intrigue deux
the blood tournament
Impurs, we welcome you. We salute your courage and your sacrifice... and we wish you... A Happy Blood Tournament ! And may the odds be ever in your favor.


Partagez | 
 
we're not a family, we're a firm ∞ o'hara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 12/07/2017
howlers : 54
silver sickles : 200
two way mirror : z. rosebury ; s. buchanan
avatar : jeremy irons.
credits : babine.
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t1042-lorcan-devour-your-k
grade 0

grade 0
Sam 22 Juil - 16:10
L'île d'émeraude. Terres d'Irlande qui t'ont vu naître, terre d'Irlande trop tôt quittées pour rejoindre l'empire lancasterien. Terres chères à ton coeur, auprès desquelles tu ne reviens cependant que très rarement - généralement uniquement lors des célébrations annuelles des O'Hara. Parce qu'un retour sur la verte Erin te rappelle ce que ton père a décidé de sacrifier pour s'octroyer les faveurs des lions d'or. Parce que si le paternel et toi partagiez une ambition sans borne, tu regrettes la période où vous étiez au plus proche de la couronne d'Irlande. L'enfance presque heureuse passée de l'autre côté de la Mer d'Irlande.

Le regard d'acier perdu dans le feu qui crépite dans la cheminée. Un verre de whisky à la main, les doigts qui se promènent distraitement sur les rebords de ton verre. Quarante ans. Quarante longues années que ton père a rejoint vos ancêtres, quarante longues années depuis le premier meurtre commis. Parricide. La statue du père, pièce maîtresse de ta collection, trône au centre de la pièce. Dans un coin, des instruments ont été disposés dans l'espoir d'apaiser les tensions qui animent les Cerbères. La musique adoucit les moeurs, dit-on. Peut-être une façon d'éviter que les tiens ne lèvent leur baguette sur toi et la paranoïa dont tu es depuis trop longtemps la victime. Peur maladive qui s'insinue au plus profond de tes organes, nulle confiance accordée à ceux qui partagent ton nom.

L'elfe de maison qui couine, qui brise le silence. « Vos premiers invités sont arrivés, maître.» Pas un regard, pas une parole dans sa direction. L'elfe ignoré comme toujours. Tu te lèves cependant pour accueillir les Cerbère, rictus étrange qui se forme sur tes lèvres avant d'aussitôt disparaître. Famille, deux syllabes qui sonnent faux à tes oreilles ; la famille qui n'en est pas vraiment une, rassemblée uniquement par le même patronyme, par le sang identique qui coule dans vos veines. Une nouvelle gorgée de Whisky vient te brûler le gosier alors que les portes s'ouvrent. Tu sais qu'il te faudra au moins ça pour supporter le reste du clan le temps d'une soirée.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 29/05/2017
howlers : 241
silver sickles : 489
two way mirror : thybalt ogden et aaren eames
avatar : viggo mortensen
credits : av © exception
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t922-thad-ruthless-in-purpose-and-insidious-in-methodhttp://bloodtournament.forumactif.com/t863-thad-if-you-cut-us-do-we-not-bleedhttp://bloodtournament.forumactif.com/t790-thaddeus-brave-new-wo
staff g1♕

staff g1
Sam 22 Juil - 21:13
we're not a family, we're a firm

Père est mort et cet abruti de Lorcán éprouve le besoin de fêter ça une nouvelle fois. Drôle de lubie, foutrement ironique qui lui laisse un goût salement amer. Thaddeus n'a pas le cœur à se parer de ses plus beaux vêtements, même ceux offerts par Roman grâce à Illusion, sa réussite à lui. Il s'est donc affublé d'un noeud pap et d'un costume comme il faut. Il n'est pas d'humeur à jouer aux faux semblants, cette réunion de famille l'horripile au plus au point. Pourtant, il les aime bien. Enfin non, c'est juste qu'il les préfère aux autres nobles londoniens.

Thad n'a pas à aller bien loin pour se rendre à cette fameuse réception. Cork, c'est chez lui aussi. Il y a Swan, aussi. Oui elle est là, il ne l'oublie pas - et même si elle n'a pas connu Papa, elle est toujours là. Quant à leurs cinq enfants, eux aussi ont reçu l'invitation. Et ils se déplaceront par leurs propres moyens, parce qu'ils sont suffisamment grands et qu'ils ont tout intérêt à se montrer. Gare aux foudres d'un Thad mi-endeuillé mi-enragé !

Le couple débarque et se fait annoncer. Swan au bras, Thad est presque patient. Le pas lent, ils progressent doucement. En chemin, il dévore des yeux les décorations murales et ne peut réprimer un sourire d'admiration. Lorcán et sa maisonnée ont bon goût, c'est indéniable, on ne peut pas leur retirer ça. Certainement leur unique qualité... Et lorsque les portes s'ouvrent et qu'il le découvre - lui, cet aîné détesté -, Thad abandonne sa femme pour l'étreindre, mué d'un ressentiment muet. Une poignée de main qu'il veut glaciale, le ton est lancé. Le regard aussi brûlant que le whisky dont Lorcán est tant addict. Et Thad, sa drogue à lui - comme celle de Ryodan, il l'espère - c'est de voir cet aîné coulé pour de bon.

« Lorcán. Pause. Il désigne Swan du menton. Les nôtres ne tarderont pas à arriver. » qu'il assure. À comprendre comme un puéril Avant les tiens!. Parce que oui, les branches de Lorcán, Thad et Ryodan n'ont en commun qu'un filet d'ADN. Entre ces murs, il est clair qu'on a affaire à différentes espèces.

#006699



Ne cherchez plus mon cœur; les bêtes l'ont mangé. Mon cœur est un palais flétri par la cohue ; On s'y soûle, on s'y tue, on s'y prend aux cheveux ! - Un parfum nage autour de votre gorge nue !
vdm:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

s'adresse au peuple
in town since : 02/06/2017
howlers : 58
silver sickles : 85
avatar : Scott Eastwood
credits : Avatar : Brooklyn - Signature : Astra
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodtournament.forumactif.com/t820-roman-o-reclusion
grade 0

grade 0
Dim 30 Juil - 17:57

Vastes plaines d'Irlande qui lui rappellent de lointains souvenirs. Roman s'était éclipsé un peu avant l'aube, pris d'insomnie cette nuit-là, sans en connaître la raison précise. Quelque chose semblait se tramer dans son esprit, mais il ne parvenait pas à mettre le doigts dessus, étonnamment. Il avait donc transplané dans les étendues familières avant que le soleil ne se lève. Perdu dans ses pensées, assis sur un rocher au milieu de la nature, entouré par le silence le plus total. Il observe cette beauté singulière qui l'apaise tout particulièrement. Il a sans doute besoin de ça pour retrouver un calme placide, dont il ne pourra se défaire de toute la journée. Il n'est pas là par hasard. Roman ne remet jamais vraiment les pieds en Irlande, sauf pour les occasions comme celle-ci. Il se dit d'ailleurs qu'il devrait peut-être s'y exiler un peu plus souvent. Il est bien, là, perdu dans un nulle part qui n'en n'est pas un, pour lui. Loin de la pression constante de sa vie, qu'il est persuadé de gérer si parfaitement, pourtant.

Le soleil continue lentement son ascension sans que Roman ne prennent conscience des heures qui défilent. Il analyse, silencieusement, réfléchit aux solutions, pas forcément certain d'en trouver des tangibles, d'ailleurs. Mais le calme des plaines semble faire d'elles un endroit propice pour trier les idées. Ça le change un peu de la noirceur d'Abashing Hall.

Roman réunit ses esprits, conditionnement parfait, pour se présenter devant sa famille. Son oncle Lorcán a invité le clan tout entier, à quelle occasion déjà ? Il n'a pas retenu, il s'en fiche, au fond. Il n'est là que pour faire bonne figure, héritier de la seconde branche qu'il est. Son père lui arracherait les entrailles sans sourciller s'il osait lui faire honte, il n'en doute pas une seconde. D'ailleurs, le retard est généralement mal perçu, par le paternel. Mais arriver trop en avance desservirait Roman. On pourrait croire qu'il faisait de l'ombre à Thaddeus. Pensée inacceptable. Il faut faire dans la mesure. Et pas n'importe laquelle.  
Le sorcier parvient enfin devant la demeure de son cher oncle. Il en profite pour défroisser son costume, élégant, sans trop en faire, toutefois. Il efface les cernes qui stagnent sous ses yeux. L'apparence, avant tout.
Il est seul. Comme pour confirmer les sous-entendus du paternel à l'égard de son aîné, sans même en avoir conscience. Il l'ignore, mais son timing est parfait. Faites-le lui remarquer, il esquissera un sourire suffisant en précisant qu'il s'agit-là d'une évidence.
C'est guidé par l'elfe de maison auquel il ne prête pas la moindre attention qu'il entre dans le salon, où trône la statue de son grand-père. L'histoire qu'elle cache, secret bien gardé, est sordide, digne des O'Hara. Il voit là un simple hommage. C'est probablement tout ce qu'il y a à voir. Roman s'approche de son oncle, échange une poignée de main vigoureuse, accompagnée d'un sourire étrangement moins faux que celui qu'il offre à son père, bien qu'il n'en laisse rien paraître. Leur hôte d'abord. L'étiquette, toujours. « C'est un plaisir de te revoir, Oncle Lorcán. Merci de nous accueillir. » Puis son père, à qui il offre cette même poignée de main, ce même sourire, comme pour éviter les tensions inutiles, diplomate qu'il peut être, Roman. « Père. Comment te portes-tu, aujourd'hui ? » Dans le même temps qu'il attend la réponse, il gratifie sa mère d'un baise-main et lui murmure : « Tu es sublime, comme toujours, Mère. »


Within the sound of silence.
Because a vision softly creeping
Left its seeds while I was sleeping.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

s'adresse au peuple

Revenir en haut Aller en bas
 
we're not a family, we're a firm ∞ o'hara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» we're not a family, we're a firm ∞ o'hara
» Family First : II
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» Montage débile : Family Sim Bower
» Family is all. {Mael - Liora}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum