intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
Far from the carnage of the fiery sun (Aodhan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 377
silver sickles : 0
two way mirror : Le vieux, alias Ryodan O'Hara
avatar : Chris Wood
credits : (av) avengedinchains + Elain ♥ & (sign) EXCEPTION
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t239-garrett-ecrire-a-l-encre-de-mon-fleauhttp://bloodtournament.forumactif.com/t238-garrett-all-around-me-are-familiar-faces-lienshttp://bloodtournament.forumactif.com/t201-garrett-who-we-are-is
grade 3

grade 3
Dim 30 Avr - 19:11
Aodhan & Garrett
Far from the carnage of the fiery sun
Il arriva devant la demeure des Archer, retrouvant sans surprise cette bâtisse élégante, un peu trop moldue à bien des regards. Mais sûrement pas le sien. Il avait toujours aimé cet endroit où il avait pu grandir sans restriction, à l'exception de ce don que certains êtres de son sang au courant percevaient comme un handicap, tel son parrain. Certes, le poison était tenace, relevant plus d'une malédiction que d'une faculté positive, mais il n'avait pas besoin qu'on lui tienne la main, qu'on assure ses arrières, que l'on veille éternellement sur lui. L'attention perpétuelle du ministre de la magie qu'il sentait planer sur son dos le rendait encore plus fou. Mais il ne pouvait pas décemment l'ouvrir sans précipiter le pourquoi, et ce n'était tout simplement pas possible que la révélation se fasse ainsi. Il s'était et se battait toujours pour que le secret continue à s'épaissir autour de ces hallucinations qui le dévoraient de l'intérieur. Celles qu'il espérait ne jamais voir prendre vie un jour. Celles qui lui avaient fait prendre conscience de l'injustice et des inégalités de la société actuelle. Celles qui l'avaient indéniablement poussé à rejoindre la légion.

Son petit frère en avait fait de même, tous deux incrustés dans la même cellule, continuant à être proches à leur manière, alliés de toujours, partenaires d'entrainement depuis. Il n'y avait qu'entre les murs de cette maison que Garrett se serait permis de s'entrainer. Il avait compris que pour dissimuler ce dont il était capable, c'était en disparaissant qu'il y parviendrait le plus. En se rendant invisible, en paraissant le moins possible dans la haute société... contrairement à son ainé et son cadet. Leurs vies n'étaient pas la sienne, mais Garrett ne s'en formalisait pas. Souvent, pourtant, il les enviait, eux qui n'étaient pas hanté par des visions cauchemardesques qui recouvraient tout ce qui l'entourait, réalité imbriquée, monstrueuse chimère qui lui volait sa santé mentale au gré des jours. Il aurait donné n'importe quoi pour avoir, lui aussi, une vie "normale". Et il s'y cramponnait désespérément, cherchant un moyen d'amoindrir les visions, de les anéantir, ou au moins d'en contrôler l'apparition. Rien n'y faisait, mais il était empli de cet optimisme qui le poussait à vouloir que les choses changent, que ses visions ne deviennent jamais réalité. Le goût âpre du sang sur sa langue, l'odeur de la mort... Il les voyait depuis toujours les magnifiques sombrals. La cadavérique apparition suffisant à tromper ses yeux, à leur faire croire que la réalité n'était pas si différente.

Il avançait malgré tout, de cette nonchalante élégance qu'il avait appris à cultiver, cette distance taciturne qui enveloppait ses traits. Tandis que ses pas résonnaient, que ses doigts débouchaient la flasque qu'il trainait toujours avec lui, et dont il but plusieurs gorgées. Ceux qui ne le connaîtraient pas, supposeraient facilement qu'il ingurgitait du polynectar, d'autres qu'il était un amateur un peu trop particulier de liqueur alcoolisée. La vérité était si différente... puisqu'il cherchait à tenir ses démons à distance, ingurgitant cette potion de paix de manière quasi effrénée. Pas de vision, c'était tout ce qu'il souhaitait obtenir en agissant ainsi, que le calme lui permettrait de ne pas vaciller dans cette autre réalité. Sauf que cela avait l'air de fonctionner autant que de l'eau sur une mouche. Mais il s'y raccrochait malgré tout, parce qu'il n'avait que ça. D'un signe de tête il salua l'impur qu'il croisa, sans réellement se préoccuper de l'être, il n'était pas ici pour lui, même s'il n'avait rien contre eux, bien au contraire. S'il avait rejoint la légion, c'était bel et bien pour améliorer le monde et éviter le bain de sang qui ne cessait de revenir le narguer. Une personne peut tout changer ? Peut-être. Peut-être pas. Si on essaie pas, comment peut-on savoir si c'est utile ou non ? Il s'engouffra finalement dans une pièce d'entrainement où personne ne semblait se trouver, aussi se laissa-t-il tomber souplement sur le banc précieusement orné, présent dans un coin des lieux, avalant une nouvelle rasade interminable de la mixture au goût plutôt douteux mais dont il avait pris l'habitude. Pas plus de quelques minutes s'étaient écoulées lorsqu'il vit entrer Aodhan avec lequel il avait rendez-vous. « Tu es en retard. » lâcha-t-il, taquin, sans même faire attention à l'heure qu'il était. Après tout, il n'avait pas plus brillé par sa ponctualité, et savait très bien qu'il n'était pas l'heure prévue.


the bloody throne - toute copie interdite



- Are you insane like me ? Are you strange like me ? -
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 20/03/2017
howlers : 235
silver sickles : 84
two way mirror : uriel vaugirard.
avatar : n. simoes.
credits : faust.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t301-beautifull-chaos-aodhanhttp://bloodtournament.forumactif.com/t300-mistral-gagnant-aodhanhttp://bloodtournament.forumactif.com/t198-melancolie-cruelle-ao
staff g2♕

staff g2
Lun 1 Mai - 17:06
Far from the carnage of the fiery sun
GARRETT & AODHAN
la main mal assurée, pressant la poignée de la demeure archer. toujours élégante. elle te semblait presque étrangère. désormais tu possédais ta propre propriété, venir ici, demeurait rare. sauf que ta maison avait l'inconvénient de ne pas avoir de salle d'entraînement. tandis que la résidence familiale avait tenu à illustrer ses talents magiques à travers la construction d'une salle d'entraînement sous le marbre du rez-de-chaussé. peu utilisé, au grand désespoir du paternel qui n'avait plus le temps à ce genre d'attention. odeur de menthe et de jasmin tu te retrouvais au milieu de la salle principale. grand lustre de cristal rayonnant au sommet d'un plafond travaillé minutieusement, il n'y avait personne. pas même un elfe de maison occupé à nettoyer les quelques brins de poussières qui pouvaient résister. tu soupires. le vide était une sensation peu agréable. tes pieds accédèrent à l'escalier principal. désireux de visiter les lieux. pourtant tu les connaissais. ton pas se fit moins déterminé alors que tu rentrais dans une chambre blanche. c'était la tienne. inchangée. comme si personne n'y avait été depuis ton départ. effleurant les draps immaculés d'un bleu léger, suave et frais ; maman avait pris soin de s'occuper de cette pièce.

comme une harmonie sans faille, une réalité merveilleuse. un silence marquant la paix et la sérénité du monde. pourtant, à travers tout cette pureté, tout cette illusion la paix était fragile. les tensions s'intensifiaient, l'espoir naissait au sein des maltraités. une vérité invisible, consciencieusement préparé par les ennemis de ce monde. les impurs. comme cette chevalière rubis qui trônait sur le meuble d'ivoire, contrastant avec une telle pureté. les mois à venir risqueraient de briser cette symbiose longtemps recherché par les sangs bleus. pourtant, tu prenais par au combat. trahissant les tiens, trahissant tes gênes anciens. ta famille, ta patrie. mais tes idées semblaient plus justes que celle des lions, gouverneurs d'un pays au calme tangible. susceptible d'éclater à la première bavure. la cause des impurs tu la défendais. un entrain miraculeux que tu t’efforçais à respecter, n'hésitant pas à mettre tes talents innovateurs aux côtés de ces gens-là. c'était ton choix. ton avenir. il fallait oublier ce temps où les purs régnaient et compromettre les idées des plus cruelles d'entre eux. le monde était effroyable, une controverse de ce blanc chaste qui émanait de cette pièce. que de sottises. des mensonges échappés à la volé pour mieux berner le peuple. tu soupires d'une élégance modérée. le regard dans le vague.

un claquement de porte qui te ramène à la réalité vaine. garrett était là. en retard. comme souvent. tu ne pouvais lui reprocher, la malédiction le rattrapait toujours. tu quittes ton ancienne chambre avant de descendre les escaliers vers le rez-de-chaussé. sa présence manquait. il était au sous-sol. déjà. comme pressé d'en finir, comme s'il cherchait à fuir cette famille aux euphories à demi feint. pourtant se retrouver était un soulagement, il le savait, mais son don, l'empêchait d'apprécier ces instants là, souffrant d'une démesure indomptable. cependant tu ne pouvais ignorer ses talents duellistes, un atout pour cette légion dans laquelle vous étiez tous les deux membres. quelques marches encore avant finalement de lui faire face. sourires aux lèvres. taquineries fraternelles auxquelles tu répondis : tu sais combien j'aime me faire désirer. une part de vérité dans ces propos. ta main à ta baguette, effleurant le noyer, prêt à la attraper. ne nous attardons pas sur des retrouvailles insensées mon cher frère, ma baguette s'impatiente. aucune patience. un brin mutin, les doigts chatouillant le bout du bâton de bois, désireux de progresser en compagnie de son frère aîné.
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 377
silver sickles : 0
two way mirror : Le vieux, alias Ryodan O'Hara
avatar : Chris Wood
credits : (av) avengedinchains + Elain ♥ & (sign) EXCEPTION
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t239-garrett-ecrire-a-l-encre-de-mon-fleauhttp://bloodtournament.forumactif.com/t238-garrett-all-around-me-are-familiar-faces-lienshttp://bloodtournament.forumactif.com/t201-garrett-who-we-are-is
grade 3

grade 3
Mar 2 Mai - 22:29
Aodhan & Garrett
Far from the carnage of the fiery sun
Pas une étrangeté ne venait rôder autour de lui, tandis qu'il maintenait la flasque entre ses doigts, adossé avec cette nonchalance quotidienne qu'il affectait, sur ce banc comme une tribune pour spectateurs. Puis son regard s'était posé sur Aodhan, son cadet, et sa taquinerie avait franchi ses lèvres. Peut-être parce qu'il n'avait jamais été question d'une quelconque protection venant de l'un ou de l'autre, ni de la moindre condescendance. Simplement deux frères qui avaient suivis leur propre voie, Garrett empruntant le premier celui de l'indépendance, pour disparaître des œillères trop protectrices de sa famille. Cela ne signifiait pas qu'il ne les aimait pas, son âme toute entière était liée au nom qu'il portait, à l'envie d'être trop semblable aux autres Archers sans pouvoir l'être réellement. Lui, la brebis presque galeuse qui n'était pourtant pas rejetée, bien au contraire. La tolérance, ce maître mot qui se greffait à son nom, celui qu'il portait. La tolérance, qui lorsqu'elle lui était destinée le rendait nauséeux, et non pas seulement par la faute des atrocités morbides qui se gravaient à ses rétines, au bleu nuageux de ses prunelles égarées. Fou. Instable. Dévoré par des visions comme un être simplement malade. Mais il était plus que cela, et les dérives cadavériques poussaient les siens à se montrer moins intransigeant encore. Pourtant, Aodhan avait l'intelligence de ne jamais le laisser percevoir, considérant réellement son ainé comme un combattant de valeur, et non un poids dans la quête de liberté que les deux frères empruntaient côte à côte. Pas plus qu'il ne soufflait un murmure sur le retard toléré, et sa présence antérieure entre ces murs si familiers.

Un sourire amusé étira ses lèvres, à la réflexion de son frère, sans pour autant perdre de vu les gestes de son cadet, la main trop familière à proximité du lieu où il savait que sa baguette se trouvait. Sans perdre sa posture, et tandis que Aodhan s'impatientait réellement, prêt à en découdre, jetant presque aux ordures de possibles retrouvailles entre eux. Mais elles avaient la délicatesse de se dessiner, inconcevable hérésie, dans cette mise en garde tenace, alors qu'il menait sa propre flasque à ses lèvres, moqueur, mutin, les doigts de l'autre main s'enracinant autour du tilleul argenté, suavement. Puis il la rangea, cette fiole qu'il gardait constamment sur lui, se relevant souplement, branche en main, saluant mollement l'adversaire qu'il s'apprêtait à affronter. « Es-tu si pressé de mordre la poussière, petit frère ? » demanda-t-il avec toute l'arrogance d'un ainé mettant son cadet au défi. Pourtant, Aodhan n'était pas un frêle adversaire, il savait combattre, loyalement ou non, que ce soit sous forme de duel ou non. Garrett savait qu'il lui donnerait du fil à retordre, et que l'issu du combat n'était nullement déterminée à l'avance. Mais ce n'était finalement qu'un entrainement, et puis il aimait sentir la fièvre d'être considéré tel un être normal, capable de combattre comme n'importe qui. Il y avait simplement des précautions à avoir, voilà tout. Des situations à ne pas provoquer inutilement. Mais surtout des images à ne jamais souffler... personne ne méritait d'être aspiré dans ses ténèbres, d'en connaître les moindres dérives. Il les soufflait pourtant, parfois, sous l'écoute attentive de Lysander. Mais cela ne comptait pas. Pas à cet instant. Pas à cette seconde, où Garrett savait qu'entre ces murs, dans cette pièce si précise, en présence de son frère, les inferis pouvaient bien le dévorer que cela n'aurait aucune importance. « Prêt ? » demanda-t-il. Question rhétorique, puisque dans un même temps sa baguette se mouvait déjà d'un sort classique, expelliarmus formulé exclusivement dans son crâne. Première hostilité, ses muscles tendus, prêts à réagir à ce qui allait suivre ensuite.


the bloody throne - toute copie interdite



- Are you insane like me ? Are you strange like me ? -
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 20/03/2017
howlers : 235
silver sickles : 84
two way mirror : uriel vaugirard.
avatar : n. simoes.
credits : faust.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t301-beautifull-chaos-aodhanhttp://bloodtournament.forumactif.com/t300-mistral-gagnant-aodhanhttp://bloodtournament.forumactif.com/t198-melancolie-cruelle-ao
staff g2♕

staff g2
Mar 23 Mai - 21:12
Far from the carnage of the fiery sun
GARRETT & AODHAN
le sourire aux lèvres, tu étais content de retrouver ton frère. un membre de ta famille. et comme à chacun tu lui accordais une certaine attention. un amour fraternel qui a berçait ton enfance. garrett c'était ce frangin, le benjamin, le tampon entre braam et toi. celui qui avait acquis de naissance ce don de voyance. une malédiction pour le jeune homme. aodhan n'y voyait qu'une contrainte, un moyen d'affaiblir son frangin. mais il n'y était pour rien. néanmoins il avait su gérer en grandissant ces visions bien qu'elles continuaient de le déstabiliser grandement. tu étais fier de lui, heureux d'avoir dans tes rangs un homme d'une telle envergure. voilà peut-être une raison qui expliquerait cette engouement à vouloir passer ces heures d'entraînement en sa compagnie. peut-être par sa maîtrise pourrait-il t'apporter quelques choses. on te connaissait comme un brillant alchimiste mais pas comme un dueliste hors pair. il est vrai qu'à poudlard tu ne faisais pas l'unanimité en défense contre les forces du mal. tu n'étais pas le dernier, mais loin d'être le premier, préférant réfléchir à la manière de concocter telle potion pour t'en servir sur une personne. en effet, tu n'étais guère cet élève brillant et studieux, préférant te reposer sur tes capacités de potionniste. vrai arrogant, beau parleur à faire la cour aux dames tandis que d'autres s'acharnaient à obtenir des résultats correctes. un vrai gamin au visage d'ange. ta mère te l'avait toujours reprocher, elle qui avait mis au monde des prodiges. elle n'en était pas moins fière de toi. tout comme ton père. ta situation était idéale, te permettant d'acquérir un statut social et un revenu afin d'être respecté. sauf que tu ne cherchais pas réellement à gloire, simplement un moyen de te divertir, de fuir cette vie fastidieuse.  

tes propos semblaient amuser ton frère. sourire collé au visage. les mêmes. avec des caractéristiques identiques. des archer en parfaite illustration. tu remarquas évidemment la petite fiole qu'il pris soin de ranger. petit liquide parfois miracle qui lui permettait de survivre avec tant de vacarmes dans son esprit. tu t'adonnais de temps en temps à confectionner pour lui ce genre de produits mais les ingrédients étaient d'une rareté et à un prix exorbitant pour que tu puisses être son fournisseur attitré. néanmoins tu tâchais toujours d'en avoir dans ton armoire afin qu'il ne connaisse pas une pénurie qui amènerait sûrement à des jours sombres. tu le savais, par la description de ce qu'il ressentait qu'il s'agissait de visions terribles. instillant en lui de la noirceur et de la douleur, deux éléments dont il ne méritait. tu t'en voulais presque de lui avoir proposé cette entraînement, coupable qu'il joue ainsi avec le danger. mais tu préféras ne rien dire pour ne pas risquer de l'offenser. tu le connaissais, quelques traits de ton caractère était son héritage. moi ? mordre la poussière ? la main portée vers le coeur, tu fis semblant d'être vexé. faudrait-il déjà qu'il y en ait, à croire que cette maison souffre d'un ménage constant aiguë. c'est presque effrayant. ta génitrice détestait la saleté, si bien qu'elle passait parfois après certains elfes de maisons. le mot maniaque ne lui convenait pas. Tu t'installas dans la pièce, au milieu, baguette en main, prêt à réagir. sauf que tu ne fus pas assez rapide pour réagir aux sorts de ton frère. les yeux pas assez actifs pour avoir remarqué le mouvement de la baguette. ta baguette quitta ta main dans un saut brusque. moue boudeuse, tu voulais presque triché en utilisant certaines de tes créations mais le but de cet entraînement en serait erroné. pour seul excuse tu sortis : j'étais pas prêt. tu repris ta baguette et lorsqu'enfin tu retrouvas ta place initiale. désireux d'attaquer le premier, un mouvement de baguette accompagnée de quelques mots : rictumsempra dans l'espoir qu'il atteigne ton adversaire. c'était en rien un sortilège dangereux mais tu n'osais blesser la chair de ton patronyme.
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 377
silver sickles : 0
two way mirror : Le vieux, alias Ryodan O'Hara
avatar : Chris Wood
credits : (av) avengedinchains + Elain ♥ & (sign) EXCEPTION
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t239-garrett-ecrire-a-l-encre-de-mon-fleauhttp://bloodtournament.forumactif.com/t238-garrett-all-around-me-are-familiar-faces-lienshttp://bloodtournament.forumactif.com/t201-garrett-who-we-are-is
grade 3

grade 3
Mer 31 Mai - 20:59
Aodhan & Garrett
Far from the carnage of the fiery sun
Ils se connaissaient. Avaient grandi ensemble. Deux frères ayant des caractères différents, mais tellement de détails pourtant acérés soufflaient la vérité de leur ascendances. Archer, ce nom qui semblait gravé à même leurs chairs, dans ces traits qui sculptaient leurs visages aux similitudes que l'on retrouvaient également chez leur ainé. Leurs parents n'avaient pas fait des fléreurs, mais des fils ayant chacun des particularités qui leur étaient propres, à l'image des trois frères du conte que Braam avait pris tant de plaisir à raconter lorsqu'ils étaient enfants. Récit qui restait ancré dans les méandres de sa mémoire, comme une litanie murmurée à sa volonté de parvenir à trouver un meilleur avenir que le présent actuel. Réalité incrustée de secrets tenaces, dont un qu'il partageait avec son cadet, ce lien troublant avec la légion, ou le fait de venir s'entrainer ici sans que personne ne vienne affirmer que Garrett ne devrait pas. Il avait appris à saisir ses limites, à se préserver des risques inutiles qui laisseraient ses visions l'assaillir au plus mauvais moments. La liqueur narquoise qui s'attardait dans la flasque qui ne le quittait pas, et qui parfois se retrouvait remplie avec l'aide d'Aodhan, tandis qu'à d'autres, c'était à d'autres ressources qu'il faisait appel, tandis que c'était l'ombre d'un autre contrôle que l'Archer recherchait. Le même dont il se savait capable en duel, sa baguette, parfaite extension de son être. Le bois d'argent parfaitement ancré au creux de sa paume, la plume rougeoyante d'un phœnix dissimulée en son cœur, il s'était fait taquin, avant d'attaquer rapidement son cadet, déjà prêt à accuser la réplique.

A vrai dire, il ne s'était pas attendu à ce qu'Aodhan perde si rapidement sa baguette, alors qu'il parlait un peu trop de l'excessive propreté des lieux. « Au moins tu n'en auras pas sur les doigts. » fit-il remarquer, le coin des lèvres plissé sous un sourire amusé. Son "j'étais pas prêt." lui aurait presque arraché un rire s'ils n'étaient pas précisément en train d'effectuer un duel. Certes, bon enfant, et qui ne risquait pas de blesser l'autre. Mais un duel néanmoins, et Garrett avait besoin de ce contrôle obstiné qui régissait sa vie, moins en présence de sa famille cependant, même si son secret l'était resté aux yeux de certains. Les paroles d'un Ambrose blessé avaient été malgré tout difficiles à digérer et avaient terminé de le convaincre que le silence et la discrétion valaient mieux qu'une vérité qui ferait scandale si elle finissait par être dévoilée. « Tu demanderas la même chose à ton ennemi ? » taquina-t-il son cadet. Étrangement, ce combat, cet affrontement, l'attirait loin de ses préoccupations quotidiennes.

Le voile capiteux de ses angoisses glissant distraitement à terre, pour quelques instants où le destin ne viendrait pas mâchouiller son existence au profit de chimères trop réelles. Au geste de son frère, il répliqua donc ce "protego" soufflé de justesse, au bord de l'âme, traçant un dessin dans l'air pour retenir le sort. Facile. Le niveau n'était pas des plus élevés, malgré la dextérité d'Aodhan, et cela se ressentait déjà. Il était cet excellent adversaire qui l'aiderait également à progresser, à affiner sa propre technique. Il fallait qu'il trouve un moyen de ne pas s'effondrer dans une vision en plein duel, par exemple, ou bien de savoir passer au-delà pour que cela ne se retourne jamais contre lui. C'était un mirage intangible, la licorne insaisissable de la forêt interdite, entraperçue au détour d'un arbre. La flamme de sa propre obstination, alors qu'il dessinait un nouveau geste, sort qu'il jeta... Stupefix. Mais il ne le prendrait plus au dépourvu, la chose était certaine. Peut-être en palabrant ? Rien n'était moins sûr, et c'était son propre esprit qu'il prendrait le risque d'égarer. Il espérait néanmoins qu'aucune aberration ne viendrait colorer ces secondes de ses différences.


the bloody throne - toute copie interdite



- Are you insane like me ? Are you strange like me ? -
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 20/03/2017
howlers : 235
silver sickles : 84
two way mirror : uriel vaugirard.
avatar : n. simoes.
credits : faust.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t301-beautifull-chaos-aodhanhttp://bloodtournament.forumactif.com/t300-mistral-gagnant-aodhanhttp://bloodtournament.forumactif.com/t198-melancolie-cruelle-ao
staff g2♕

staff g2
Ven 23 Juin - 20:14
Far from the carnage of the fiery sun
GARRETT & AODHAN
l'assaut avait été inattendu. à tel point qu'il te fallut trouver une excuse pour cette médiocrité. ton arrogance était quasi rédhibitoire. beau parleur, cherchant à esquiver ce duel demandé. mais tu n'aimais guère l'idée de te battre contre ton sang. bien que cela semblait nécessaire pour vous deux, en vue d'une progression. lui pour un contrôle et toi, pour une amélioration. divin potionniste, loin de manier l'art du duel comme tu manies les ingrédients pour en fabriquer des liquides honorables. ton aîné rigola de tes mésaventures à peine commencer. évoquant cette poussière qui tantôt t'intriguait. tu souris. pris par tes propres propos. quel optimiste tu fais mon frère, de voir tant de clémence dans cet aspect là. comme à l'époque. toujours le premier à réagir à tes paroles idiotes. paroles qui sut faire succomber nombre de femmes à l'instar d'un frère bien moins talentueux à ce jeu que toi. néanmoins, garrett était toujours présent pour répondre de tes blagues, de tes bêtises, l'emportant avec lui dans ces abysses là. tandis que braam son statut l'empêcher de pouvoir ainsi se distraire en accompagnant ses frères dans des rires éclatants. cadet, dernier d'une fratrie, sûrement la meilleure place. celui à qui l'on fiche la paix. sans jamais ressentir une pointe de jalousie tant il ne pouvait s'apprêter à cela.

riant aux éclats face à la question évidente de son frère. mon frère, sache, que si un jour un ennemi se retrouve face à moi, le son de ma voix n'aura eu guère le temps de parvenir à son ouïe avant qu'il s'écroule. une menace presque pesante dans ce silence. persiflant à travers les murs, aux relents engagés, tu savais qui était tes ennemis et ceux qui ne l'était pas. certes cette entraînement manqué de sérieux à ton point de vue, toutefois, tu savais que s'il avait s'agît d'un homme méprisable et détestable, tu n'aurais pris le temps de contempler la propreté de cette pièce. homme indulgent que tu étais, tu n'espérais simplement pas, atteindre, un jour cette situation. grand paradoxe pour celui qui a réclamé une entrevue avec son aîné dans le but d'améliorer son combat. 

la lutte commença à nouveau. achevant la trêve par un sort léger qu'il évita. presque anodin. puis ce fut son tour. cette fois-ci, ta préparation fut plus ardue. de manière à ce que tu réussisses à échapper au contrôle de ton aîné. un protego quasi inaudible. et pourtant, dans une légère le sort de ton adversaire s'évapora. laissant sur toi un sourire victorieux, avant de t'élancer à ton tour dans la réalisation du charme. gestes gracieux avec ta baguette. une lumière rouge affluant telle qu'une arabesque. incarcerem errant jusqu'à ta cible, ne souhaitant faillir à ta réputation d'assidue, tu espérais qu'il ne parvienne pas à contrer le sort. mais d'un autre point de vue, tu désirais que cela ne soit pas le cas. après tout, le but n'était pas que l'un blesse l'autre. mais que le duel dure à temps indéterminé, marquant ainsi la dextérité acquise durant ce laps de temps. bien que l'image de ton frère prisonnier de tes cordes risquerait de t'entraîner un rire meurtrier, un spectacle auquel tu aurais apprécié être présent. 
the bloody throne - toute copie interdite
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
Far from the carnage of the fiery sun (Aodhan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Rochelle : bilan d'un carnage
» 3:16 Carnage dans les étoiles
» Vixo Tora, Vix', Thor, appellez ce vaillant guerrier comme vous voulez!
» Les Fiery chez Ollivander [Terminé]
» # Registre d'Avatar #

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum