intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
Strangers and Liars ♦ Lucifer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 22/06/2017
howlers : 77
silver sickles : 494
avatar : Imogen Poots
credits : Fassylover & astra
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t978-charity-pray-to-the-moonhttp://bloodtournament.forumactif.com/t955-charity-without-faith
grade 0

grade 0
Dim 23 Juil - 13:41

 
Le corps endolori encore de la transformation et le goût musqué de la fourrure qui persiste dans la gueule redevenue humaine au réveil. Il est difficile à chaque nouvelle lune vécue, ce premier jour où nulle transformation ne prendra place dans la nuit, tout aussi difficile que les deux suivants. Les courbatures qui protestent, la fatigue qui pèse dans les membres, les sens qui protestent d'avoir perdu en acuité et le désir de se fondre de nouveau dans cet autre être qui partage son corps qui ne peut pourtant pas être satisfait avant que la lune ne grossisse à nouveau. Cela fait près d'une semaine désormais que la lune a commencé à s'amaigrir, le corps qui a repris des forces, l'esprit qui a repris de la clarté, la routine qui a repris le dessus. Peu de gens qui viennent recourir aux services de l'ASIL à cette période du mois une fois les plaies que certains s'infligent soignées. Réaliser les tâches du quotidien à la place, vérifier les stocks des différentes potions, calculer le budget pour le mois suivant, faire les comptes, soutirer des donations aux Purs aux poches si pleines de Gallions qui ne demandent qu'à tomber dans leurs coffres en mélodie métallique. Routine.

Routine jusque dans le thé presque froid qu'elle porte à ses lèvres entre deux pages tournées d'un rapport sur la condition des lycanthropes sur l'île de Mann, vague idée de peut-être y ouvrir une branche et conscience aigüe de l'impossibilité de la chose d'un point de vue financier. Regrettable. Les îles de ce type se convertiraient aisément, elle en est persuadée, Charity, étouffées de gratitude que l'on se soucie d'elles, que l'on se rappelle de leur existence. Un jour, peut-être.

Le fauteuil est confortable quand elle s'y renfonce, moment de calme, juste le thé, le son des pages qu'elle tourne, les pas des quelques autres bénévoles, les sons des passants au-dehors. Le bureau a été délaissé pour une fois, au profit de l'entrée, simplement pour le fauteuil. Il est plus confortable. Le bureau est claustrophobe. Elle s'ennuie. Énergie qui s'accumule dans les membres, désir montant de faire quelque chose, n'importe quoi, qui lui fait bannir thé et rapport d'un geste avant de se redresser, regard courant le long des murs. Au moins le lieu est accueillant, à défaut d'être grouillant de vie. Du bleu, du bois, pas tant de personnalité qu'il en devienne dérangeant. Il ne faudrait pas repousser ceux qui osent franchir le pas de la porte, pas quand tant d'entre eux le sont quotidiennement ailleurs. Pas quand la porte s'ouvre pour la première fois du jour, attention de la Rosebury se portant aussitôt sur la silhouette inconnue, sourire paisible glissant aux lèvres et bonne humeur hospitalière pétillant dans ses yeux. Masque. Elle est juste curieuse. Morsure imprévue ? Désir impromptu de faire un don ? Curiosité malsaine qui veut faire contempler des lycanthropes dans ce lieu qui est le leur ? Recherche d'un travail, ou de toute autre chose ?

"Bonjour, bienvenue à l'ASIL ! Puis-je vous renseigner ?"


Peut-on la renseigner elle, plutôt ? Elle veut savoir. Qui est en face, ce qui la fait tiquer, ce qui l'amène ici, ses peurs et ses désirs, tout ce dont elle peut se servir pour l'aider, lui soutirer une partie de ses ressources, et la convertir. Garder sa tranquille bonhommie pourtant, alors même que de nouveau la porte est poussée. La journée ne sera donc pas si tranquille ? Parfait. Elle espère que leurs poches sont pleines. Ou qu'ils sont des loups. Les deux options la serviront. Ou l'occuperont. Ce serait bienvenu aussi, si elle est honnête envers elle-même.


❝ wild beasts wearing human skins❞ We need more love, to supersede hatred, We need more strength, to resist our weaknesses, We need more inspiration, to lighten up our innermind. We need more peace, to stay in harmony with our brethren, We need more forgiveness, not vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 04/06/2017
howlers : 59
silver sickles : 410
two way mirror : Iseabail Irvine
avatar : Deborah Ann Woll
credits : //
Voir le profil de l'utilisateur
grade 0

grade 0
Ven 28 Juil - 19:48
Strangers and Liars
Lucifer & Charity
You told me what I wanted to hear
Sounded like you were sincere I believed every word You said to me Now I know they were lies

Elle n’aurait pas dû venir. Sa place n’est pas ici. Sa présence est dangereuse. Irréfléchie. Et pourrait hypothétiquement lui coûter beaucoup. Et pourtant elle n’a pas pu s’en empêcher. Rongée par la curiosité. Par un autre sentiment auquel elle n’arrive pas à donner de nom. Mais elle est tout de même venue observer du coin de l’œil. L’endroit semble incroyablement banal. Accueillant d’une manière assez ordinaire à laquelle elle ne s’attendait pas. Comme si un lieu accordant une quelconque aide à son espèce n’aurait pu être que triste et dévasté. Un extérieur qui aurait ressemblé à ce qu’elle éprouve à l’intérieur. Mais non. On pourrait facilement confondre l’immeuble avec de simples bureaux. Seules quelques brochures ici et là, captant l’œil, indiquent qu’il s’agit d’une association. Pendant quelques instants, Lucifer pèse le pour et le contre. Il n’est pas trop tard pour repartir. Aussi discrètement qu’elle est venue.

Mais elle est quelque part fascinée.

Il n’y jamais eu de doutes pour elle. A partir du jour où elle a été mordue, elle est devenue un monstre. Une abomination. La bête s’est d’abord lovée en elle, endormie. Et puis la lune s’est remplie. La fourrure a recouvert la peau d’albâtre, les crocs déformés le corps humain. Ne restait que la sauvagerie. Le plaisir de la chasse. Le besoin. Et quand elle s’est réveillée, le sang autour d’elle. Des cheveux roux au milieu de la mousse humide. Un cadavre a moitié dévoré. Celui d’une sœur tant aimé. Sinistre accident. Et à partir de ce moment elle a sombré. Mais qui aurait pu lui reprocher ? Impossible pour elle de se sentir plus humaine que bête. Impossible d’endormir le monstre une fois réveillé. Elle a fui. Tout simplement. Couarde au cœur brisé. Elle se hait. Survit sans jamais vivre. Se noie dans le sang et l’oubli.

Alors, difficile pour elle de concevoir que l’on puisse vouloir aider les êtres comme elle. Pourquoi ? Même alors qu’elle parcourt les lieux la lueur d’interrogation est toujours présente dans son regard. Cela ne fait aucun sens … et qui viendrait ici ? Quel loup-garou pousserait la porte de cet endroit la tête haute sachant qu’il s’agit de se mettre une cible sur le dos ? Bien sûr, comme Lucifer, ils peuvent venir par curiosité. Mais elle n’avouera jamais qui elle est. Son métier lui permet de porter des blessures fraîches sans attirer l’attention, aucun patron veut également dire pouvoir disparaître à sa guise, un faux nom termine de la dissimuler aux yeux du monde. Pourtant elle sursaute presque lorsqu’elle entend la voix d’une petite blonde lui demander si elle peut l’aider. L’impression de ne pas être à sa place la submerge à nouveau. Elle prend trop de risques inutiles. Mais partir maintenant qu’on l’a repérée ne ferait qu’attirer d’avantage l’attention, alors elle pousse une mèche rousse derrière son oreille nerveusement, avant de plaquer un sourire chaleureux sur son visage.

Lucifer penche la tête sur le côté. « Peut-être. Voyez-vous moi-même je ne suis pas sûre de la raison de ma présence. » La phrase est ponctuée d’un petit rire. Il ne semble même pas forcé. Mentir est comme tout. La pratique rend parfait. « Je n’ai entendu parler de votre association que depuis quelques temps mais j’avoue que l’endroit a piqué ma curiosité … » Au point de la forcer à se déplacer alors qu’elle n’aurait jamais dû le faire. « Je me demandais quelles pouvaient être vos motivations pour créer cet endroit… par les temps qui courent cela n’a pas dû être si simple… » Pas pour une sang-pure en tout cas. Lucifer ressemble presque à une journaliste avec ses questions si cliniques. Mais après tout son métier se résume également à trouver la vérité cachée. Et cette vérité elle veut la trouver. Qu’il s’agisse d’un complexe du sauveur, d’un besoin de se racheter ou d’un autre secret bien caché, elle n’arrive simplement pas à croire que quelqu’un puisse vouloir aider sa race de façon entièrement altruiste.
Made by Neon Demon



Wolf and girls
There are wolves in the night. There are wolves, they would say. And there are stories about wolves and girls. Girls in red. All alone in the woods. About to get eaten up. Wolves and girls. Both have sharp teeth.
Revenir en haut Aller en bas
 
Strangers and Liars ♦ Lucifer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» HAITI YON PARADI OU YON LANFE AVEC R G P POU LUCIFER ????
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» Fiche Technique de Lucifer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum