur. Un soupir léger et le voilà qui brise enfin le silence dans un murmure. « Impossible de trouver le sommeil … ».  Un autre soir, le peau-contre-peau l’aurait d’abord embrasé, puis apaisé. Il n’en est rien ici, il apprécie le contact délicat pour sur, il réveille quelque chose en lui. Mais ce n’est pas du désir ou de la plénitude. C’est délicieusement électrisant sans être impératif. Ses mains s’encrent sur sa taille avant de se perdre entre les cuisses de Sin.

Le visage caché en creux de son épaule, il gémit doucement « Comment vais-je me passer de toi ? » Il a l’impression qu’il n’y a aucune commune mesure avec toutes ces fois où il s’est éloigné de lui-même. C’est un exil forcé. Pour un homme qui n’aime pas recevoir d’ordres, c’est un coup dur. « Tu vas cruellement me manquer, Sin. ». Il enfuit son visage dans sa poitrine, se réfugiant dans des courbes féminines qu’il connait bien. Il a besoin d’un peu de réconfort, un instant. Il n’arrive pas à se séparer de l’idée que la dernière fois. Il espère que leurs adieux se feront plus calmement que leurs mises au point. Conserver leur dignité dans la douloureuse opération. Avoir le recul nécessaire pour intégrer qu’ils agissaient pour le plus grand bien. Il ne voulait plus d’échos, plus de drames. Une tragédie discrète et silencieuse, portée par la force des destinés et de la fortune. Leur infortune.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 04/05/2017
howlers : 187
silver sickles : 0
avatar : astrid bergès-frisbey.
credits : elain, bat'phanie et lorde.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t525-sinead-a-brand-new-starthttp://bloodtournament.forumactif.com/t455-sinead-people-help-the-peoplehttp://bloodtournament.forumactif.com/t423-sinead-of-ivory-and-g
grade 1

grade 1
Jeu 1 Juin - 12:37
call it magic.
sinead&andrea

Protégée dans l’écrin de ses bras, Sinead laissa les secondes se transformer en minutes lascives, consciente toutefois que l’heure ne tarderait pas à sonner. Ils en étaient encore loin, à vrai dire, mais elle n’arrivait pas à lâcher prise cette fois – elle n’arrivait pas à se laisser bercer par ses caresses ou par le rythme paisible de son cœur. Parce qu’elle savait qu’au réveil, il ne serait plus là. Que cette nouvelle journée serait sous l’auspice de la perte. C’était lui qu’elle perdait ; lui et tout ce qui lui faisait ressentir depuis des années. Or, elle n’était pas certaine de sa capacité à évoluer sans cela. Leurs nuits fauves lui manqueraient, mais c’était avant tout l’équilibre qu’il lui apportait dont elle souffrirait. Son absence lui paraissait déjà insoutenable, alors qu’en serait-il lorsqu’elle serait confrontée à un souvenir ? Finalement, ce fut Andrea qui reprit la parole en premier, délaissant les murmures pour une première phrase audible. Impossible de trouver le sommeil… Instinctivement, elle se serra davantage, resserra l’étreinte qu’elle avait sur lui, fit glisser une main le long de son épaule, de son bras. Cherchant à l’apaiser quand bien même elle savait cet exploit impossible. Ce n’était pas ainsi que leur histoire aurait dû se terminer. Cette folie ne méritait pas autant d’amertume. Comment vais-je me passer de toi ? Ses doigts s’emmêlèrent sur la nuque du sorcier, s’accrochant à ses mèches brunes avec désespoir. Elle n’avait aucune réponse à lui fournir. Parce qu’elle se posait exactement les mêmes questions. Tu vas cruellement me manquer, Sin.

Il avait été le seul à prononcer ce surnom de cette façon. Avec tendresse et malice à la fois. Avec la parfaite connaissance de son double-sens. Pendant des années, Sinead avait évolué sans songer un seul instant au péché qu’elle pouvait représenter. Et c’était Andrea qui l’avait éveillée à ce monde, qui lui avait donné la flamme qu’elle chérissait tant à présent. Il lui semblait qu’avant ça, avant lui, elle n’avait jamais été totalement complète. Elle aimait sa famille, elle aimait Xander, elle aimait son travail. Mais cela s’exprimait différemment lorsqu’il s’agissait de l’Impur. Du pouce, elle caressa une oreille, la courbe de son cou, pencha même la tête pour déposer un baiser sur son front. « Je suis désolée, Andrea… » Ses lèvres s’apposèrent en cataplasme sur ses yeux clos, sur son nez, sur ses pommettes. « Je t’aime, je suis désolée… » souffla l’Alchimiste avant de l’embrasser doucement, cédant enfin la parole au chaos qu’il provoquait en elle.

Elle l’aimait, véritablement. Sincèrement. Et pourtant cela ne changeait rien à leur déchéance – ils étaient condamnés. Alors son baiser se fit plus profond et passionné, teinté d’un délicat parfum de désespoir. Elle ne serait plus jamais la même sans lui.


yellow flicker beat
I’m a princess cut from marble, smoother than a storm. And the scars that mark my body, they’re silver and gold; My blood is a flood of rubies, precious stones, It keeps my veins hot, the fire's found a home in me.  ▬ I move through town, I’m quiet like a fight, And my necklace is of rope, I tie it and untie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 76
silver sickles : 0
avatar : Michael Fassbender
credits : Exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t346-andrea-vasilyeva-impur-legion-alpha-epouventard-disponible#2747http://bloodtournament.forumactif.com/t345-andrea-vasilyeva-impur-legion-alpha-epouventard#2743http://bloodtournament.forumactif.com/t208-andrea-vasilyeva-epou
grade 1

grade 1
Mer 7 Juin - 23:25
call it magic.
sinead&andrea


La discrète déclaration le remue, mais il garde le silence. Il lui répond par un baiser, long, doux et chaleureux. L’un de leurs derniers baisers, il en a conscience, cela le rend d’autant plus précieux. Ses lèvres s’attardent sur les siennes, il les mordille et les picore, puis il se retire et l’attire contre lui. Enlacés, ils écoutent le temps passer en silence. Des caresses, des baisers, ce n’est pas ce qu’il manque, ils sont loin d’en être avare. La seule chose qui leur ferait défaut c’est de temps. Quelques minutes de plus à glaner, quelques secondes pour un nouveau baiser. Pourtant, le temps s’égrène, dans leurs étreintes, ils entendent Big Ben annoncer les heures qui passent. A chaque battement de cloche, ils resserrent leur étreinte. Il ne ferme pas l’œil pendant plusieurs heures, captant les infimes changements auditifs qui lui indiquent que l’heure tourne. Les moldus fêtards qui rentrent d’une de leurs boites de nuit, la circulation qui reprends, les oiseaux qui commencent à pépier dehors. Puis l’aube commence à poindre clairement, et il commence à bouger dans le lit. Il doute qu’elle ait dormi, mais au moins a-t-elle clos ses paupières, alors il l’effleure pour lui signifier qu’il est l’heure. Heure déchirante.

Il s’assoit en tailleur, puis il se penche vers en caressant sa nuque et son épaule. Ses doigts s’entrelacent une dernière fois dans des mèches auburns. « C’est l’heure, Sinead. Je vais y aller. ». Je vais y aller. En se fiant uniquement à ses quelques mots, on pourrait croire qu’il reviendra un soir prochain. Pourtant, ses yeux expriment une infinie tristesse. Il dépose un baiser sur son front et sur ses lèvres puis il saute hors du lit. Il s’active sous ses yeux, s’habille, rassemble ses affaires. Il ramasse le peignoir de soie et quand elle se lève pour s’approcher de lui, il l’en habille avec déférence et referme les pans sur ce corps désormais interdit. Il s’applique à fermer la ceinture dans un joli nœud, puis ses mains calleuses s’ancrent sur la taille fine de Sinead. Front contre front, ils échangent un long regard, suivi d’un long baiser. « Aurevoir. ». Il ne peut pas se résoudre à dire adieu. Ils grappillent encore quelques secondes, il attire sa tête sur son épaule, une main calée dans sa nuque, les doigts qui caressent la crinière brune.

Il lève la tête vers le plafond, serrent fort ses paupières. Inspiration, expiration. Les larmes refluent, elles se cachent derrière les yeux clos, mais rien ne serait masquer sa respiration difficile. Finalement, elle lève les sorts de protection et prends soin de reculer avant de transplaner. Il ne voudrait pas que ses bras frêles se referment soudainement sur le vide. Il porte une dernière fois ses mains à ses lèvres, ses yeux expriment le supplice. Ils ne se facilitent pas la tâche, ils ne peuvent vraiment s’y résoudre. Il n’imagine pas un jour pouvoir penser d’elle qu’elle n’est plus que son ancienne maitresse. Elle représente bien plus. Puis finalement, il lâche les menottes et il disparait dans le vide. Il transplane sur les bords de la tamise, dans les docks gris et miteux, un endroit qu’il rejoint souvent. Il s’accroupit pour être sûr de ne pas tomber, s’agrippe aux bords crasseux du quai d’embarquement de marchandise, et là il vomit toute sa bille. Quelques dockers le regardent d’un œil surpris, ce gars-là ils le connaissent, il a grandi dans les docks, il habite dans le coin, il lui arrive de venir boire une bière ou de partager un fish and chips bien grailleux dans la cafétéria avec eux. Mais ils n’ont jamais vu Andrea vomir par-dessus bords ainsi, ils s’approchent pour lui tendre une main amie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
(SINEA) call it magic.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» i call it magic when i'm next to you ღ (clochette)
» Sinea, la Lame Vengeresse.
» When everything goes wrong, call Superman.[with Chase Turner]
» Age of Magic
» Magic Work - Les bizarr'Sisters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum