intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
poison on your lips
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Jeu 27 Juil - 0:31
Do you want to know what my problem is? I will tell you what my problem is, I LOVE YOU I love your name, I love the way you look at me, I love your gorgeous smile, I love the way you walk, I love your beautiful eyes, I love what you look like when you are asleep, I love the sound of your laugh, to hear your voice fills my entire heart with an indescribable feeling. I love the way I can be having the worst day of my life and seeing you completely changes my mood. I love how when you touch me I get weak, that is my problem (@beerus // @Eleanor Lancaster)
poison on your lips
☆ Eleanor & Lachlan ☆

Murmures s’échappant du velours tapissé, impurs avec leurs regards noirs, ceux baissant la tête pour éviter une quelqu’une identification, brûlure d’une carrière sur des épaules solides, brûlures de relations déjà fichues. Sportif incapable de reprendre pour la fin de la saison de Quidditch, ce ministère venant lui pourrir ses chances de devenir le joueur ayant le meilleur tir de l’année. Brûlures des déceptions, brûlure laissant un goût amer d’accomplissement perdu si proche du but, gamin voulant briller de par son nom. Proposition indécente, mort au ministère, proposition alléchante entouré d’un délicat poison venant affecter à jamais sa personne par son implication. Organisation du tournoi de sang, tâche délicate dédiée aux plus artistes du département ou encore à ceux ayant le bras long, paternel offrant cette chance de ne point rester à l’inactivité. Carrière de sportif mis de côté le temps d’une convalescence, carrière de fonctionnaire magique démarrant, ennui s’emparant de son âme. Effluves de parfum aux notes imprégnées de la richesse des lieux, palais indécent pour une famille coupable de crime aussi horrible que le régicide. Déchéance des moeurs, oubli d’une histoire s’inscrivant sur le sang versé. Famille particulière restée en dehors de la politique, non par choix, par obligation génétique. Gène à malédiction, flamme venant hanter chaque rejeton de la famille, mépris des familles pour eux, mépris pour ce qu’il ne pouvait comprendre. Amour. Mariage. Notions étrangères à celui qui pourtant devrait les chercher, se déclarant comme l’anomalie de la famille, celui ne trouvant pas ce sentiment, ne savant même pas à quoi il pouvait ressembler. Prière de déshonneur oubliée pour faire des incantations quotidiennes aux sept baguettes afin d’éviter la pire des humiliations. Fils oublié tenant à son confort, fils ne sortant que pour ses matchs de l’empire, celui qui ne voulait subir la versatilité de sa mère O’Hara, celui effrayé par les souvenirs hideux de son père dans une crise de colère avec sa compagne. Gamin jurant de ne point tomber amoureux pour finir aveugle à ce sentiment. Jamais expérimenté, jamais connu. Ses précepteurs lui offrant la leçon que la connaissance permet de perdre l’ignorance infantile. Gamin à jamais, destiné à finir seul avec son balai. Couloir à ne plus en finir, inspiré probablement de la plus belle création de Dédale, ce labyrinthe si tristement célèbre pour sa sortie presque impossible. Avance perdue sur son emploi du temps, les plans des épreuves à présenter, roi n’attendant pas encore sa présence heureusement, prévoir plutôt que subir. Sens en émoi, il ne savait même plus par où il était rentrée, portes similaires, seuls les toiles se différenciait presque pour raconter une histoire. Fils qu'un père oublierait l’existence si sa perte devait être l’orientation dans le palais, frères trop nombreux, soeurs n’en parlons point. Celui qui était un mouton donné en sacrifice pour obtenir les faveurs du roi sans union. Celui qui se trouvait dégouté par les tournois de sang, celui devant finir la tâche et se taire sous peine de déshonneur.  


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 13/05/2017
howlers : 226
silver sickles : 594
avatar : camila bb mendes
credits : rhumanesque (avatars) mogo (gif signa) noxy (signature) rhumanesque (aesthetic)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t1120-i-don-t-follow-rules-i-make-them-princess-eleanor#14811http://bloodtournament.forumactif.com/t1119-dancing-on-the-moon-princess-eleanorhttp://bloodtournament.forumactif.com/t1112-in-peace-vigilance-p
grade 1

grade 1
Jeu 27 Juil - 10:43


► palais royal, londres | été 2017
POISON ON YOUR LIPS
lachlan irvine & eleanor lancaster
On pourrait croire que ça ne te demande aucun effort, Eleanor, à voir la manière dont ton corps se détache du parquet miroitant pour s'élever et retomber ensuite gracieusement sans le moindre bruit, si ce n'est celui de ta respiration, de toute façon couvert par la musique qui empli la pièce. Mais rien n'est plus éloigné de la vérité. Car sous l'apparente grâce légère et délicate, se cachent force et ténacité. Les muscles se tendent, inlassablement. Durement. Les articulations sont sollicitées à chaque saut, chaque jeté de jambe, chaque balancé de bras. Ta nuque semble souple et arienne, mais ton port de tête haut est puissant, forgé tant par la pratique de la danse que l'attitude royale. Mais la plus grande tension se concentre dans tes pieds. Enfermés dans des cercueils de satin rosé, compressés par des bandes pour te permettre les plus belles montées en pointes du pays. Mis à l'épreuve littéralement chaque jour depuis quinze ans, au bas mot. Ils sont abîmés : les pieds de danseuses ne sont jamais beaux, comme les mains d'un ébénistes ne peuvent être belles et intactes. Tu n'as jamais voulu utiliser la médecine magique pour corriger les blessures de la danse, remettre en place les os qui dévient de leur trajectoire, ni quoi que ce soit d'autre. Ces laides blessures sont la preuve de ta ténacité, de ta force tant morale que physique. Elles sont la preuve de ton travail, la marque de ton acharnement. L'évidence que tu n'es pas de celles qui abandonnent aux premières difficultés.

C'est donc sur la pensée satisfaisante d'une bonne séance de danse que tu procèdes aux étirements requis une fois la musique terminée. Ce sont des gestes que tu connais sur le bout des doigts, comme une partition rejouée à l'infini mais dont tu ne te lasses pas, et tu les exécutes donc d'un air un peu distrait. Jusqu'à ce que ton ventre ne se mette à gargouiller sans grande élégance. Il est vrai que tu n'as encore rien avalé et que tu ne serais pas contre une collation, la bouteille d'eau que tu as terminée pendant l'entrainement ne suffisant pas à combler ton ventre gourmand. Toujours en tenue, pointes aux pieds, collants moulant tes jambes et vêtue de ton simple body de danse, tu quittes la salle de musique et de danse du palais d'un pas léger. On s'est habitué à te voir traverser les lieux en body de cette manière, le chignon d'ébène un peu défait, les joues rosées mais surtout, l'air incroyablement de bonne humeur. C'est l'effet qu'à la danse sur toi, Eleanor : elle te rend meilleure femme.

C'est ainsi donc en quête des cuisines royales que tu tombes nez à nez avec un invité, au détour d'un couloir. En temps normal, tu te serais contentée de son hochement de tête révérencieux pour continuer ton chemin vers ton objectif, mais c'est sans compter sur l'effet galvanisant, presque euphorisant, de ta petite séance de danse. Bien que tu sois connue pour ton changement d'humeur versatile, pour l'instant tu es des plus joyeuses et c'est avec un sourire amusé que tu sembles presque glisser vers l'inconnu. «  Seriez-vous perdu ? » Tu n'as pas vraiment l'air de l'idée qu'on se fait d'une princesse Lancaster en cet instant même, il faut bien l'avouer. Mais qu'importe, ta question s'accompagne d'un sourcil arqué sous la curiosité alors que tu dévisages l'homme en face de toi. En tant que princesse, tu as reçu et continue de recevoir malgré tes vingt-trois ans, une éducation toute particulière. Non seulement concernant l'étiquette, les bonnes manières, différents arts classiques ou modernes, mais également une éducation politique. Combien de temps as-tu passé penchée sur des arbres généalogiques de familles de sang-pur, à apprendre chacun de leur membre et de ce que l'on savait d'eux publiquement, défauts comme qualités ? C'est grâce à ces heures interminables que, si tu n'es pas experte au point de prénommer ton interlocuteur, tu peux sans mal l'associer à une famille. Irvine. Cette déduction te fait sourire de plus belle et c'est avec une certaine légitimité que tu te demandes, pour l'instant silencieusement, ce que ce sorcier peut bien faire à Buckigam Palace.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne





we're meant to be
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/04/2017
howlers : 374
silver sickles : 636
avatar : Benjamin cutie Eidem
credits : wildbeast. (av) ASTRA (sign)
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t247-lachlan-push-and-pull-like-magnets-dohttp://bloodtournament.forumactif.com/t250-we-re-never-gonna-be-royals-lachlan#984http://bloodtournament.forumactif.com/t207-lachlan-cause-i-m-the
staff g3♕

staff g3
Lun 31 Juil - 23:51
Do you want to know what my problem is? I will tell you what my problem is, I LOVE YOU I love your name, I love the way you look at me, I love your gorgeous smile, I love the way you walk, I love your beautiful eyes, I love what you look like when you are asleep, I love the sound of your laugh, to hear your voice fills my entire heart with an indescribable feeling. I love the way I can be having the worst day of my life and seeing you completely changes my mood. I love how when you touch me I get weak, that is my problem (@beerus // @Eleanor Lancaster)
poison on your lips
☆ Eleanor & Lachlan ☆

Effort constant, effort d’intégration silencieuse, fils oublié par une famille trop nombreuse, désir inexistant si ce n’était que la gloire d’une existence, essence même de son âme de compétition, celle le menant vers le quidditch. Gamin n’ayant jamais vraiment pris la peine d’être mature, stéréotype d’une superficialité lui collant à la peau tel une mauvaise odeur. Danger d’une société sorcière que de sous-estimer cette famille capable d’immondices par colère, ceux dont on ne voulait froisser, Gardner exception à une règle tacite dans la société, les fous. Pureté inégalité de son sang malgré les on dit, vélane possédant cette pureté malgré une particularité hors du commun, malédiction touchant leurs descendances, certains en jouant suivant la position de cette âme que les septs baguettes leur prédestinait depuis la naissance. Histoire d’un regard changeant une vie entière, sentiments nouveaux l’accablant, celui incapable de comprendre ce qu’était une émotion plus forte que la famille et l’amitié, incapable de voir plus que les nuits charnelles sans plaisirs. Ennui brûlant son existence depuis des décennies, essentiel à l’adrénaline insuffisante de ses vols, ses matchs, sa carrière. Océans de saphirs dans ses iris perdues dans le naufrage profond de la luxure présente, décadence à l’état pur. Vie illusoire brisée par l’incapacité de participer aux derniers matchs de la saison, nouveau prenant les projecteurs à sa place, jalousie périssant dans les limbes des morceaux d’espoirs de mythe sportif déchiré à jamais. Record décapité par les blessures de l’attentat du ministère, mot à ne pas être prononcer en public, honte d’un gouvernement.

« Cela se voit tant que ça votre majesté ? » Politique ne l’intéressant pour deux mornilles, il connaissait la légende de la princesse ballerine, parents s’attardant sur chaque naissance pure de l’année de leur fils, désireux de trouver l’âme-soeur de leurs fils dans des alliances pouvant changer le cours de leur famille. Petit-frère du même âge que la princesse, celui qu’on avait tant moqué pour cette coïncidence si parfaite, un Irvine sur le chemin du trône, chacun en rêver sans réellement le prendre au sérieux. Malédiction pesant sur leurs épaules, sort trop cruel pour leur accorder des relations bien faciles, chacun gardant à l’esprit que la famille passait avant tout, personne ne parlant des impurs, sujets trop controversés à la cour pour avoir un sentiment général associé à la famille. Versatilité de ces purs pour finir par se brûler les ailes avec une stratégie de jeu aussi dangereuse, jouant sur chaque front, descendant trop nombreux pour leur permettre de contrôler chaque écart, éducation des plus silencieuses pour tout ceux n’ayant le droit d’aîné. Silence et acquiescement, il ne fallait plus. Perdition d’opinion d’une clarté révoltante de chacun, ceux devant subir les avis des plus vieux, souffrant de ce manque flagrant d’une liberté de s’exprimer. Décadence des avis, silence roi.

« Moi qui pensait qu’une princesse dormait même dans ses robes que le peuple ne pourrait rêver de s’offrir, je dois m’avouer bien déçu de cette nouvelle. » Plaisanterie, gamine devant lui, celle trop jeune pour venir attirer son regard, présence princière présente et pourtant c’était uniquement le cas. Ton légèrement portée sur la blague plutôt que le sérieux, perdu entre l’envie d’ignorer la jeune femme et demander réellement son chemin. Croisade des désirs, pieds fermentés au sol pour ne point le laisser s’échapper aussi vite de la situation. Rêve récurrent d’un enfant ayant voulu à un point de sa vie cette fameuse couronne, gamin souffrant du syndrome de la jalousie envers l’héritier du glamour de cette famille, celui voulant être connu pour ne pas être affilié à un des hommes puissants de cette famille. Envie tyrannique, loyauté sans égale, antithèses s’affrontant dans le schéma de sa vie. 


above the clouds.
Milles Rêves en moi font de douces brûlures.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
poison on your lips
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alysse Lucy O'Berry - Your lips are poison in my Veins
» bran ♣ the curves of your lips rewrite history
» Poison + Rune protect + Repos = Poison
» Lydia de Sambre ~Un poison sous la forme d'une rose~
» With a taste of your lips I'm on a ride You're toxic I'm slipping under With a taste of a poison paradise I'm addicted to you - Ysaline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum