intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
Echoes of you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 427
silver sickles : 1213
two way mirror : la main rouge, Skevo ; la bâtarde McGregor, Séléné.
avatar : amber heard.
credits : Caïn ♥ + class whore stuff.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t290-les-plumes-qui-se-melenthttp://bloodtournament.forumactif.com/t280-the-chosen-oneshttp://bloodtournament.forumactif.com/t229-vega-nuit-noire-etoil
grade 3

grade 3
Jeu 4 Mai - 2:12
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Hôpital, nom masculin : établissement public qui possède pour objectif d'accueillir des personnes malades ou blessées pour leur prodiguer des soins. Une définition bien impersonnelle pour Vega. Une phrase jetée au détour de pages miteuses dans un dictionnaire encore plus miteux, qui ne résumait en rien ce que représentait Ste Mangouste à ses yeux. Hôpital, nom familier : refuge bienvenu, infesté de toux bruyantes et de visages de fantôme blafards, sanctuaire bourdonnant d'activité, lieu saint. Voilà qui remettait un peu de cœur à une définition, voilà qui résolvait la fameuse question qu'est-ce que l'hôpital représente pour toi ? C'était son endroit, celui où elle se crevait à la tâche pour raccommoder les plaies parfois invisibles d'enfants souvent exécrables, de gamins qu'elle comprenait mieux que quiconque l'aurait pu, parents compris. C'était le petit bout de terrain qu'elle devait se forcer à quitter tous les soirs, parce qu'elle ne voulait pas rentrer chez elle.

Chez elle. Deux mots bien étranges ; imposture des temps modernes. Chez elle. Une phrase minuscule, teinté de beaucoup d'amertume. Vega, elle n'avait plus de chez elle depuis bien longtemps. Son chez elle, elle l'avait quitté de plein gré, douze ans plus tôt, un sourire aussi sauvage que victorieux aux lèvres. Elle avait imposé entre eux une cascade bétonnée de kilomètres qui lui avaient souvent paru insurmontables. Elle s'était enfuie, persuadée qu'elle trouverait la clé de ses chaînes dans un pays qui n'avait fait preuve que d'hostilité à son égard, persuadée qu'elle pourrait devenir plus qu'une O'Hara là-bas. Maintenant, elle réalisait qu'elle avait fait preuve d'une arrogance coupable et que son exécrable naïveté de petite fille pourrie gâtée lui avait coûtée une liberté qu'elle ne s'était pas aperçue posséder, jusqu'à ce qu'elle en soit dépouillée.

Bien sûr, il n'y avait qu'une seule personne qu'elle pouvait blâmer pour sa situation actuelle et c'était elle-même. Elle le savait. Pourtant, tous les soirs, on devait lui arracher de force sa blouse, la traîner hors de l'hôpital et la remercier de bien vouloir se reposer deux ou trois heures avant de revenir. Sa maison, à présent, c'était l'hôpital, mais comment qui que ce soit pourrait le comprendre quand elle ne débitait que farces et mensonges ?

Ce soir, la fatigue atteignait de nouveaux sommets, mais elle ne voulait pas remettre les pieds au manoir Fogarty pour se reposer. Caprice d'une femme un peu trop esseulée, un peu trop effrayée par ses propres pensées, tout ce qu'elle désirait, c'était retourner d'où elle venait. Et peut-être de faire appel à un Feudeymon dans la salle de bal de la maison dans laquelle elle logeait. Brûler toutes les traces de son existence, brûler les dernières réminiscences qui lui rappelaient l'illusion brouillée derrière laquelle elle se cachait. Le faire disparaître, comme s'il n'avait jamais existé.

Faux espoirs.

Comme tirée d'un mauvais rêve – un de ceux où elle rate une marche, puis bascule soudain dans un abysse sans fond – elle se rendit compte qu'elle se trouvait devant le portail du manoir en question. Depuis combien de temps, elle n'en savait rien, mais elle n'arrivait plus à bouger. L'air encore frais de mai lui transperçaient le bout des doigts et son visage dégagé commençait légèrement à rougir sous le vent sifflant de cette fin de soirée, mais elle demeurait immobile. Elle se sentait brusquement incapable de faire un pas de plus, de poser la pointe de son escarpin sur le palier de sa non-maison.

Peut-être que si elle n'avait pas fait preuve d'une telle faiblesse, que ce passage à vide n'était pas arrivé, elle se serait avancée et aurait manqué de peu la voix qui l'interpella alors. Peut-être, mais dans cette réalité sournoise, elle l'entendit, clairement, trop clairement. Une voix au timbre grave, familier, une voix un brin taquine qui fit basculer le décor sous ses pieds. Soudain, elle se retrouvait à Poudlard, aux abords de la Forêt Interdite, pendant un cours de soins aux créatures magiques. Et le Serdaigle se retrouvait là, aussi habile qu'elle avec les Billywigs qu'on leur présentait, à lancer ses plaisanteries comme s'ils étaient tous deux aux Trois Balais plutôt qu'en train de travailler. Lachlan.

Elle eut l'impression qu'on venait de lui jeter un souvenir aussi lourd qu'une brique en plein dos. Elle avait eu tort, sa journée de travail n'était pas arrivée à son terme ; il lui fallait encore prétendre. Tant pis. Non, tant mieux. Elle aimait ses rôles. Et Lachlan lui avait toujours été agréable, même s'il ne semblait encore pas prêt à laisser derrière lui les vieilles histoires. Altaïr et Vega. Frémissement aux coins des lèvres. Elle se retourna, prête à lui faire face, parée d'un sourire amusé aux ombres honnêtes.
Code by Silver Lungs


Built For This Time
no matter how much a snake sheeds, it's still a snake. – We Slytherins are brave, yes, but not stupid. For instance, given the choice, we will always choose to save our own necks. ©️alas.

TEAM VEGAN TU PEUX PAS TEST:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Jeu 4 Mai - 10:35
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

L'adrénaline venant monter dans son système, le vent ébouriffant ses cheveux blonds, le sifflet retentissant à tue-tête dans le stade, un mélange de sensation exquis. L'odeur du bois chauffé par la puissance des coups, la brise s'écrasant contre sa carrure renforcée par les année venait à lui murmurer des délices à l'oreille comme un coquillage collé contre son lobe pendant des sorties enfantines à la plage. Sa vision bloquée par une visière censée le protéger des coups de cognards au maximum avant le prochain match, son goût dérangé par une salive bien trop présente après une bonne journée d'entraînement, ses mains venant s'écorcher contre le bois bien trop usé par les balles. Ses sens étaient en éveil par tout les moyens possibles, venant presque à causer une surexposition pour son propre corps, une habitude qu'il avait quand il revenait à lui-même, cette partie colérique laissée sur le terrain pour s'en débarrasser à l'aide d'une bonne douche chaude. Il s'épurait comme cela, l'eau venant ruisseler sur les carreaux blancs du vestiaire de l'équipe, ses muscles se détendant à chaque salve d'eau s'abattant contre son derme rougi par la chaleur. Ses yeux complètement hermétique à son environnement, se calmant, retrouvant une once d'humanité dans ce corps maudit par des ancêtres d'une beauté hypnotisante mais à la colère destructrice.

Les endorphines prenant possession de chacun de ses sens pour le mettre dans un état de plaisir incomparable, inspirant chaque moment, venant presque à les fumer comme une addiction, l'enfant qu'il était venait à se complaire dans ce style de vie, l'adulte la trouvait trop solitaire alors il prenait l'habitude de passer les week-ends dans la résidence familiale pour être submergé par des présences familières. Rêvant d'une maison avec des piquets blancs comme cloison contre le monde extérieur, une bulle éclatant de mille façons quand il essayait de se mettre dans la tête qu'il n'était qu'un pion à manipuler par sa propre famille, par la couronne, par cet empire de malheur. Le confort se ressentait certes mais c'était la seule chose capable de le satisfaire par ces temps, oubliant les atrocités qu'il pouvait voir chaque année pour les Blood Tournament, satisfait de ne pas être celui envoyant un innocent à l'abattoir chaque année, celui qui n'aurait pas le sang sur les mains pourtant il était complice de ce génocide horrible, il ne disait rien. Le silence prévalait si on tenait à ses privilèges de sang pur, ses ancêtres lui mettant une pression sur ses épaules. Il venait toujours à regarder le ciel quand ses genoux s'écroulaient, refusant de se relever pour affronter une vie presque monotone, il se sentait impuissant malgré ses droits plutôt libres, les Lancaster ne supportant pas de ne pas manipuler cette famille se mariant par amour et non par devoir. Les Irvine condamnés à errer sur Terre jusqu'à trouver une personne spéciale. On lui a bien dit d'accepter son destin, il leur riait au nez, c'était facile de dire ça quand on avait pas des gênes de vélanes, sa famille entière ne disait rien sur ce sujet, connaissant bien trop cette malédiction sur leurs épaules. Un devoir de trouver rapidement pour continuer une lignée, ils étaient trop nombreux, trop. Surcharge sensorielle.

Une tenue des plus normales, ses cheveux encore trempés tombant sur son visage, laissant perler des gouttes sur son polo couleur cyan. Ses épis électriques venant à disparaître comme par magie, ou plutôt pas science, le temps d'un séchage à la chaleur ambiante, son petit oiseau du tonnerre, le surnom que sa mère lui avait attribué quand il revenait de sa première année à Poudlard avec les cheveux bien trop souvent électriques. C'était presque marrant, plutôt triste même que les seuls rêves où il se sentait dans un sentiment de plénitude était ceux où il flottait dans un inconscient certain après sa mort. Plus de devoirs, plus de malédiction, plus de regrets.

Cette familiarité, cette chevelure comme les blés au visage d'un ange diabolique, cette étoile au firmament qui n'avait pas perdu de sa prestance, cette dame à présent qu'il avait presque jalousé son départ loin d'une monarchie totalitaire. Une dictature presque. Ce passé venant le rattraper pour une première fois sous la délicieuse forme d'une O'Hara, qui l'eu cru, il pensait la perdre à toujours avec son départ, ne plus jamais la revoir se balader dans les rues de la capitale. Si ce n'est pas mon étoile favorite, tu préférais ton Altaïr devant l'autel pour être revenu dans la capitale ? Un sourire taquin sur les lèvres, une respiration reprenant son cours de route, finalement un hommage au passé c'était pas si mal pour finir une journée d'entraînement, un hommage à des années où les taquineries avaient fait place, lui s'étant toujours attribué le rang d'Altaïr rien que pour l'embêter tel un garçon ferait à une fille, tel un Irvine avec une O'Hara.
Code by Silver Lungs


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 427
silver sickles : 1213
two way mirror : la main rouge, Skevo ; la bâtarde McGregor, Séléné.
avatar : amber heard.
credits : Caïn ♥ + class whore stuff.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t290-les-plumes-qui-se-melenthttp://bloodtournament.forumactif.com/t280-the-chosen-oneshttp://bloodtournament.forumactif.com/t229-vega-nuit-noire-etoil
grade 3

grade 3
Ven 5 Mai - 15:00
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Clic. L'automate Vega O'Hara venait d'être actionné. Mode on. Sourires copieux, regards défiants et langage taquin ; tout se mettait en place grâce aux rouages impeccablement huilés qu'elle s'entraînait à faire fonctionner tous les jours. À l'intérieur, elle entendait presque cette machine imaginaire qu'elle était devenue grincer et ronronner parmi les clac secs de l'engrenage alors que l'habitude prenait le dessus. Il lui était si simple d'être celle qu'elle n'était plus. Cette idée n'aurait eu de sens pour personne d'autre qu'elle, mais ça en avait pour elle et c'était tout ce qui lui importait sur le moment.

« Si ce n'est pas mon étoile favorite, tu préférais ton Altaïr devant l'autel pour être revenu dans la capitale ? ». Se retourner, c'était faire face à un morceau doux-amer du passé, mais l'engouement dans la voix de Lachlan avait été si vif qu'elle eut l'impression que Poudlard appartenait encore au présent. Même si le jeune homme avait changé, un peu, trop peu. Ses bras s'étaient légèrement épaissis et il lui parut plus grand qu'avant de quelques centimètres, bien qu'il ne le soit probablement pas, en revanche, ses yeux possédaient toujours le même bleu tranchant. Et ses cheveux quelque peu ébouriffés, dont le blond était caractéristique de sa famille, demeuraient inchangés. Autant de repères auxquels il lui fallait s'accrocher pour ne pas se laisser submerger.

« Suis-je ton étoile favorite car tu n'en connais qu'une ou bien ai-je réellement ta préférence ? » répondit-elle finalement, un sourire en coin. Elle savait qu'il n'en connaissait pas qu'une, loin de là, mais la taquinerie n'avait pas à être à sens unique. Elle fit mine de réfléchir quelques secondes, puis ajouta en haussant une épaule : « Si tu veux, je peux t'en présenter d'autres. Je connais un Sirius qui serait ravi de faire ta connaissance. ». La plaisanterie était semblable à la centaine d'autres qu'ils avaient pu s'échanger au cours de leur scolarité. En général, Lachlan commençait à la titiller et Vega se retrouvait devant ses deux options préférées ; l'ignorer ou renchérir. Aujourd'hui, c'était comme s'ils n'avaient jamais cessé leur petit jeu.

« Mais tu sais, ton refrain devient vraiment usé, Irvine. T'as rien d'autres en réserve ? », lui demanda-t-elle, en levant un sourcil faussement curieux, toujours cette moue à la fois amusée et arrogante coincée à la commissure de ses lèvres. Usé mais rafraîchissant. Elle se rappelait encore la première fois qu'il lui avait fait preuve de ses connaissances en astronomie. Approche peu subtile mais il était peut-être le premier élève à connaître l'étoile Vega et le mythe qu'elle renfermait, ce qui lui avait plu. « Comme, par exemple, me dire pourquoi tu te retrouves devant chez moi. T'es pas vraiment du quartier, si mes souvenirs sont bons. ». Chez moi. Ou plutôt, devant ce manoir de géants qu'elle utilisait davantage comme refuge animal que comme maison. Avait-il épousé une O'Hara sans qu'elle ne le sache ? Si c'était le cas, son choix se porterait probablement sur Lorna, dont il était très proche à l'époque où elle les avait quittés. Non. Même si elle vivait recluse la plupart du temps, elle l'aurait appris. Au moins à son retour. Son regard se porta alors sur l'imposant stade de Quidditch dont les lumières apprivoisaient la demi-obscurité de ce début de soirée et songea que, peut-être, Lachlan avait réalisé son rêve. Peut-être qu'il avait réussi, lui.
Code by Silver Lungs


Built For This Time
no matter how much a snake sheeds, it's still a snake. – We Slytherins are brave, yes, but not stupid. For instance, given the choice, we will always choose to save our own necks. ©️alas.

TEAM VEGAN TU PEUX PAS TEST:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Ven 5 Mai - 23:57
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Jamais assez, la vie ne lui en offrait jamais assez lui qui ne souhaitait que trouver ce bonheur qu'on lui promettait depuis gamin, lui qui n'avait jamais connu ce sentiment que les hommes de son âge venait à prêcher dans son équipe de quidditch, l'inaccessible, celui qu'on se précipitait pour voir. Les femmes et les hommes l'attendant à la sortie de chaque match pour qu'il ait ce coup de coeur, fichus coéquipiers trop inquiets de sa solitude. Son corps venant à trembler après chaque performance, redoutant de tomber sur une impure venant déshonorer son sang, venant enrager la belle Lorna. Il venait à mentir sur son propre sourire, s'inventant une personnalité plus légère, moqueuse des tentatives des fans qui se révèlent infructueuse. Personne ne tente autant qu'eux, ses parents ayant d'autres aînés à caser avant que ça soit son tour. On venait constamment lui rappeler sa solitude, cette partie de lui-même qui lui manquait pour être complet. Une partie qui était partie ou jamais arrivée sûrement par une folie enfantine, lui qui s'amusait à rigoler avec les autres sangs purs plutôt que prendre les relations au sérieux. Lachlan, il s'était toujours dis que de toute manière il y aurait cette exclusivité puis cela deviendrait comme dans les contes de fées que les gosses de moldus se racontent. Sa princesse l'attendant, lui disant qu'il a toujours été le seul dans son coeur. Il y avait vraiment cru à un moment puis les autres hommes s'étaient efforcés de lui détruire cette idée en lui prenant les femmes les plus proches de lui.  

Très marrant O'Hara, je pense pas qu'un Sirius s'allie très bien au nom Irvine tu vois. Tu es la seule étoile qui connaît l'histoire de son prénom, tu brilles au firmament par ta curiosité et ton intelligence. Les compliments ? Grandissant avec des soeurs qui vouait un culte au superficiel, il savait s'y prendre comme un maître, un peu d'inspiration et c'était parti. Son refrain usé ? Cela faisait des années qu'il n'avait pas vraiment pratiqué aussi, la faute à qui ? Certaine pas la sienne, ce n'était pas lui qui était parti en Serbie se marier. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas cherché à en apprendre plus sur les étoiles, à quoi bon, il revenait complètement exténué de ses entraînements de quidditch. Tu dois être l'étoile du Nord écoute, ta lumière m'a conduit jusqu'ici. Evitant de répondre directement la question. Honnêteté ou mensonge ? Choix cornélien, il ne savait pas si il pouvait se permettre de continuer la plaisanterie encore plus longtemps ou avouer sa réussite. Une question venait lui brûler les lèvres, question venant s'imprimer dans ses pensées rugissant à pleine puissance. Que venait-elle faire à Londres ? Son mari était avec elle ? L'ignorance venant à bercer ses doutes. Tu n'es pas au courant ? Lorna est devenue une femme honnête grâce à moi. Sûrement sa plus belle blague, lui et Lorna, une histoire vouée à l'échec dès leur premier éclat de rire ensemble, une histoire forte seulement d'amitié. Lorna, son autre moitié, celle venant le compléter, les rires d'enfants venant remplir leurs enfances, leurs petites malices quand ils ne faisaient que trois pommes. Un mensonge certes dont il n'arrivait même pas à tenir la cohérence tellement c'était cocasse à prononcer. Un futur qui n'arriverait jamais. Lorna. Sa Lorna. Celle qui se tiendrait à ses côtés pour ses grands jours, toujours là l'un pour l'autre. Je bosse au stade, tu sais histoire de taper quelques cognards, remplir le compte en banque, faire crier les gens quand j'en envoie un dans la tête d'un troll sur balai. Il brillait comme une étoile dans le ciel, essayant de devenir ce dieu du quidditch qu'il avait toujours voulu être, s'inscrire dans la légende du plus grand nombre de cognard envoyé dans un joueur, il avançait petit à petit dans sa carrière. Carrière éphémère, il savait que les blessures pourraient venir le stopper dans son élan à chaque match, il n'avait pas peur, il était plutôt perdu, lui qui n'avait pas d'autres plans qu'être professionnel. Cette curiosité aussi, savoir ce qu'était devenue la belle Vega après Poudlard, partager leurs réussites ensemble. Réussite, un mot ne pouvant être qu'associé avec les sangs purs, ces pressions familiales venant les écraser dès l'enfance pour venir briller.
Code by Silver Lungs


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 427
silver sickles : 1213
two way mirror : la main rouge, Skevo ; la bâtarde McGregor, Séléné.
avatar : amber heard.
credits : Caïn ♥ + class whore stuff.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t290-les-plumes-qui-se-melenthttp://bloodtournament.forumactif.com/t280-the-chosen-oneshttp://bloodtournament.forumactif.com/t229-vega-nuit-noire-etoil
grade 3

grade 3
Lun 8 Mai - 23:21
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Les flatteries avaient longtemps été le pêché mignon de Vega ; déjà enfant, et encore plus tard à Poudlard, les compliments tombaient des bouches comme des dents putrides, rapides, nombreux, rarement sincères, toujours porteurs d'espoir – espoir qu'elle les laisse en paix ou espoir qu'elle leur apporte un peu de la lumière que transporte chaque O'Hara en son sein damné. L'intérêt caché, que portaient ceux qui s'inclinaient devant elle avec de simples mots, ne ternissait en rien le plaisir que lui procuraient ces louanges. En réalité, elle l'appréciait même davantage : cela lui donnait du pouvoir sur eux. Comblerait-elle leurs exigences muettes ? Ferait-elle d'eux les parias de l'école ou, au contraire, leur apporterait-elle cette popularité si surfaite que possèdent ceux qui traînent dans l'ombre des plus grands qu'eux ? Les réponses à ces questions s'avéraient variées, données au gré de ses humeurs capricieuses.

« Très marrant O'Hara, je pense pas qu'un Sirius s'allie très bien au nom Irvine tu vois. Tu es la seule étoile qui connaît l'histoire de son prénom, tu brilles au firmament par ta curiosité et ton intelligence. ». Aujourd'hui, les compliments de Lachlan sonnaient d'une façon bien différente. Aucun intérêt n'était dissimulé derrière leurs voyelles caressantes mais ils ne semblaient pas tangibles. Ils ne détenaient aucune emprise sur elle. Parce que, des compliments semblables, elle en avait déjà entendus des milliers. Doux, cajoleurs, souvent creux. Annonciateurs de restrictions, parfois même de corrections. Pilules qui accompagnaient les pardon et les promesses ponctuées de je ne recommencerai pas. Quand il n'essayait pas de l'enfoncer, Avery s'était révélé être le plus beau parleur de Serbie.

Sans montrer aucun trouble, Vega répondit pourtant dans un élan amusé aussi aseptisé qu'une chambre d'hôpital : « Continue comme ça, Lachlan, la flatterie t'apportera toute ma sympathie. Et peut-être qu'en prime, je ne reparlerais jamais de Sirius Irvine. ». Certaine que cette dernière pique raviverait son indignation, elle ponctua cette phrase par une moue d'excuse artificielle, avant de se faner à nouveau quand il ajouta : « Tu dois être l'étoile du Nord écoute, ta lumière m'a conduit jusqu'ici. ». Bien que son sourire ne perde pas un centimètre de terrain au profit de la morosité qui l'enveloppa soudain, la fatalité avala toute étincelle dans son regard. Sa voix, toujours aussi faussement réjouie que mielleuse, comédienne en action, elle lui annonça : « Prends garde, Irvine ; la lumière, par son éclat, attire aussi les papillons avant de leur brûler les ailes. Tu ne voudrais pas t'y risquer, n'est-ce pas ? ». Sa supposée lumière ? Ternie, bafouée ; clignotante comme un foutu néon. Et dangereuse, instable, prête à exploser dans un nuage de débris de verres qui n'épargneraient aucune personne trop proche d'elle à ce moment. Sous la plaisanterie, sous le sourire arrogant, se terrait un avertissement, presque imperceptible, qu'elle espérait néanmoins assez clair pour que Lachlan se montre raisonnable. Elle n'avait aucune envie qu'il soit l'un des dommages collatéraux.

« Tu n'es pas au courant ? Lorna est devenue une femme honnête grâce à moi. ». Vega réprima un rire jaune. Aucune O'Hara n'était vouée à devenir un jour une femme honnête, mariée ou non ; la perfidie et le mensonge coulaient dans leurs veines comme un poison glacé qui, après leur fournir gloire et succès, finirait par les faire crever. Quant à un mariage, l'idée lui avait bien traversé l'esprit mais à présent que Lachlan en avait clairement évoqué la vision, elle n'y croyait plus un instant. Un Irvine ne prenait pas le sujet des âmes sœurs à la légère, tout comme il venait juste de le faire. Si un tel événement s'était réellement produit, ses yeux auraient reflété gravité, sérieux et bonheur. Elle n'y lisait rien de tout cela.

Elle haussa les sourcils, de manière dubitative, pour l'inciter à poursuivre et il lui révéla enfin ; « Je bosse au stade, tu sais histoire de taper quelques cognards, remplir le compte en banque, faire crier les gens quand j'en envoie un dans la tête d'un troll sur balai. ». Cette fois, ses lèvres se relevèrent en un sourire plus franc. Même lorsqu'elle n'était qu'une gamine superficielle trop absorbée par son propre nombril pour envisager de s'intéresser aux autres, Lachlan avait réussi à l'atteindre et, de ce fait, elle savait que ce poste révélait d'un succès flagrant à ses yeux. Même s'il n'en montrait pas un grand enthousiasme, elle savait qu'il n'avait pas besoin de plus d'argent qu'il n'en détenait déjà et que le Quidditch avait toujours été une activité à part pour lui. Il était devenu cette étoile filante dans les cieux, cette étoile violente qu'il avait toujours aspiré à être et quelque part, Vega en était satisfaite. « Voilà un métier qui m'a l'air fort sympathique. Peut-être que je passerai un jour, histoire de te voir cogner dans une balle et jouer au héros de ces simples gens, qui pourraient se prosterner pour un autographe de ta part. ». Comme dans toute conversation trop stupidement banale, la partie adverse était censée renvoyer la balle vers elle. Et toi, c'est quoi ton métier ? Tu fais quoi de ta vie ? Sauf qu'elle ne voulait pas en parler. Préférait s'éloigner des sujets qui la touchaient personnellement et se concentrer sur lui. Aussi, elle embraya aussitôt, minaudant, main sur le cœur, faussement chamboulée : « Maintenant que je l'ai dis à voix haute, je me sens vraiment intimidée. Est-ce que je devrais m'écarter d'un pas, histoire de ne pas entacher l'espace personnel de notre cher dieu du stade ou, je ne sais pas, te réclamer une photo ? ». Elle eut un petit rire moqueur, non pas à destination de Lachlan, mais pour toutes ces personnes qui rêvaient probablement de se retrouver en tête-à-tête avec l'ancien Serdaigle. « Je suis sûre que je pourrais la revendre pour un bon paquet de gallions. ». Comme si c'était de cela dont elle avait besoin.
Code by Silver Lungs


Built For This Time
no matter how much a snake sheeds, it's still a snake. – We Slytherins are brave, yes, but not stupid. For instance, given the choice, we will always choose to save our own necks. ©️alas.

TEAM VEGAN TU PEUX PAS TEST:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Sam 13 Mai - 16:56
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Dans ces moments volés, ils n'étaient que les maîtres de ce monde rempli de cauchemars, maître d'un destin bien trop incertain tout comme un patronus incorporel. Frustration venant remplir leur déception d'une vie toute prévue, capitaine de leur propre âme pourtant ils ne se sentaient que matelots de leur vie, aucun moyen de revenir en arrière. Leur faim pour cette vie d'incertitude venait à le garder en vie, le laissant sans souffle face aux évènements décidant de prendre pli dans le scénario qui s'accomplissait portant son nom bien à lui. Lui rêvant d'avoir une histoire aussi mythique que celle des étoiles, chassant une déesse par amour pour devenir cette constellation brillant au loin ou encore tombant des les sombres dessins des dieux pour finir en étoile. Vega c'était cette personnification du passé, celle venant revenir dans son présent sans un mot, un passé bien longtemps pour l'enfant qu'il avait pu être durant sa période scolaire. C'était des fois assez pour qu'il se sente complètement fou, la revoir après toutes ses années, n'obtenant même pas le strict minimum en nouvelles. Cela fait un moment que je n'ai pas pratiqué, tu devras être clémente pour les belles paroles. Sa cible préférée restait sans aucun doute les femmes de cette famille liée à la sienne par un mariage d'amour, une famille où les filles venaient à se salir les mains plutôt que de s'admirer devant un miroir comme sa cadette. Un famille brillant par leurs membres si particulier, ils aimaient passer du temps en leur compagnie quand il était encore haut comme trois pommes, laissant Lorna décider de quel jeu serait la star de la journée. Entouré durant l'enfance, rentrer dans l'âge adulte lui avait apporté cette certaine solitude qu'il ne connaissait que trop bien à présent, malgré cette cohabitation avec sa plus jeune soeur, il n'était que ténèbres venant s'éclipser sur son coeur pour lui refléter une réalité qui n'existait depuis des années. Cette notion d'âme-soeur venant nourrir chacune de ses angoisses, cette incapacité à avoir un jour des difficultés à dire au revoir à l'être cher. Savoir que sa mémoire serait partager autrement que par ses frères et soeurs. Il voulait devenir éternel dans les esprits. Pourtant cette peur de trouver était bien plus forte, cette société brûlant les traitres à leur sang. Mignon vraiment mais je pense que je suis bien loin d'être un papillon. Ou bien un papillon sûrement brûlé, ça s'est plus plausible. Des ailes s'étant coupées dans son envol après Poudlard, Lachlan pensant que sa vie deviendrait plus facile, qu'il trouverait cette femme capable de faire le bonheur de sa famille. Illusions. Désillusions. Il avait trimé comme un fou pour devenir un des deux batteurs des Canons de Chudley et sa place était constamment remise en jeu en cas de faute grave.


Il avait vu le monde, fait des choses qu'il n'aurait jamais pensé faire un jour. Les diamants venant briller dans ses yeux, le bling-bling que sa famille aimait, les nuits d'été chaudes avec des feux d'artifices venant éblouir les plus impressionnables. Je rigole bien entendu pour Lorna, on l'aurait su depuis longtemps si elle était l'unique pour moi, puis entre nous, j'aurais bien trop peur d'être le sorcier venant lui annoncer qu'elle doit devenir la femme sorcière que la société attends. Si jamais tu veux assister à un match faut pas hésiter, Rhea commence à en avoir marre que je lui donne des places gratuites à la longue. Rhea, une de ses deux princesses, il pourrait tout faire pour sa petite-soeur et sa plus jeune cousine, capable de finir à Azkaban pour le premier minable essayant de s'incruster dans leur famille en leur prenant leur coeur. Voir Vega dans les gradins, une vision qu'il n'aurait jamais pu imaginer quelques minutes avant, une vision qu'il ne pensait qu'impossible depuis son déménagement qu'il pensait permanent. Si tu voulais une photo, tu aurais du me le dire avant, tu dois bien être une des seules avec Lorna a avoir des collector je crois, j'ai caché toute celle que ma famille pouvait posséder au cas où Deirdre décidait qu'un chantage public serait nécessaire. Inconfortable, celui venant pourtant se vanter bien trop souvent de son métier de rêve n'était point à l'aise, peut-être parce qu'il ne savait plus rien sur la belle blonde avec qui il conversait. Cela semblait presque impensable de venir lui poser des questions, ce contact retrouvé après des années d'absence, un contact qu'il ne voulait pas aboutir par une question mal placée. Comme une certaine connexion brisée par les kilomètres venant séparer deux âmes voisines depuis des années. Pourtant il en avait des questions, pas des banales pour lui mais plutôt pour le monde extérieur. Savoir pourquoi elle était de retour. Pourtant, Lachlan était cette imprévisibilité, incapable de fixer son esprit sur une conduite à adopter, venant satisfaire cette curiosité malsaine qui lui embrumait le cerveau. Vega ? Pourquoi tu es de retour ? Je veux dire pourquoi maintenant alors que tu avais des années pour revenir dans le coin ? Ce manque qu'elle avait provoqué, Lachlan perdant cette personne bien trop chère pour lui, cette blonde avec qui il avait partagé des années de rires et discussions à Poudlard, celle qui semblait bien à des années lumières de lui, ce lien de rompu, cette connexion inexistante presque, il marchait sur des oeufs, incapable de savoir jusqu'à où aller.
Code by Silver Lungs


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 427
silver sickles : 1213
two way mirror : la main rouge, Skevo ; la bâtarde McGregor, Séléné.
avatar : amber heard.
credits : Caïn ♥ + class whore stuff.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t290-les-plumes-qui-se-melenthttp://bloodtournament.forumactif.com/t280-the-chosen-oneshttp://bloodtournament.forumactif.com/t229-vega-nuit-noire-etoil
grade 3

grade 3
Sam 13 Mai - 19:54
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

« Cela fait un moment que je n'ai pas pratiqué, tu devras être clémente pour les belles paroles. ». Tiens donc, manquait-il de prétendantes ? Elle en doutait ; non seulement le nom de sa famille le jetait dans l'ombre d'une renommée bien rodée, mais son statut dans l'équipe de Quidditch lui offrait également une toute nouvelle visibilité – apportée par le talent et l'assurance – qui ne devait pas laisser indifférents femmes et hommes du pays. Peut-être manquait-il d'envie ou de volonté. Mais pourquoi un Irvine aurait volontairement abandonné la recherche de son bonheur ultime ? Fatigue, lassitude, mépris du destin ? Vega pouvait bien imaginer quelques raisons. Toutefois, si elle avait eu la garantie d'une vie sans heurts, elle aurait retourné la terre de milles territoires sauvages, creusé à mains nues la fange et fendu l'écume d'océans inconnus pour trouver la clé d'accès à cette vie heureuse. Peut-être que tu es trop abîmée pour comprendre ses motivations.

« Mignon vraiment mais je pense que je suis bien loin d'être un papillon. Ou bien un papillon sûrement brûlé, ça s'est plus plausible. ». Dans ses souvenirs embrumés, elle se rappelait d'un Lachlan moins grave, plus insouciant. Réaliser son rêve de gosse ne l'avait-il pas comblé ? Pourquoi serait-il brûlé ? Vega, dans sa naïveté persistante, n'imaginait pas qu'on puisse être malheureux quand on suivait le chemin tout tracé auquel on était destiné. Elle n'envisageait pas la pression qu'on pouvait ressentir quand on arrive finalement au plus haut ou quand on arrive au plus haut, seul. Elle voulut lui répondre, lui demander ce qui faisait perdre à ses yeux leurs éclats, mais déjà il redevenait celui qu'il avait toujours été, plus léger. « Je rigole bien entendu pour Lorna, on l'aurait su depuis longtemps si elle était l'unique pour moi, puis entre nous, j'aurais bien trop peur d'être le sorcier venant lui annoncer qu'elle doit devenir la femme sorcière que la société attends. Si jamais tu veux assister à un match faut pas hésiter, Rhea commence à en avoir marre que je lui donne des places gratuites à la longue. ». Devenir la femme que la société attends. L'expression la prit par surprise et elle sentit un poids lui plomber l'estomac. Elle l'était devenue, cette femme, cette maîtresse de maison si parfaitement parfaite sur tous les fronts. Bien sûr, elle ne l'avait jamais été assez au goût de son époux – ex, dut-elle se rappeler, soudain – mais elle avait essayé de se conformer à l'image qu'on attendait qu'elle devienne. Sage, docile, à la fois muette et polie. On lui avait rabâché que ce serait de cette façon, et seulement de cette façon, qu'elle parviendrait à s'épanouir, à trouver son propre bonheur, et elle avait mis du temps à comprendre qu'on lui avait honteusement menti.

Rhea. Le match. Reviens sur terre, Vee. Aidée d'une profonde inspiration, elle sortit de son absence en cillant et releva les yeux vers Lachlan. Un sourire automatique s'inscrit sur ses lèvres et elle répondit poliment, en un réflexe savamment travaillé : « Oui, ce serait avec plaisir. Et si Rhea n'en a pas encore trop marre, je pourrais peut-être l'accompagner. Voilà longtemps que je ne l'ai pas vue. ». Avec la sensation étourdissante que sa peau venait de se durcir, se changeant en un épiderme métallique de robot chatoyant, elle débita sa parfaite réponse de parfaite épouse ; elle se retrouva dans les bottes maltraitées de Vega Fogarty et se sentit prise d'un vertige. Elle lutta pour ne pas vaciller, humour comme bouclier, peste minaudant comme masque, et la diversion fonctionna, du moins à court terme.

« Si tu voulais une photo, tu aurais du me le dire avant, tu dois bien être une des seules avec Lorna a avoir des collector je crois, j'ai caché toute celle que ma famille pouvait posséder au cas où Deirdre décidait qu'un chantage public serait nécessaire. ». Un sourire amusé tordit ses lèvres. Des collectors, en effet, elle en avait un bon paquet. Mais les souvenirs qui les accompagnaient étaient encore bien meilleurs. Pourtant, malgré la plaisanterie, Lachlan ne semblait pas y avoir mis beaucoup de cœur. Éduquée au sein d'une famille aussi sournoise que malhonnête, les non-dits, elle avait grandi avec, avait appris à les déceler comme un Niffleur détecte ce qui brille ; un poids pesait sur les mots de Lachlan et un malaise se créait, instauré par ce qu'il refusait de lui dire – peut-être même de lui demander. L'érosion du temps avait-elle été si violente pour leur amitié ? Que restait-il d'eux ? Les premières paroles lui avaient donné bon espoir que tout s'emboîte comme avant, mais avait-elle été si naïve, une fois de plus ? Et soudain, la sentence tomba. « Vega ? Pourquoi tu es de retour ? Je veux dire pourquoi maintenant alors que tu avais des années pour revenir dans le coin ? ».

Quelque part, elle s'était attendue à cette question. Elle savait que les plus francs ne l'épargneraient pas, mais elle ne s'y était pas préparée autant qu'elle l'aurait dû. Un rire, amaigri de toute sincérité, s'échappa d'entre ses lèvres. « Tu as l'air bien grave soudain. Mon retour te dérange-t-il donc à ce point, Lachlan ? ». Réaction mécanique. La question, presque accusatrice, lui redonna des forces. Quelle meilleure défense que l'attaque ? Son sourire se fit de miel et son regard s'étrécit, cajoleur. « Peut-être que je me suis réveillée un matin, que je me suis aperçue que tu me manquais terriblement et que j'ai donc décidé de revenir te trouver. », ronronna-t-elle en haussant un sourcil suggestif, avant de continuer d'une voix plus basse, comme si elle lui confiait un secret, toujours aussi caressante qu'un félin ; « J'ai acheté un manoir juste à côté du stade où tu t'entraînes avec les Canons de Chudley, puis j'ai orchestré cette rencontre pour qu'elle semble imprévue. De parfaites retrouvailles. ». Se montrait-elle cruelle ? Elle n'en avait strictement aucune idée. Elle se contentait de sortir les griffes et les mensonges, comme on le lui avait appris quand elle se sentait en danger. Prétendre, jouer. Mordre. Son sourire s'accentua, une pointe de démence durcissant la courbe de ses lèvres. « Ce serait un plan vraiment machiavélique, n'est-ce pas ? ».

Et brusquement, elle éclata d'un rire aérien et le poussa d'une main légère à l'épaule. Le climat pesant parut s'éclaircir, de peu. « Allez, Irvine, quoi ? Ne me dis pas que tu ne lis pas la presse. Toute ma vie, ou du moins, tout ce qu'ils en ont trouvé, y est étalé avec une indécence effroyable. », expliqua-t-elle en levant les yeux au ciel. Parade pour ne pas annoncer tout le monde pense que j'me suis fait jeter. Parade pour éviter de mentionner les échecs multiples – divorce, rumeurs de stérilité. « Je ne dis pas que ce que tu liras est véridique mais je crois que ça te donnera une assez bonne idée de la raison de mon retour. », ajouta Vega avec un sourire qui paraissait aussi naturel et sincère qu'il ne l'était pas. « Mais pour faire court, j'avais besoin de changer d'air. » Pas envie, besoin.
Code by Silver Lungs


Built For This Time
no matter how much a snake sheeds, it's still a snake. – We Slytherins are brave, yes, but not stupid. For instance, given the choice, we will always choose to save our own necks. ©️alas.

TEAM VEGAN TU PEUX PAS TEST:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Dim 14 Mai - 3:35
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Ce constant rappel qu'il n'était que cerné par cette solitude oppressante, cette solitude venant l'engouffrait dans des ténèbres interminables. Ironique pour un Irvine. L'ironie d'une malédiction venant s'abattre sur sa famille entière pour des générations encore à venir. L'argent était l'hymne de cette enveloppe superficielle entourant sa propre famille ainsi que leur réputation, ces pièces aux différentes tailles venant régirent une communauté magique entière. Trop c'était l'abondance. Peu c'était les galères à chaque fin de mois. Il était né dans une chance pas mesurable, une chance de naître riche et pur. Une chance venant se contrebalancer par cette histoire d'amour unique, il n'était pas myope le Irvine, il voyait ses amis vagabondaient de fille en fille tandis qu'il restait bloqué dans la froideur entourant son coeur. Il avait presque rêvé à un moment d'une histoire digne des plus belles tragédies grecques pour au final se dire que rien ne valait plus que les liens du sang. Cette famille comprenant cette recherche infructueuse pour au final abandonner des années plus tard. Il n'avait pas abandonné cependant, il avait juste perdu cet éclat de vie arrivant dans ses yeux à chaque nouvelle tête féminine rentrant dans une pièce.


Il semblait l'avoir perdu à un moment, lequel était plus compliqué à déterminer, cette imprécision constante venant le prendre, il essayait d'être ce garçon léger qu'elle avait toujours connu mais elle avait manqué tellement comme cette maturation qu'il avait eu quelques années après Poudlard. Le moment où on lui a fait comprendre que sa famille l'amènerait jusqu'à un certain point mais le talent du jeune homme devrait suivre. La dure vie active venant contraster brutalement avec le confort familier de Poudlard. La salle commune des aigles, la chaleur d'une cheminée et des discussions aussi intéressantes les unes des autres. Il avait dû manquer ce moment de son éducation où on lui apprenait à viser la lune pour retomber sur les étoiles, il voulait toujours plus. Toujours plus et rapidement. La patience pas toujours sa plus grande qualité, trouvant que la vie stagnait depuis quelques, cette société le pressant de prendre épouse pour venir enfanter comme le reste des gens de son âge. Bloqué dans une société qui ne comprenait pas la malédiction pesant sur les Irvine, comme si il avait demandé à s'attacher qu'à une unique personne pour toute sa vie et faire le lapin durant le reste en commençant des fratries bien trop nombreuses à son propre goût. Le traumatisme d'une lignée entière s'éteignant, un traumatisme des filles prenant les noms de leurs époux laissant aux hommes de cette famille, le dur devoir de continuer le nom. Les enfants, ces êtres haut comme trois pommes venant gâcher des libertés, il disait pas qu'il était complètement contre, juste qu'il ne se voyait pas avec pour le moment. Ces mioches incapables de connaître leurs désirs, encore pire si ils avaient le malheur de ressembler à sa soeur Deirdre. Lachlan ne ferait certainement pas le baby-sitter pour ceux de sa cadette, tenant bien trop à sa vie. Une société aux visages modernes mais avec des principes datant d'une époque révolue.


Elle était encore à Poudlard il me semble bien quand tu es partie. Elle a bien grandi depuis, toute la beauté de son frère quoi. Ce moment complètement changé, une connexion perdue des années auparavant, il était fautif aussi n'ayant jamais tenté de la contacter par le passé. Il l'avait laissé filer dans un autre pays sans rien lui écrire durant ces mois passant comme une trainée de poudre de perlimpinpin. Les minutes venant défiler, lui prenant chaque once de lumière ayant pris place dans ses yeux enfantins, ces années venant s'installer sur ses angoisses profondes de faire déshonneur à sa famille en ne trouvant pas femme. Une angoisse venant se traduire en des cauchemars éphémères, il se tenait prêt au pire, gardant des économies de côté, pour lui ou pour une de ses soeurs ayant le malheur de venir s'amouracher d'un impur. Protecteur, il ne viendrait pas à juger un statut de sang pour ces filles berçant sa vie, les seuls qu'il pouvait réellement aimer sans ce problème de génétique. Personne pouvait comprendre cette peur profonde résidant chez chaque Irvine ayant la malchance de ne pas avoir trouver l'autre partie de cet âme incomplète qu'on leur enseignait depuis gamins. Cette peur du déshonneur, cette peur de ne pas en avoir pour finir seul sur cette Terre. Ces insécurités qui grandissaient encore plus dans chaque génération avec des moeurs changeants, la fidélité qui était une notion bien trop vague à présent pour représenter quelque chose, cette peur de l'abandon de l'être aimé.


Ce sourire, les souvenirs affluant dans son esprit sur les dernières fois qu'il avait pu le voir et c'était bien trop insatisfaisant, trouvant sa mémoire presque incomplète comme si un sort lui avait infligé cela. La routine lui avait infligé ce sort, cette routine qu'il haïssait, il aimait ce confort certain mais le monde était bien trop grand pour se cantonner à une seule île. Les voyages en tant que professionnel du quidditch aidait pour les vacances mais ce n'était pas la même chose que de revenir dans ses terres d'Ecosse là où des générations d'Irvine avaient grandi pour y passer quelques jours. Ce sourire, il cherchait dans sa mémoire mais rien ne venait. Ce flou béant venant jouer sur une connexion changée à jamais. Une distante dont ils avaient tous les deux été fautifs. Pourtant cette réaction mécanique, robot bien huilée, cette réaction purement O'Hara venait affirmer cette rupture d'une relation où deux amis n'avaient pas su garder le contact après une arrivée brutale dans le monde extérieur. Elle esquivait en attaquant, il connaissait les procédés verbaux pour détourner un sujet, sa famille l'utilisant pour changer d'avis comme de robe de sorcier. L'avis du côté des vainqueurs, jamais pour froisser - à part un Gardner probablement -, une prise de risque zéro pour se garder en vie. Pourtant les Lancaster étaient incapables de les contrôler, eux tout feu tout flamme, s'emportant pour un rien, ne se mariant pas pour l'échiquier politique mais par amour. Certains jalousaient cette particularités des Irvines, eux ils voulaient échanger avec le premier venu pour être libre d'avance dans un monde où la puissance et les mariages comptaient plus que ce sentiment futile qu'était l'amour. Les Irvine abandonnaient petit à petit après des années de recherches sans succès, il commençait lui. Son regard ne se portant plus qu'aux personnes familières. Serrant les dents, il se retient cette vague d'énervement montant en lui comme un feu dans une usine aspergée de gazole. Comme si j'avais envie de lire des bêtises O'Hara. Lire que les filles de ma famille restent célibataires car elles ont un âme-soeur impur ? Tu me connaissais à une époque, visiblement, ça aussi ça a changé. Alors ne joue pas avec moi O'Hara, je crois que je suis le mieux placé pour ne pas juger. Celui voulant devenir cette étoile au firmament mais bloqué les deux pieds sur terre par son statut d'enfant du milieu. Oh il avait envie de tourner les talons et repartir en direction de Camden Town, visiblement Vega n'était pas confortable pour aborder certains points, lui n'était pas confortable pour éviter ces points. La finesse à l'état pur. Cruelle ironie. Lui aussi avait besoin d'air, il était juste incapable de se faire à l'idée que pour ça, il devait laisser sa plus jeune soeur et sa cousine à Londres à la merci de cette malédiction. C'était comme une déception cette ancienne présence du passé ayant ce genre de comportement, finalement ce n'était sûrement pas une bonne idée de renouer avec le passé, ses collègues le disaient que bien souvent.
Code by Silver Lungs


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 427
silver sickles : 1213
two way mirror : la main rouge, Skevo ; la bâtarde McGregor, Séléné.
avatar : amber heard.
credits : Caïn ♥ + class whore stuff.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t290-les-plumes-qui-se-melenthttp://bloodtournament.forumactif.com/t280-the-chosen-oneshttp://bloodtournament.forumactif.com/t229-vega-nuit-noire-etoil
grade 3

grade 3
Mar 16 Mai - 21:10
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

« Elle était encore à Poudlard il me semble bien quand tu es partie. Elle a bien grandi depuis, toute la beauté de son frère quoi. ». Quand tu es partie. Le déni de ces dix années passées en Serbie était peut-être plus fort qu'elle ne l'avait d'abord pensé, car à chaque fois que ces mots s'échappaient d'une bouche trop bavarde, elle avait l'impression d'entendre quatre minuscules détonations dans le creux de sa poitrine. PAN. Touché, coulé ; son cœur faisait de puissantes embardées et elle sentait le poison de la réalité retomber dans son estomac comme du feu liquide. Quand tu es partie. Des paroles qui matérialisaient le gouffre qu'elle avait creusé entre eux, les morceaux de vie innombrables qu'elle avait manqués. Quand tu es partie. Tous ceux qu'elle avait abandonnés, parce qu'elle pensait que l'herbe serait plus verte ailleurs. Pourtant riche, admirée, crainte, promise à un avenir des plus influents, elle s'était montrée avide, trop gourmande. Elle se souvenait encore, la sensation de manque qui s'agitait comme un colibri en cage, sous sa peau et sa chair. Elle en voulait toujours plus. Elle aurait pu avaler le monde qu'elle serait restée sur sa faim. Insatiable enfant, foutue folie des grandeurs.

Le poids de ses actes pesant sur ses minces épaules, elle ne se laissa néanmoins point écraser et rebondit, sautant à pieds joints dans son costume familier de peste, enfilant à nouveau la mue qu'elle avait délaissé pendant de nombreuses années, vipère acerbe. En revanche, elle n'aurait su dire si sa défense tenait la route, si prétendre lui permettait de renouer avec l'ancien Serdaigle. Lachlan aurait tout aussi bien pu se retrouver devant un plat de lasagnes ou être en train de parler des propriétés des Verracrasses dans la composition de potions ; aussi impassible qu'une statue dans un musée moldu, immobile, son visage demeura défait de toute expression pendant toute la durée de sa tirade. Pas de sourire en coin, pas de haussement de sourcil. Seuls ses yeux brûlèrent davantage, comme si elle venait de jeter de l'essence sur les braises d'un feu encore vif, tant et si bien qu'elle crut que deux trous de la taille d'une mornille allaient lui apparaître dans le crâne ou faire fondre ses orbites. Et soudain, son jugement tombait, sentence diluée d'amertume : « Comme si j'avais envie de lire des bêtises O'Hara. Lire que les filles de ma famille restent célibataires car elles ont un âme-soeur impur ? Tu me connaissais à une époque, visiblement, ça aussi ça a changé. Alors ne joue pas avec moi O'Hara, je crois que je suis le mieux placé pour ne pas juger. ». Elle ne sut affirmer avec conviction s'il avait essayé de lui dire que, peu importe ce qu'elle avait à lui confesser, il pourrait l'encaisser. En revanche, le sentiment de trahison qu'elle ressentit à travers toutes ses molécules, féroce et agressif, lui coupa le souffle. Un sentiment qu'il lui était absolument déplacé de ressentir ; elle était partie, pourquoi aurait-il dû l'attendre, égal à lui-même ? Pourtant, la colère embrasa raison et logique, réduit temporairement en cendres toute culpabilité. À l'époque, ses jeux étaient appréciés, plus ou moins, mais jamais il ne lui avait donné une telle réponse. En réalité, si cette colère n'avait pas formé de barrage, elle en aurait été profondément blessée.

« Très bien, Lachlan », répondit-elle d'une voix posée, peut-être un brin trop calme pour ne pas en devenir inquiétante, « Tu as changé. Pas moi. C'est à prendre ou à laisser. Si tu n'es plus capable de supporter celle que je suis, il est sans doute préférable de s'arrêter là et de reprendre nos vies, chacun de son côté. ». Elle avait changé, la petite menteuse de haute voltige, elle s'était dispersée avec les années. Démantelée en minuscules pièces, soufflée par le vent des tempêtes quotidiennes de Serbie, écrasée à coups de bottes titanesques, réduite à une crêpe de chair et d'os sanguinolents. Et à son retour, elle les avait cherchés, ces morceaux qu'elle avait pensé insignifiants, ces parties lilliputiennes de son cœur, de son âme, qui formaient le puzzle de son être mais n'avait trouvé que simulacres et fumées grises. Alors, elle avait dû s’accommoder, combler les trous de gruyère de son corps par du vide tangible, par des inspirations saccadées pas toujours très assurées. Elle avait dû se trouver des béquilles pour faire tenir debout sa maigre silhouette toute cabossée, elle avait dû réapprendre à marcher avec. Elle avait dû réapprendre à maintenir la tête hors de l'eau et pour ce, elle était redevenue la seule personne qu'elle avait vraiment laissée derrière elle à son départ : elle-même.

Malheureusement, le temps changeait les gens, il gravait sur leurs traits des expressions tirées, sérieuses, fatiguées. Il les massacrait à petit feu et tout le monde rentrait dans son jeu. Le plus long suicide de l'univers. Et Lachlan, face à elle, avec ses sourcils froncés et ses mots trop durs, comptait comme l'une de ses victimes. Un grand froid l'envahit. Elle haussa les épaules et, imitation dix sur dix de Lachlan, devint un monstre d'impassibilité. Alors, elle asséna : « Je ne changerai pas pour les beaux yeux d'un inconnu. Parce qu'apparemment, c'est ce que tu es devenu. ». Après tout, il le lui avait dit lui-même. Tu me connaissais à une époque, visiblement, ça aussi ça a changé.
Code by Silver Lungs


Built For This Time
no matter how much a snake sheeds, it's still a snake. – We Slytherins are brave, yes, but not stupid. For instance, given the choice, we will always choose to save our own necks. ©️alas.

TEAM VEGAN TU PEUX PAS TEST:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Mar 16 Mai - 23:58
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

Ce masque de froideur venant se poser sur son visage légèrement basané par les heures à l'extérieur, ce soleil venant réchauffer n'importe quel individu pour au final laisser une ombre glacée sur le coeur des sorciers. Cette société lui imposant des idéaux impossible d'atteindre, des idéaux venant brimer leur envie de s'exprimer, de s'aimer. Les vélanes avaient, depuis la montée des Lancaster sur le trône de l'empire anglais, toujours eu du mal à venir s'insérer dans cette société. L'amour n'était plus au coeur des moeurs, il n'était qu'un phénomène devenu légendaire. Irvine ayant crée un scandale en prenant la femme d'un autre sorcier, scandale bien trop régulier quand on voyait le nombre de mariage arrangé. Cette question en suspens chaque jour, se demandant si cela ne serait pas son cas ou encore pire. Il avait aussi entendu des histoires de ses ancêtres ayant la même âme-soeur, dieux venant s'amuser de leur malheur en créant des situations les mettant au bord du suicide. Dieux cruels et vengeurs d'une famille qui avait sûrement dû jouer avec eux à la nuit des temps. Il n'était que l'ombre de lui-même depuis quelques années, perdant cet espoir venant l'animer depuis gamin, cet amour éternel qu'on lui avait toujours promis. Chaque fois qu'il se permettait de fermer les yeux, un paradis cauchemardesque venait à s'étaler à l'horizon le faisant frissonner avec cette promesse qu'un jour tout serait fini.

Coup dur, un coup qu'il avait attendu sans vouloir voir arriver. Cette peur qu'elle ne l'avait pas attendu de l'autre côté du monde. Attendre quoi ? Ce paradis sombre qu'il avait perdu dès l'obtention de son diplôme à Poudlard ? Il n'était certainement pas capable de lui promettre cette vie d'aventure, n'ayant jamais ressenti ce que pouvait faire l'âme-soeur à son propre coeur. Il avançait dans le vide et pourtant il se sentait bien trop épris de l'idée que le départ de son étoile lui avait fait vivre des années de douleur. C'était sûrement pour le mieux de partir maintenant pour la laisser vivre cette vie sans cette attache pénible qu'il pouvait être. Revenir à une routine qu'il détestait mais qu'il connaissait et dans laquelle il trouvait ce confort lui manquant. Aucun remède pour ce visage qu'il comparait à une mélodie ne voulant pas quitter le fil perturbateur de ses pensées. Il n'aurait que ses souvenirs pour rêver d'une époque révolue. Visiblement la distance n'était qu'un facteur conséquent pour cette rupture dans une connexion pourtant des plus fortes. Aucun échappatoire, il était prisonnier d'un passé venant le hanter, se laissant transporter par des émotions de regrets. Il aurait dû la garder près de lui, lui proposer cette vie en dehors de l'emprise des Lancaster qu'elle avait trouvé avec un autre. Il aurait dû être là pour son amie plutôt que de briser ce lien sacré. Il n'est jamais bon de revenir dans le passé. Un murmure distinct venant s'échapper de ses lèvres, passant sa main mécaniquement dans ses cheveux de blés, presque un mouvement empli de frustration venant le trahir. Se yeux se durcissant sous l'effet du choc. C'était sûrement fini, cette connexion n'existant que dans un passé révolu. Je vais te laisser alors Vega. Visiblement, tu n'es plus la même. Bonne chance dans tes nouvelles relations. Poli. La politesse émanait de ses mots, seulement un ton froid venait l'accompagner, ça le glaçait de l'intérieur. Il n'avait pas dit plus, pas dit moins. Papillon de nuit venant se brûler à une lumière refroidie par des évènements dont il n'avait aucun pouvoir. Cette mélodie flottant dans sa tête et qu'il essayait de faire taire, ce visage qu'il essayerait d'oublier, restant cordial aux prochaines réunions entre les deux familles. Il n'était qu'un enfant parmi d'autres, incapable d'affecter les relations entre les deux familles. Né bien trop tard, il n'avait aucun poids dans ces alliances, se taisant et subissant.

Il passait devant elle, bien décidé à continuer son chemin, un fil perturbateur venant empiéter ses pensées, il voulait qu'elle vienne lui crier dessus qu'il n'était qu'un idiot, il l'était, un idiot pensant que le passé pourrait être repris aussi facilement. L'envie de se battre bien révolue avec les années passant sans qu'il trouve ce qui pourrait le rendre heureux, perdant bien trop d'amis, devenant simplement un pion pour sa famille. Son sac venant lui fouettait le dos alors qu'il n'essayait que de le remettre, cette colère venant l'embrasser à pleine bouche, cette colère qu'il aurait pu retenir si il s'était mêlé de ses affaires. Il avait voulu des réponses, il repartait bredouille à ce niveau mais avec la leçon que rattraper son passé n'était pas forcément meilleur. S'arrêtant quelques secondes, toujours pour essayer de retrouver sa baguette dans son sac où le désordre régnait, se protéger en cas d'attaque bien que ça reste complètement mythique.
Code by Silver Lungs


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 427
silver sickles : 1213
two way mirror : la main rouge, Skevo ; la bâtarde McGregor, Séléné.
avatar : amber heard.
credits : Caïn ♥ + class whore stuff.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t290-les-plumes-qui-se-melenthttp://bloodtournament.forumactif.com/t280-the-chosen-oneshttp://bloodtournament.forumactif.com/t229-vega-nuit-noire-etoil
grade 3

grade 3
Dim 21 Mai - 15:04
Echoes of you
Lachlan Irvine ∞ Vega O'Hara

L'orgueil, ce virus à la propagation universelle qui s'apparentait à un poison aussi envoûtant que nocif, se répandait plus particulièrement dans le sang bleu des O'Hara, dans leurs pensées trompées, dans leurs cœurs attaqués. L'orgueil était de la poudre à canon qui, une fois allumée, ne permettait plus de retour en arrière chez eux. Et Vega n'avait pas été épargnée. Elle partageait peut-être quatre-vingt-dix-neuf pour cent des tords dans cette affaire, mais elle n'en restait pas moins blessée par le comportement de Lachlan, par les mots creux, plats, qu'il lui sortait par paquets. Elle rêvait de sortir sa baguette, de lui faire cracher des étincelles écarlates et de le faire taire. Ou peut-être bien de lui lancer un sortilège d'oubliette, qui effacerait de sa mémoire rancunière les dix années qui venaient de tomber dans le sablier dangereux du temps. Qui le pousserait à redevenir celui d'avant, celui qui n'avait aucun mal à supporter la garce qu'elle était et qui trouvait toujours un moyen de la faire rire. « Il n'est jamais bon de revenir dans le passé. ». Elle eut un rire sec. Au moins étaient-ils encore d'accord sur une chose.

Un ange passa, quelques secondes où le peu de Lachlan tel qu'elle l'avait connu disparut complètement, avalé par les ombres mauvaises dans son regard, puis il asséna : « Je vais te laisser alors Vega. Visiblement, tu n'es plus la même. Bonne chance dans tes nouvelles relations. ». Elle n'était plus la même ? Elle jouait pourtant à être exactement celle qu'elle avait laissée. Lui, semblait avoir vieilli de deux siècles. Envolés l'insouciance, les plaisanteries, la joie, envolé celui qui s'était prétendu être son Altaïr. La réalité venait de se remettre en place et ceux qu'ils étaient devenus ne s'imbriquaient plus ensemble, ne fonctionnaient plus l'un avec l'autre. Le temps avait frappé. Tout simplement.

Pourtant, lorsqu'il passa devant elle comme si elle s'était soudain changée en un fantôme, elle eut envie de lui faire un croche-pied, de le pousser dans le dos, de lui hurler dessus son mépris pour cette fuite en avant qu'il pratiquait. Elle avait envie de rugir, de lui demander où était vraiment passé Lachlan, mais les cris n'avaient jamais été son genre et les tacles physiques n'étaient plus de son répertoire. Au lieu de quoi, elle replaça sur ses lèvres son sourire de vipère et eut un rire méprisant. « Et il est toujours tellement plus facile de prendre la fuite, n'est-ce pas ? Eh bien, si jamais le doute s'était imposé en moi, maintenant, j'ai ma réponse. Je ne regrette vraiment pas d'être partie. ». Le mensonge lui tordait le ventre, lui déchirait les entrailles en un joyeux carnage, si bien qu'elle crut qu'elle allait se vider de son sang sur place. Néanmoins, elle se foutait pas mal de se faire du mal, tant qu'elle lui en faisait au passage. Elle avait envie de le blesser, de le voir réagir autrement qu'un foutu automate ; avait-elle toujours eu un faible pour les causes perdues ?

Elle fit volte-face à son tour et poussa la lourde grille qui lui permettait d'atteindre l'allée conduisant au manoir Fogarty. Réflexe d'une autre vie, de celle d'une femme polie, d'une maîtresse de maison convenable, elle s'arrêta sur le seuil de terre battue. Puis lui dit un au revoir à la fois aimable et venimeux : « Transmets mes amitiés à ta famille et bonne soirée, qui que tu sois. ». La grille en fer forgé se referma ensuite dans son dos et sans plus un regard en arrière, elle remonta l'allée qui la conduirait jusqu'à ce refuge qui n'en était pas vraiment un, là où elle pourrait laisser exploser la douleur et la colère.
Code by Silver Lungs


FIN.


Built For This Time
no matter how much a snake sheeds, it's still a snake. – We Slytherins are brave, yes, but not stupid. For instance, given the choice, we will always choose to save our own necks. ©️alas.

TEAM VEGAN TU PEUX PAS TEST:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
Echoes of you
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Echoes knocking on locked doors ♈ 14 mai, 9h37
» what we do in life echoes in eternity (seetah.)
» delysia ✧ echoes in rain
» Echoes ft. Orpheus Goldsmith
» What we do in life echoes in eternity (Grace)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum