intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.

Partagez
 
➀ ☇ le rêve, serpent traître éclos dans le duvet. | pv amelia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

s'adresse au peuple

➀ ☇ le rêve, serpent traître éclos dans le duvet. | pv amelia Empty
Invité
Mer 3 Mai - 2:04

LE RÊVE, SERPENT TRAÎTRE ÉCLOS DANS LE DUVET.
roule autour de mes bras une flatteuse entrave
The King's Head Tavern. District un. Territoire des hommes et des femmes au cruor immaculé. C'est un endroit où rare sont les impurs qui osent s'y aventurer, mais ce n'est pas mon cas. Non. Il n'existe pas de barrière pour un homme de ma condition, écrivain de petit renom. Du moins, dans les limites que je m'établis moi-même. En effet, si l'un de ses séraphins osent quitter son empyrée pour venir me mettre une rouste, alors je comprendrais certainement que je ne dois aucunement errer dans ces beaux quartiers. Retiendrais-je pourtant la leçon ? Assurément. Pas du tout. Cela ne serait pas la première fois que je me butterais à un corps princier qui désirerait me voir déguerpir de son terrier. J'en ai déjà payé la leçon. Plusieurs fois ; Les cicatrices venant marquer à tout jamais mon cuir, comme un souvenir légué par les puissants. Rien de doux là-dedans. D'ailleurs on serait presque consterné de regretter l'effacement des gestes délicats plus que la brutalité. Où laisser une place pour les étreintes, les baisers ? Pourquoi faut-il garder les griffures ? les gifles ? les morsures ? C'est une véritable damnation lorsqu'on les collectionne. M'enfin, suis-je encore le plus à plaindre ? Aucunement. Il est aisé de voiler la mortification. Mais il en est rien de la pauvreté qui vous habite comme la maladie, dans la moindre parcelle de votre corps. Entre la crasse qui vous recouvre la face et l'allure qui se momifie, ces autres impurs qui vivent de rien sont bien plus malheureux que je ne le suis moi-même... Sûrement, je ne peux me défaire totalement de cette condition aussi puisque j'arbore un corps mince, mais moi, je n'ai pas le préjudice de rouler dans la fange, ou de divaguer dans les rues comme une catin perdue. Non. Si mon existence n'est pas aussi agréable que celle de ma dynastie moldue, je dirais que je m'en sors pourtant assez bien. Il me suffit simplement d'oublier la misère alentour et d'accepter le quotidien pour finalement supporter son destin. Se dire que ça pourrait être pire.

Ici, c'est le rêve éveillé. Tout le monde semble heureux. On a le sentiment que les plus impurs d'entre nous n'ont jamais existé, n'ont jamais été dominés. Moi, je me contente de ne rien faire devant un spectacle aussi désolant. Je ne suis pas un héros et je le serais sans doute jamais. Il y a les insurgés pour ça. Ceux qui commettent des attentats et qui réduisent des vies à néant ; La plèbe optimiste espérant un avenir meilleur. Le monde est probablement fou, mais actuellement, j'm'en fiche. Je suis assis sur l'un des canapés du petit café. À moitié inactif, il m'arrive de temps en temps à fermer les yeux, manquant de m'endormir. Bercé par la musique entêtante et le parfum exquis des fleurs alentours, sans parler de la boisson chaude que l'on m'a servi. Ce milieu est comme une île des Lotophages ; On y pénètre à l'intérieur pour complètement s'oublier et ne plus jamais en ressortir. Du moins, moi je suis charmé par l'ambiance et je crois que si j'en avais la possibilité, pour rien au monde je passerais le pied de la sortie. Hélas, dans ce Nirvana de sensation, voilà qu'une âme accède à son tour au lieu publique, venant troubler l'atmosphère agréable. C'est une personnalité que tout le monde reconnait et qui inspire l'admiration. De sa crinière brune et sa tenue royale, elle ne peut être qu'une lionne, une Lancaster de sa condition. Un instant, je fais comme tout les autres, dardant mon attention tel une proie en alerte, néanmoins, je me détourne rapidement, préférant encore garder ma curiosité pour mon café qui se trouve juste sous mon nez. Il ne fallait pas, en effet, que je me fasse repérer, comme il était prévu de faire au départ.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

s'adresse au peuple

➀ ☇ le rêve, serpent traître éclos dans le duvet. | pv amelia Empty
Invité
Mer 3 Mai - 8:22

   
le rêve, serpent traître éclos dans le duvet
Nessie & Amelia

   
   
Ma journée avait décidemment mal commencé : j’avais croisé la fiancée impure de mon frère deux minutes après mon réveil, chose qui m’avait mise dans un état encore plus désagréable qu’à mon habitude. Je déjeunais tranquillement sur une des tables du jardin ce qui était ma petite habitude matinale : manger seule en compagnie de Shadow mon python. Et alors qu’il se trouvait toujours une petite souris par ici je pouvais tranquillement grignoter des viennoiseries tout en regardant le soleil se lever progressivement. Cependant ce matin-là ce ne s’était pas passé comme d’habitude : cette Tamsyn avait osé me répondre quand je lui avais demandé pourquoi elle n’irait pas sur une autre table. Cette table était la mienne depuis des années et ce n’était surement pas une petite impure profiteuse qui allait pouvoir me la prendre ! Je l’avais effrayé un peu en dialoguant en fourchelang avec Shadow qui était toujours à mes côtés. Sans montrer qu’elle était tétanisée de peur, elle m’avait simplement laissé la table dans rajouter un mot. Bon débarras. Comment mon frère pouvait-il l’aimer ? Comment pouvait-il prétendre au trône avec une fiancée comme ça ? Je n’avais jamais vraiment aimé Edward, ce n’était pas comme avec Elizabeth et Elijah. Avec ces deux derniers je parlais souvent, pour me disputer avec eux certes mais nous échangions tout de même un minimum. Edward lui ne m’adressait jamais la parole, chose qui avait tendance à faire en sorte qu’il m’insupporte encore plus. Et son goût en matière de femme était la cerise sur le gâteau : une impure ! Je m’habilla ensuite prestement d’une simple robe et pris à peine le temps de me coiffer et de me maquiller : j’avais besoin de prendre l’air. Ce palais qui avait toujours été mon chez moi et que je considérais comme mon pied-à-terre ne l’était plus du tout depuis l’arrivée de cette idiote. Je n’avais pas de procès auquel assister avant cette après-midi et je me dis que pour une fois je pouvais passer mon temps libre en ville (chose qui n’arrivait jamais).

Quelques minutes plus tard je me trouvais à la « King’s Head Tavern », plutôt ironique pour une princesse n’est-ce pas ? Shadow me suivait toujours, je lui avais cependant jeté un puissant sort de désillusion pour que personne ne le voit. « Tu ne passes pas inaperçu » me glissa-t-il dans cette langue que si peu de personnes peuvent comprendre. J’eu un petit sourire : c’était le moins qu’on puisse dire en effet. Toute l’attention des clients du café s’était portée sur moi. Habituée à cela, je me passa simplement la main dans les cheveux avant de m’asseoir (sans m’adosser bien sûr) sur un des canapés. N’accordant même pas un regard à l’homme qui se tenait plus loin sur le même canapé. J’étais visiblement entourée de moldus et alors que je sentis Shadow s’enrouler autour de mes jambes surement pour s’endormir je sortis mon livre. Me sentant observée.
   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

s'adresse au peuple

➀ ☇ le rêve, serpent traître éclos dans le duvet. | pv amelia Empty
Invité
Dim 7 Mai - 13:12

LE RÊVE, SERPENT TRAÎTRE ÉCLOS DANS LE DUVET.
roule autour de mes bras une flatteuse entrave
Je pensais que je passerais inaperçu et qu'il me suffisait d'agir comme si la jeune femme ne serait jamais venue afin de rester dans l'ombre du peuple. Hélas, j'ai le sentiment que c'est tout l'inverse qui se déroule actuellement. Alors que les hommes et les femmes présents dans la pièce continuent à juger la demoiselle de leur regard curieux, cette dernière décide d'aller s'installer non loin de moi, sur le même canapé. Je ne l'observe aucunement, mais je sais malgré tout qu'elle se situe à mes côtés. Je sens dorénavant tout le poids des prunelles qui me fixent à mon tour. J'éprouve tout ce bouillonnement de sentiments qui les animent. Certainement de l'incompréhension, de la jalousie, de la frustration, de la colère, de la déception ; La Lancaster avait osé s'asseoir sur le même siège d'un impur, d'un souillé. Pire encore. D'un né-moldu. En effet, si certains clients ne me connaissaient sans doute pas, pour d'autres, c'était une autre histoire. Quand on sait le nombre de bouquins que j'ai pu écrire... Mais là n'était l'heure de parler de moi actuellement ! La présence presque oppressante de la demoiselle ainsi que l'attention des individus sur nous commençait sérieusement à me peser. Je n'étais absolument pas venu pour m'irriter, aussi me vint un instant l'idée de simplement m'exiler vers un divan moins exposé à la vision de la roture. Mais non[/i]. Céder ma place à la noblesse, c'était comme se soumettre à leur domination complète et s'humilier d'avantage devant un peuple qui n'attendait que cela. Je ne voulais en rien abandonner aussi aisément. Pas alors que j'étais arrivé le premier. C'était devenu ma place, mon territoire. J'avalais donc un peu de ma boisson chaude avant de tourner mon regard saphir en direction de la populace, crachant un murmure dédaigneux, mes lèvres cachés par la tasse. ≪ - Regardez ailleurs si j'y suis. ≫. Les plus proches qui purent m'entendre détournèrent enfin leurs yeux, rougissant, honteux. Mais pour les autres...

Les autres, eux, ne cessaient leur analyse malsaine. Peut-être qu'ils commençaient à se faire des idées sur nous et plus précisément envers les Lancaster. Quand on sait que le Prince n'est pas aussi intolérant que son père, on commence à douter des autres personnes. On pourrait sans doute songer que la demoiselle cherche à s'évader dans notre monde incompris. En tout cas, j'avais le sentiment d'offrir un beau spectacle avec la jeune femme. L'un à côté de l'autre, assez éloigné pour ne pas rentrer en contact. Il suffisait sans doute simplement à ce qu'on tende nos bras pour enfin effleurer l'autre de notre doigt. Une oeuvre digne de Michel-Ange fait de chair et de sang, le simple mortel près de son dieu créateur. Certainement est-ce ça qu'ils attendaient tous. Ils espéraient une entente cordiale entre nous deux. Mais tant qu'elle n'avait pas fait le premier pas vers moi, je n'oserais empiéter sur ses pieds et l'interrompre dans sa lecture au risque de me faire punir pour trois fois rien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

➀ ☇ le rêve, serpent traître éclos dans le duvet. | pv amelia Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
➀ ☇ le rêve, serpent traître éclos dans le duvet. | pv amelia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» La horde du serpent
» Entre fouine et serpent [PV]
» Le Serpent Ivre [Pv: Eiji]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum